OUI ? NON ?

Mes déceptions et lectures mitigées octobre 2020.

La rubrique OUI ? NON ?  ou les minis retours en quelques lignes.

Petit rappel pour les nouveaux venus ou ceux qui me suivent de loin.
J’ai lancé cette rubrique en mai 2019, suite à ma décision de ne plus faire de longues chroniques

pour les lectures mitigées ou les déceptions.
Le blog étant fort chronophage, je préfère consacrer du temps et de l’énergie
à vous parler des livres que j’ai beaucoup aimé.

J’assume entièrement mes déceptions, mon humble avis est tout à fait subjectif et n’est pas parole d’évangile.  Je vous ai toujours promis la transparence dans mes ressentis. N’hésitez jamais à lire ces romans pour vous faire votre propre avis.
Je ne remets nullement en question les qualités du roman, j’ai bien trop de respect pour les auteurs. Disons que je suis juste « passée à côté » de l’histoire, de l’univers du récit, de l’écriture, etc… ou que je n’ai pas tout simplement pas aimé.  Allez savoir !

Il y a fort longtemps que je n’avais plus lu Harlan Coben. Je me suis laissée tenter par le retour dithyrambique d’une copine blogueuse, je m’attendais à passer un excellent moment. On n’a pas dû lire le même roman. Mais où est donc passé le Harlan Coben des débuts, celui qui avait du souffle, celui qui  nous scotchait à nos bouquins ? Là, franchement, je tombe de très haut !!!  
Vous savez combien je déteste écrire ce genre de retour très mitigé, quand je ne trouve rien de positif à vous partager. 
A aucun moment, je ne suis vraiment entrée dans ma lecture. L’intrigue est boiteuse, manque cruellement de rythme et se traine en longueur sur trois pattes. Une histoire de disparitions d’adolescents mêlée à des magouilles politiques et à la prochaine élection présidentielle. C’est fort décousu, confus, sans beaucoup de cohérence, ni suspense. Impossible de m’attacher à aucun personnage. Rien ne bouge durant plus de la moitié du roman, l’ennui a eu raison de moi, j’ai abandonné… enfin, disons que j’ai terminé ma lecture en diagonale. Bref, ma plus grosse déception 2020 !  Pour les fans inconditionnels d’Harlan Coben.

4ème Couverture
Vous ne savez rien de lui, il est pourtant votre seul espoir.
Le maître incontesté du thriller vous emmène en balade sur le chemin d’une nouvelle insomnie… Prenez garde à ne pas vous perdre.
WILDE.
SON NOM EST UNE ÉNIGME, TOUT COMME SON PASSÉ.
Il a grandi dans les bois. Seul. 
Aujourd’hui, c’est un enquêteur aux méthodes très spéciales.
VOUS IGNOREZ TOUT DE LUI.
Il est pourtant le seul à pouvoir retrouver votre fille et cet autre lycéen disparu.
Le seul à pouvoir les délivrer d’un chantage cruel. D’un piège aux ramifications inimaginables.
Mais ne le perdez pas de vue.
CAR, DANS LA FORÊT, NOMBREUX SONT LES DANGERS ET RARES SONT LES CHEMINS QUI RAMÈNENT À LA MAISON. Editeur : Belfond, date sortie : 15 octobre 2020

Un triangle amoureux : Cécile, l’épouse, Patrick, le mari et Raphaëlle, la maîtresse. Cécile est assassinée chez elle en pleine nuit Qui l’a tuée ?
Le mari ? La maîtresse ? Ou les deux ensemble ?
Une intrigue plutôt machiavélique, entre passion et manipulation, entre mensonges et trahison.
Il n’y a pas énormément de suspense, on se s’attache à aucun personnage et pourtant une certaine tension s’installe et le lecteur est vite embarqué dans ce piège psychologique. Les chapitres courts nous tiennent en haleine, on avale les 400 pages quasi d’une traite.
Mais alors, pourquoi ai-je ressenti une certaine déception ? Je m’attendais à quelque chose de plus original, l’intrigue ne brille pas par son originalité, un fait divers vu, revu et re-revu !
Si vous aimez les triangles amoureux, les histoires de passion qui tournent mal, les pièges, les manipulations… alors, vous passerez un très bon moment lecture.
Le final se laisse deviner, je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus jubilatoire. En matière de manipulation et de grand art,  nous sommes fort loin de l’extraordinaire Hortense. Le meilleur roman de Jacques Expert à mes yeux. Si vous ne l’avez pas lu, je vous le recommande plus que vivement !

