Le passager sans visage – Nicolas Beuglet

Le-paager-sans-visage

Deuxième tome d’une trilogie entamée avec Le dernier message. C’est une suite directe, je vous conseille donc vivement de les lire dans l’ordre pour mieux appréhender Grace Campbell, le personnage principal.

Je le dis d’emblée, cet opus est excellent et Nicolas Beuglet me surprend de plus en plus.

Vous avez aimé Le dernier message ?
Vous allez adorer Le passager sans visage !

Notre héroïne, l’inspectrice Grace Campbell, découvre un mot anonyme déposé devant sa porte « Tu n’es pas seule à chercher », ce petit bout de papier déclenche un tsunami émotionnel. Elle est acculée, elle sait qu’elle n’a plus d’autre choix : elle doit ouvrir la porte blindée se trouvant au fond de son appartement. Affronter son drame personnel et oser se confronter au secret qui la hante depuis son enfance.

Une fois de plus Nicolas Beuglet est resté fidèle à sa marque de fabrique. Il s’inspire de faits réels peu connus du grand public pour construire son intrigue. Le travail de recherche est considérable, tout est finement étudié et documenté. Cette fois, il s’attaque à un des plus grands scandales historiques de l’après-guerre en Allemagne et dont personne n’a entendu parler, les faits se sont déroulés jusqu’au début des années 2000. Je ne vous dévoilerai rien de plus sous peine de spoiler.

Impensable !   Horrible !   Glaçant !

Des faits abominables qui nous plongent dans l’horreur et les pires perversions de notre société. Ca fait peur, ça donne froid dans le dos jusqu’à en perdre toute confiance en notre humanité, si tant est qu’il nous en restait quelques filaments.

Grace est au coeur de l’intrigue qui se déploie dans plusieurs directions telle une gigantesque toile d’araignée. Plusieurs histoires, plusieurs thématiques se superposent et s’entremêlent, l’imagination de Nicolas Beuglet est débordante et sans limite mais rassurez-vous, le récit est très fluide grâce à la construction maîtrisée dans les moindres détails. L’auteur a choisi le prisme des contes de fée, avec le Joueur de Flûte de Hamelin, pour nous raconter ces horreurs effroyables.

Vous ne lirez plus jamais les contes de fée avec la même innocence…

L’enquête de Grace la mènera de l’Ecosse au fin fond de la Forêt Noire. Quand ses fantômes du passé et ses souvenirs remontent à la surface, elle est prête à tout pour découvrir la vérité… même à monter à bord d’un train surgi de nulle part et affronter seule le passager sans visage. Le voyage est passionnant, palpitant, plein de rebondissements, de surprises et de suspense. Aucun temps mort, le rythme est trépidant, n’essayez pas de descendre du train en marche, vous y laisseriez des morceaux.

La dernière partie fait curieusement écho avec la période bousculée que nous traversons actuellement. Une résonance très troublante ! Nicolas Beuglet, le visionnaire philosophe nous propose une fine et brillante analyse qui nous questionne en profondeur et nous pousse à la réflexion. Une lucidité qui me laisse sans voix !

N’hésitez pas une seconde, embarquez à bord du train à la rencontre du Passager sans visage, vous ne regretterez pas ce voyage terrifiant.

Le roman se termine sur un cliffhanger de dingue, la toute dernière phrase nous annonce une énorme surprise… vivement la suite !!!

Je remercie chaleureusement les éditions XO pour leur confiance.

Quatrième couverture

 » Tu n’es pas seule à chercher « …
Ce mot anonyme laissé sur son paillasson est plus qu’un appel : un électrochoc. Cette fois, l’inspectrice Grace Campbell le sait, elle n’a pas le choix. Elle doit ouvrir la porte blindée du cabinet situé au fond de son appartement. Et accepter de se confronter au secret qui la hante depuis tant d’années…
Des confins de la campagne écossaise aux profondeurs de la Forêt-noire où prend vie le conte le plus glaçant de notre enfance, jamais Grace n’aurait pu imaginer monter dans ce train surgi de nulle part et affronter le Passager sans visage…
Avec ce thriller au suspense angoissant, Nicolas Beuglet nous plonge dans les perversions les plus terribles de nos sociétés. Et, au passage, nous interroge : et si parmi les puissants qui régissent le monde se cachaient aussi des monstres sans visage ?
Un train, un passager sans visage, une organisation terrifiante

Editeur : XO, 366 pages, date de sortie : 16 septembre 2021

6 commentaires sur « Le passager sans visage – Nicolas Beuglet »

    1. Bien d’accord avec toi. J’adore Nicolas Beuglet… cette façon qu’il a de construire ses intrigues sur des faits réels méconnus qui bien souvent nous glacent le sang… et cette lucidité qui nous pousse au débat interne et à la réflexion. Il est unique dans son genre !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.