L’île du diable – Nicolas Beuglet

L’île au diable est le troisième volet d’une passionnante série. Le premier opus Le cri est très bon, le deuxième Complot est tout simplement magistral, sans aucune fausse note. Impossible de faire mieux !
Ruez vous dessus si vous ne l’avez pas lu et découvrez ce complot machiavélique touchant les femmes depuis des millénaires.

En débutant ma lecture, je me suis demandée comment Nicolas Beuglet allait bien pouvoir négocier le nouveau virage ?  L’auteur a eu l’intelligence de choisir un autre angle d’approche, cette fois le focus est mis sur l’inspectrice Sarah Geringën et son passé mystérieux.

Pour ceux qui n’ont pas lu les deux premiers opus, un court résumé les présente en début d’ouvrage.

Complot se terminait par un cliffhanger de malade, nous laissions Sarah Geringën en fort mauvaise posture.  L’île du diable débute un an plus tard. Sarah sort de prison, son père vient d’être assassiné brutalement, on lui confie l’enquête de manière officieuse. Elle devra affronter son passé et ses propres démons pour faire éclater la terrible vérité sur cette affaire.

Un récit en deux parties, la première démarre comme une enquête menée tambour battant. Les chapitres sont courts, ça va très vite, les rebondissements se succèdent sans aucun temps mort, les questions se multiplient au fil de l’enquête, les pages se tournent frénétiquement, le palpitant s’accélère. On peut dire haut et fort que Nicolas Beuglet a le sens du rythme et du suspense.

Des découvertes amèneront Sarah à quitter les forêts de Norvège pour se rendre au fin fond de la Sibérie où débute la deuxième partie. Entre un vieux manoir perdu au fond des bois et l’île du diable, les terribles révélations donnent un caractère plus sombre au récit.  Sarah va vivre des émotions qui l’ébranleront jusqu’au tréfonds, elle devra affronter le pire, l’inimaginable secret de famille pour que  l’effroyable vérité puisse éclater.

Au delà du divertissement, l’auteur mêle l’Histoire et la Science à son enquête. Il nous révèle un fait historique méconnu, glaçant et terrifiant. Et nous présente les avancées de l’épigénétique  en nous interrogeant sur la part de nos ancêtres qui s’exprime en nous. Passionnant !

L’île du diable est une très belle réussite.  Nicolas Beuglet a décidément du talent à revendre. J’ai beaucoup aimé et j’ai pris un énorme plaisir de lecture. Le seul mini bémol que j’émettrai, j’ai trouvé le récit un chouia court, j’aurais aimé que l’auteur développe un peu plus.

Je vais vous faire un aveu : Complot reste mon préféré de la série, mais chuut… cela reste entre nous.

Je remercie chaleureusement les éditions XO pour leur confiance.

4ème Couverture

Le corps recouvert d’une étrange poudre blanche…
Des extrémités gangrenées…
Un visage figé dans un rictus de douleur…

En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d’épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clé retrouvée au fond de son estomac, l’effroi la paralyse. Et si son père n’était pas l’homme qu’il prétendait être ?  Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l’ex-inspectrice des forces spéciales s’apprête à affronter un secret de famille terrifiant.
Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois ? Osera-t-elle se rendre jusqu’à l’île du Diable ?  Après Le cri et Complot, Nicolas Beuglet nous livre un thriller glaçant, exhumant des profondeurs de l’histoire un événement aussi effrayant que méconnu. Il nous confronte à une question vertigineuse : quelle part de nos ancêtres vit en nous, pour le meilleur et pour le pire ?

Editeur : XO, 320 pages, date sortie : 19 septembre 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.