Les poupées de Nijar – Gilles Vincent

Une pépite dans un écrin noir…

Thomas Volner, photographe, est envoyé en reportage pour capturer et dénoncer la misère dans le « jardin de l’Europe ». Des hectares de serres industrielles entre Malaga et Almeria, au coeur des déserts d’Andalousie, qui fournissent la moitié des fruits et légumes consommés par l’Union européenne. Les travailleurs migrants y sont exploités, réduits à l’esclavage, vivant dans d’effroyables conditions.  Les autorités européennes gardent le plus grand silence sur ces horreurs.  Tout est permis au nom du fric, même l’innommable !

Durant son reportage sur place, Thomas va découvrir une sordide affaire, un drame qui secoue les médias et toute l’Espagne. Des enfants de la région disparaissent et sont retrouvés quelques jours plus tard suspendus à la branche d’un arbre comme des poupées de chiffon. Qui s’en prend à ces malheureux enfants et pourquoi ? Ces morts seraient elles liées au passé franquiste de l’Espagne ? Il s’est passé tellement d’abominations sous le régime de Franco et les secrets inavouables passés sous silence remontent lentement à la surface.

Gilles Vincent nous offre un excellent polar à la fois roman noir social, écologique et historique. Il nous émeut et nous trouble. Il nous questionne sur des sujets graves et nous fait réfléchir à travers une fine analyse de cette Espagne déchirée et malade de son passé. L’auteur a aiguisé sa plume pour donner vie à de beaux personnages, touchants, ambigus et plein d’humanité.
L’enquête est superbement construite, elle nous balade sur de nombreuses fausses pistes et nous tient en haleine jusqu’à la toute dernière page.

Chaudement recommandé !!!

Je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec l’excellent L’affaire Jane De Boy – Simone Gélin.

J’ai découvert le grand talent de Gilles Vincent avec Hyenae.  Un uppercut en plein coeur !
Les poupées de Nijar s’inscrit dans un registre très différent mais tout aussi bon.

Je remercie chaleureusement les éditions Au diable Vauvert pour leur confiance.

4ème Couverture

Photographe du chaos, Thomas Volner est envoyé capturer le désespoir des serres incandescentes de l’Andalousie, mer de plastique au milieu du désert espagnol. Jardins gigantesques, dévastation environnementale sans précédent, travailleurs africains réduits à l’esclavage et au silence : tous les ingrédients d’un reportage à scandale. Sur cette trame déjà explosive, une étrange affaire empêche toute l’Espagne de dormir. Enlevés sur le chemin de l’école, à la sortie de la piscine ou du judo, les enfants de la région disparaissent pour être retrouvés quelques jours plus tard, suspendus à la branche d’un arbre, comme de sordides pantins. Aucun témoin, encore moins d’indices, mais la terreur dans leurs yeux… Roman noir, historique, politique, social, écologique, réaliste et humanitaire, Gilles Vincent réussi le pari de signer un polar kaléidoscopique. Un polar-portrait d’une Espagne exploitée et désespérée.

Editeur : Au diable Vauvert, 364 pages, date sortie : 13 février 2020

2 commentaires sur « Les poupées de Nijar – Gilles Vincent »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.