Le soleil des rebelles – Luca Di Fulvio

Le soleil des rebelles – Luca Di Fulvio

ENORME COUP DE COEUR !!!

SUBLIME…

Il y a des livres qu’on aime un peu, d’autres beaucoup, les coups de coeur, ceux qui divertissent, nous font peur, nous étonnent, ceux qu’on lit et qu’on oublie et puis il y a les autres…
Les livres rares qui nous transportent, nous émerveillent, nous font tout oublier, ouvrent des portes et nous transforment en nous reliant à la magie de la vie…
Le soleil des rebelles fait partie de ceux là, ceux qui touchent le fond de notre âme, nous font vibrer intensément et réveillent l’enfant enfoui au fond de nous.

J’ai tellement adoré Les enfants de Venise, je vous avoue avoir retardé ma lecture en pensant que j’allais forcément être déçue, que l’auteur ne pouvait faire mieux, que le soufflé allait retomber… Une fois de plus, je me suis trompée et je constate l’immense talent de Luca Di Fulvio.

Nous remontons le temps jusqu’en 1407, quelque part dans les Alpes, en Bohème. Marcus, un jeune prince insouciant de 8 ans, assiste au massacre de sa famille entière lors d’une attaque d’un seigneur sanguinaire qui convoite le pouvoir, le château et le titre de Prince.  Marcus s’échappe, il est recueilli par la sage femme du village qui va l’élever comme son fils.  Son destin est chamboulé, Marcus le prince protégé deviendra Mikaël le serf asservi.

Un extraordinaire récit d’aventures, une fresque moyenâgeuse remplie d’action, de massacres, de misère, de sang. Et un fabuleux conte d’apprentissage qui nous questionne sur la condition humaine. Le passage de l’enfance à l’âge adulte à travers un chemin initiatique fait d’épreuves, de douleurs, de rédemption, de rencontres  et de maîtres à penser, comme Raphaël.
« A partir de maintenant, tu as deux routes devant toi. Tu peux maudire le sort qui t’a enlevé tes parents, ton royaume, ta richesse, tout ce que tu avais… ou tu peux remercier la chance parce que tu es vivant. Et selon le point de vue que tu adopteras, tu deviendras un homme ou un autre, complètement différent, avec deux vies différentes ».
Mikaël va grandir en découvrant l’amour, l’amitié, le courage, la droiture. Il est épris de justice et de liberté et veut plus que tout réaliser ses rêves.  Il nous fera voir la lumière et l’espoir dans ce monde de barbarie, noir, rude, brutal, violent et nous redonnera foi et espoir en l’homme.

Luca Di Fulvio est un conteur extraordinaire. Il nous bouleverse, nous ensorcèle, nous émeut jusqu’aux tripes et nous serre le coeur par les émotions intenses qu’il nous donne à vivre.

C’est un magicien des mots aux mains d’or,  il a un don particulier pour investiguer l’âme humaine et donner vie à des personnages hors du commun, attachants, d’une force incroyable… Agnete, Eloisa, Raphaël, Volod, Ojsternig, Berni, Emöke, le rat Hubertus et le chien Harro… TOUS sont inoubliables !

J’ai dévoré le roman en deux jours, complètement immergée dans ce tourbillon d’émotions,  j’ai ralenti vers la fin, je ne voulais pas que cela se termine.  Me voilà maintenant orpheline, entrain d’attendre le prochain.

Je me réjouis de pouvoir rencontrer l’auteur dans une semaine, à Saint Maur en Poche, je pourrai lui demander ce qu’il nous réserve pour la suite.  Je l’ai déjà rencontré l’an dernier, un moment « magique et suspendu » d’une rare intensité.

Si vous ne connaissez pas Luca Di Fulvio, n’attendez plus pour découvrir ce génie bourré de talent.

Grazie mille e congratulazioni signor Luca Di Fulvio per il vostro eccellente romanzo ! Siete un vero maestro e fate parte dei miei autori preferiti.

Je remercie chaleureusement les éditions Slatikine & Cie pour leur confiance.

Je félicite Françoise BRUN pour sa formidable traduction de l’italien, un travail colossal et particulièrement réussi !

4ème Couverture

Le jeune prince Marcus est encore un enfant lorsqu’il assiste impuissant au massacre de toute sa famille.
Seul rescapé de cette boucherie ennemi héréditaire de la famille de Marcus qui va s’asseoir sur le trône, Marcus ne doit son salut qu’à la jeune Héloïse, fille d’Agnès, la lavandière du village qui l’accueillera sous son toit pour l’élever comme s’il était son fils.
Luca di Fulvio retrace l’ascension paradoxale d’un petit prince qui va devoir apprendre dans la douleur comment devenir un homme.

