Dans l’ombre du loup – Olivier Merle

Un prologue très intrigant

Janvier : un extrait du journal Libération : toute une famille de français massacrée atrocement à Abidjan, le mari a disparu.
Février : un industriel abattu à la frontière orientale de la Pologne.

L’histoire débute à la SRPJ de Rennes où le commandant Hubert Grimm vient d’être muté à la tête d’une petite équipe. Un personnage atypique, haut en couleurs, un flic qui ne ressemble à aucun autre. Un climato-dépressif qui dévore des tonnes de livres sur le sujet, un écologique jusqu’au bout des ongles, obsessionnel, pétri de contradictions, il consulte une psychiatre chaque semaine. Il s’ennuie à mourir en Bretagne, il faut dire qu’il ne s’y passe pas grand chose. Quand Kerdegat, un notable du coin, un industriel détestable, commence à recevoir des lettres et coups de téléphone anonymes, Hubert Grimm est chargé de l’enquête. L’affaire est loin d’être palpitante et ne l’inspire guère mais sa hiérarchie insiste pour qu’il s’y intéresse en toute discrétion, il ne faut surtout pas que la presse ait vent de l’affaire.

Une très belle surprise !

D’autant plus belle que je ne m’y attendais pas du tout. Il m’a fallu quelques chapitres pour m’habiter à la plume de l’auteur, classique et quelque peu désuète sur les bords. Ça démarre lentement, calmement, comme dans un film de Chabrol. Ambiance provinciale, rien de bien passionnant à se mettre sous la dent durant les 100 premières pages, j’ai eu très peur que l’intrigue vire « style rubrique ennuyeuse chiens écrasés ou querelles de voisinage ». Et puis, tout à coup, la surprise ! L’histoire prend un virage à 180° ! Une découverte macabre, un corps découpé en petits morceaux dans un sac poubelle sur la terrasse du notable Kerdegat, la tête est introuvable.

La banale affaire se transforme en une enquête alambiquée, tordue à souhait et l’envers du décor qu’on découvre n’est pas joli à voir.

Dévoré ce pavé de 541 pages quasi d’une traite

L’intrigue est fort bien construite et menée de main de maître. Les surprises et les rebondissements s’enchaînent, on rebondit de l’un à l’autre. Olivier Merle sème des indices au compte goutte et nous balade sur de nombreuses fausses pistes, les multiples ramifications nous font passer d’un chantier industriel à un club sadomasochiste avec les dérives de la nuit en mettent en lumière de sombres secrets et scandales.

Hubert Grimm a beaucoup de flair et il peut s’appuyer sur sa petite équipe très soudée. Une belle galerie de personnages, des protagonistes bien construits, très humains, auxquels on s’attache vite. L’enquête avance entre filatures, travail de terrain et interrogatoires. L’air de rien, par petites touches, la tension monte en flèche, impossible de lâcher la lecture, je reste scotchée jusqu’au surprenant final.

Un vrai bon polar « à l’ancienne »

Très bien ficelé et efficace jusqu’au bout. Je vous le recommande vivement ! D’ailleurs, je lancerais bien une pétition pour qu’Hubert Grimm et son équipe reprennent très vite du service.

Je remercie chaleureusement les éditions XO pour leur confiance.

Olivier Merle est le fils de Robert Merle. L’ombre du loup est son premier polar, mais il n’en est pas à son coup d’essai, il a déjà publié une dizaine de romans, surtout historiques. Son dernier paru chez XO en 2019 est « Libre d’aimer », la passion amoureuse de deux femmes sous l’Occupation.

4ème Couverture

Un flic pas comme les autres qui avance, pas à pas, dans l’ombre du loup…
A Rennes, l’officier de police Hubert Grimm affronte une affaire obsédante : un notable, M. Kerdegat, personnage désagréable et méprisant, reçoit coups de téléphone et lettres anonymes. Il y a aussi cet homme en scooter qui semble traquer les moindres faits et gestes du chef d’entreprise. 
Jusqu’au jour où l’employée de maison des Kerdegat tombe, devant la demeure familiale, sur un corps découpé en morceaux. La tête du cadavre est introuvable… 
Cette fois, l’enquête prend un tour terrifiant. Hubert Grimm découvre les ramifications de ce qui n’était, au départ, qu’une sale histoire de corbeau : un club sadomasochiste, des messages codés, des mises en scène morbides. Et une famille décimée. 
Parfois, une seule affaire peut terrifier une ville entière 

Editeur : XO, 541 pages, date sortie : 25 février 2021

3 commentaires sur « Dans l’ombre du loup – Olivier Merle »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.