Les voisins – Fiona Cummins

Les voisins

 

Après le succès de ses deux premiers romans Le collectionneur et L’ossuaire,  -je les ai adorés et je vous conseille de les découvrir-, Fiona Cummins nous revient en grande forme et nous propose un excellent thriller psychologique aux accents de thriller domestique.  

Petit conseil d’ami. Si vous voyez cette annonce immobilière alléchante. Ne tombez pas dans le piège et passez votre chemin. C’est une arnaque !

 

image0

Les apparences sont parfois trompeuses et l’annonce ne mentionne bien sûr pas que The Avenue est le terrain de chasse d’un horrible serial killer surnommé le Doll Maker, car les visages de ses victimes sont peints, leurs yeux arrachés et leurs corps abandonnés dans le bois proche de la rue.

La famille Lockwood ne s’est pas méfiée, elle a trouvé le quartier idyllique. Garrick, Olivia et leurs deux enfants Evan et Aster s’installent au n°25, bien décidés à prendre un nouveau départ. Le jour de leur arrivée, la police est déployée dans le quartier. Le serial killer vient de frapper pour la cinquième fois, la victime est un jeune policier enquêtant sur ces meurtres en série.

Tous les voisins semblent bien étranges, quels secrets dissimulent-ils à l’abri des rideaux tirés ? Le serial killer se cache-t-il parmi eux ?

Au n° 18. Un étrange magasin Le Palais de la Poupée et de la Panoplie.
Au n° 26. Dessie, maquilleuse, vit avec son petit ami Fletcher. Un drôle de gars obsédé du télescope, il observe les nuages mais pas que et il cache un lourd secret.
Au n° 27. Audrina, une mémé en chaise roulante vit avec son mari Cooper. Leur fils s’est volatilisé il y a plusieurs années.
Au n°32. Trefor, un fabriquant de poupée, un vieil excentrique taiseux. Sa femme a curieusement disparu, les spéculations vont bon train.
Sans oublier le postier du quartier, celui-là est plus que bizarre avec ses étranges allées et venues et sa curiosité malsaine.

100% Addictif

L’intrigue nous embarque à fond dès le premier chapitre, on accroche tout de suite et on sent que le piège va vite se refermer sur nous. L’histoire est racontée par un mystérieux narrateur qui semble être le tueur en série, mais nous ne savons pas qui il est. Il a l’air de connaître tous les secrets de ses voisins, peut-être vit-il dans le quartier ?  

Très original

La construction est complexe et parfaitement maîtrisée. Les chapitres fort courts alternent entre deux temporalités et les différents personnages. Le passé, les souvenirs d’enfance du présumé tueur en série, un vieux spectacle de marionnettes et des enfants traumatisés. Le présent avec un va et vient entre les différents voisins, le tueur et l’enquête de la police. Ces différentes perspectives créent un terrible suspense et nous maintiennent sous tension. Les pages se tournent toutes seules, cela semble un peu décousu par moment et on s’énerve d’être baladés comme des pantins. On navigue entre les non-dits et les secrets dans une ambiance angoissante, macabre et flippante sur les bords.  On se met à suspecter tout le monde mais nos certitudes sont mises à rude épreuve par l’auteure, on finit par tellement douter que cela en devient agaçant. 

Fiona Cummins crée la confusion, joue avec ses lecteurs et les déstabilise avec ses retournements de situation finement amenés. 

On s’accroche pour le twist final

Il faudra attendre les dernières pages pour connaître l’identité du tueur. La révélation et le twist final vous laisseront bouche bée. Tout simplement bluffant !!!  On n’a qu’une envie : tout relire depuis le début pour voir tous les signes qu’on a loupé.

Une lecture 100% addictive et 100% plaisir que je vous recommande vivement.

J’émets un petit bémol pour la couverture. Les deux premiers romans de Fiona Cummins attiraient fortement le regard avec leur splendide couverture macabre. Celle-ci ne donne tout simplement pas envie de découvrir ce thriller.

Je remercie chaleureusement les éditions Slatkine & Cie pour leur confiance.

 

 

4ème Couverture

C’est le rêve de tous les Anglais. Un coquet village dans l’Essex, au nord de Londres. Une belle et grande maison, un jardin, une bonne école, un petit chemin calme et verdoyant qui mène à la mer. Parfait pour faire du jogging et promener le chien. Mais c’est aussi le terrain de chasse d’un tueur en série.  En s’installant dans L’Avenue avec leurs deux enfants, les Lockwood voulaient repartir à zéro, mettre toutes les chances de leur côté. Bien sûr, ils avaient entendu parler de crimes dans la région, mais ils ne s’attendaient pas à ce que soit là, devant chez eux, dans L’Avenue.
Wildeve Stanton mène seule l’enquête.  Tout le monde a ses petits secrets. Les Lockwood comme leurs voisins.  Un huit clos au paradis.

Editeur : Slatkine & Cie, 510 pages, date sortie : 15 avril 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.