Editeur: Slatkine & Cie, 636 pages, date sortie: 5 avril 2018

Les enfants de Venise – Luca di Fulvio

Les enfants de Venise – Luca di Fulvio

Prenez votre billet pour Venise et offrez vous un FABULEUX et EXTRAORDINAIRE voyage !

UN SERENISSIME COUP DE COEUR !!!

Une vrai plaisir de lecture qui vous évadera complètement, vous oublierez tout ce qui vous entoure: vos horaires, votre boulot, votre vie sociale, vos soucis…

Comment ne pas être emporté et séduit par cette magnifique histoire ?  800 pages de pur bonheur qui se dévorent quasi d’une traite, une saga pleine de suspense qui rythmera et envahira vos journées et vos nuits.

Luca di Fulvio est un fabuleux raconteur d’histoires, quel sacré talent et quelle fougue il a pour nous tenir en haleine de la première à la dernière page d’une aventure qui en compte près de 800.

Un savant mélange d’histoire, d’aventure et de romanesque. C’est émouvant, palpitant, passionnant et bouleversant.  Une fresque historique unique qui nous immerge complètement dans la Venise du XVIè siècle et nous balade à travers le Rialto, le Canal grande, les calli, campi, sotoportegi de la Sérénissime.  Des milliers de détails rendent les descriptions si réalistes;  tout y est ! les couleurs, les images, les bruits, les odeurs, l’ambiance si particulière… une jouissance pour l’amoureuse-connaisseuse de Venise que je suis.

Luca di Fulvio nous raconte la vie quotidienne de la ville, la misère de ceux qui tentent de survivre comme ils peuvent, les prostituées et l’épidémie du mal français, le ghetto juif, le pouvoir de l’église.

On suit les aventures d’une bande de gamins des rues, ils nous parlent de l’enfance, de l’amitié, de la découverte de l’Amour, des rêves, des ambitions, d’honneur et de trahison.

Un magnifique récit d’apprentissage et d’initiation.

Un livre qui se lit comme un film tant l’écriture est visuelle. On est là, tout juste à côtés des personnages, on les voit, on les entend, on a presqu’envie de leur parler.  Des personnages hauts en couleurs et si attachants. On les aime, on les déteste mais aucun ne laisse indifférent.  On croise des gamins paumés, des petits escrocs, des vrais méchants repoussants, des rêveurs, des amoureux, un médecin juif, un moine fou, un capitaine…

L’auteur a l’art de jouer avec nos émotions et nous fait passer du rire aux larmes en un instant.  J’ai tremblé, j’ai ri, j’ai pleuré, j’ai espéré, j’ai respiré aux côtés de Mercurio, Giuditta, Isacoo, Anna…

Plus la fin approchait, plus je ralentissais le rythme pour ne pas atteindre la dernière page.  Je regrette au final qu’il n’y ait que 797 pages et non 1500.  Un livre dont je ne voulais pas sortir, je l’ai refermé à regret, en me sentant orpheline.  Arriverdeci,  Mercurio, Giuditta, Zolfo, Anna, Isacoo, Lanzafame… vous me manquez déjà.

Jetez vous sans hésiter dans les canaux de Venise, vous ne le regretterez pas.

Grazie mille e congratulazioni signor Luca di Fulvio per il vostro eccellente romanzo !

Merci aux Editions Slatkine & Cie.  Je tiens à souligner l’excellente qualité d’impression, le choix d’un papier doux et épais, de toute beauté.  Un régal pour les yeux !

J’ai aussi envie de féliciter Françoise BRUN pour sa formidable traduction de l’italien, un travail colossal et particulièrement réussi !

 

4ème Couv.

Le nouveau roman-événement de Luca di Fulvio, auteur du Gang des rêves !

Après l’Amérique des années 20, c’est cette fois-ci la Venise de la Renaissance que l’auteur va choisir comme cadre et comme ancrage de son récit ; un récit à couper le souffle qui reprend certains motifs déjà présents dans le Gang des rêves. Des jeunes gens qui feront tout pour réaliser leurs rêves les plus fous; l’amour qui s’affranchit de tous les obstacles, même les plus insurmontables; la misère et la violence sociale en toile de fond, mais décrite toujours avec justesse et sans voyeurisme; la question, enfin, de l’identité et de l’être au monde. Pour porter l’intrigue aux multiples rebondissements, le narrateur se démultiplie, l’histoire est racontée par plusieurs personnages, dont les destins sont irrémédiablement liés : un jeune voyou, pickpocket à ses heures perdues, une jeune fille juive qui possède un talent singulier et sans limites, son père enfin, avec qui elle entretient une relation difficile mais pleine d’amour…

Avec Les enfants de Venise, Di Fulvio s’impose donc vraiment comme le maître des sagas qui se dévorent aussi vite qu’une nouvelle…

Editeur: Slatkine & Cie, 797 pages, sortie le 4 mai 2017