4ème Couverture
Cette nuit-là, dans la banlieue chic de Bordeaux, Cécile, 44 ans, est réveillée par une voix familière : « Debout, il faut qu’on parle. »
Quelques instants après, elle est précipitée dans l’escalier de  marbre de sa maison et tuée sur le coup.
Aux origines du meurtre, la police le comprend très vite, il y a la liaison passionnée entre le mari de Cécile et son assistante, Raphaëlle. Liaison pour laquelle Raphaëlle a tout quitté, y compris ses enfants, métamorphosée par cet amour plus fort qu’elle. Qui a tué Cécile ? Le mari, la maîtresse ? Les deux ensemble ? Peu à peu, une manipulation parfaite se dessine sous nos yeux. Effrayante. Oppressante. Et, peut-être, fatale ?
Editeur : Calmann Levy, date sortie : 7 octobre 2020

Lire les morts est le premier tome d’une trilogie à venir. Jacob Ross est un poète reconnu, originaire de l’île de la Barbade. L’histoire se déroule sur l’île de Camaho (ile fictive) des Caraïbes. Michael Digson survit tant bien que mal dans une cabane héritée de sa grand mère. Trop pauvre pour avoir terminé ses études, il possède un sens de l’observation hors du commun, c’est ainsi qu’il rejoint par hasard les rangs de la police. Il espère secrètement se pencher sur la disparition de sa mère, l’affaire n’a jamais été élucidée. Nous le suivons dans une enquête cold case, la disparition suspecte d’un jeune homme. Il sera assisté de Miss Stanislaus, une femme étonnante, fine observatrice au caractère trempé.
Un roman d’atmosphère, exotique et coloré. Les enquêtes ne sont qu’un prétexte pour nous plonger dans la vie de l’île entre les couleurs, le soleil, la misère et les tensions. Un voyage au coeur des coutumes locales, entre les croyances et superstitions, les mentalités, la culture, le poids de la religion, les sectes, la place des femmes dans l’ombre des hommes et les violences qu’elles subissent.
C’est magnifiquement écrit, la plume est fine et très littéraire. Mais, tous les dialogues sont en créole, le dialecte local. Certes, l’immersion est totale, cela donne une belle musicalité, très chantante mais cela m’a beaucoup dérangé et déconcentré. L’histoire est prenante dans sa première partie, ensuite, les enquêtes partent dans tous les sens, j’ai eu beaucoup de mal à m’accrocher au récit et je me suis un peu perdue en cours de route.
Un très beau roman mais un ressenti final en demi teinte. Peut être ne suis-je tout simplement pas le bon public ?

4ème Couverture
Camaho, une île des Caraïbes. Michael Digson survit tant bien que mal dans une cahute héritée de sa grand-mère. Jusqu’au jour où il croise la route de Chilman, un vieux flic anticonformiste qui lui propose d’intégrer la brigade criminelle. Un peu réticent, Digson accepte finalement de rejoindre son équipe, y voyant l’occasion de reprendre l’enquête sur le meurtre de sa mère, jamais élucidé. Alors qu’il s’avère particulièrement efficace dans la lecture des scènes de crime, Chilman lui confie une affaire qui le hante depuis longtemps, la disparition suspecte d’un jeune homme. 
Editeur : Sonatine, date sortie : 1 octobre 2020.

6 commentaires sur « OUI ? NON ? »

      1. Je l’ai terminé dans la journée, et j’avoue avoir bien accroché même si je te rejoins sur le manque de suspense. J’ai également d’un petit problème pour raccorder les différents points entre eux…

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.