L’aigle de sang – Marc Voltenauer

Je suis Marc Voltenauer depuis ses débuts, j’ai beaucoup aimé ses deux premiers romans Le dragon du Muveran et Qui a tué Heidi ?
« L’aigle de sang », son troisième opus est vraiment son meilleur, le plus abouti des trois. Je l’ai adoré !

Nous retrouvons l’inspecteur Andreas Auer sur les traces de son passé, suite à la révélation d’un lourd secret familial que sa soeur a choisi de faire éclater. Il part à la recherche de son identité sur la petite île de Gotland, entre la Suède et l’Estonie.  Une île au riche passé viking où le folklore est bien vivant, où l’on peut apercevoir des monuments funéraires en forme de bateaux échoués sur les côtes, où l’imaginaire, les traditions ancestrales celtes et les croyances sont toujours bien présentes. Gotland, une petite île où la nature tient une place importante, elle est même un personnage à part entière (à l’image des polars nordiques).

Gotland, l’île d’enfance de Marc Voltenauer, on sent tout l’amour qu’il lui voue à la façon qu’il a de la faire vivre et de nous faire ressentir son ambiance par une foule de petits détails sur les us et coutumes.

Une histoire pleine de ramifications et de personnages, entre secrets, quête d’identité, confrérie viking et meurtres rituels.

La symbolique de l’Aigle de sang se réfère à la barbarie nazie et aussi à des rites celtes.

Un fabuleux voyage qui s’étale entre deux époques, les années 70 et aujourd’hui, avec quelques incursions en 1944. A peine débarqué sur l’île, bien décidé à faire la lumière sur son passé, l’inspecteur Andreas Auer commence à interroger les habitants, il va devoir affronter la loi du silence,  il y a de lourds secrets qu’il vaut mieux taire, les vieux sont frappés d’amnésie ou ils mentent ouvertement. Andreas ne se décourage pas, il creuse profond, il frappe à toutes les portes jusqu’à déterrer une sombre histoire vieille de 40 ans, que tout le monde a soit disant oublié. Une confrérie viking qui honorait les dieux nordiques à travers des cérémonies païennes pour justifier ses meurtres et sacrifices. (Petit clin d’oeil au Dragon du Muveran où le tueur s’emparait des versets bibliques pour tuer). Andreas semble avoir ouvert la mauvaise porte… les meurtres recommencent et le voilà emporté malgré lui dans une spirale infernale. Il ira jusqu’au bout dans son enquête, les révélations le secoueront profondément. En sortira-t-il indemne ?

Marc Voltenauer maîtrise parfaitement la construction complexe, le lecteur ne s’y perd pas et je vous assure qu’avec les flash back, les pièces du puzzle à assembler et les nombreux personnages, c’était pas gagné ! Il nous immerge complètement et nous fait ressentir cette atmosphère pesante de l’île. Le scénario de ce huis clos est en béton sans aucune faille, le rythme est parfait entre accélérations et respirations, les personnages ont une belle épaisseur, leur passé trouble les rend ambigus, voire attachants pour certains. Les rebondissements sont distillés intelligemment tout au long du récit pour tenir le lecteur en haleine et le suspense ne faiblit pas jusqu’à la révélation finale qui donne froid dans le dos.

500 pages passionnantes qu’on a envie de lire d’une traite, je vous mets au défi de lâcher votre lecture une fois entamée. Bravo monsieur Marc Voltenauer !

Je remercie chaleureusement les éditions Slatkine et Cie pour leur confiance renouvelée.

4ème Couverture

Un secret de famille, une épitaphe mystérieuse, une inquiétante confrérie viking… L’inspecteur Auer était parti sur l’île de Gotland à la recherche de ses origines, il se retrouve prisonnier d’une enquête vertigineuse, entre Suisse et Suède, sur fond de meurtre rituel et de disparitions. En dénouant les hypothèses, il remonte au plus lointain de son enfance. Mais qui est vraiment Andreas Auer ?
Après l’immense succès du Dragon du Muveran et de Qui a tué Heidi ?, Marc Voltenauer livre enfin la troisième saison des aventures de l’inspecteur Auer. De Gryon à Gotland, en passant par Paris, un voyage dont vous n’êtes pas prêt de revenir.

Editeur: Slatkine & Cie, 511 pages, date sortie: 14 mars 2019

10 commentaires sur « L’aigle de sang – Marc Voltenauer »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.