Que vais-je lire en février 2021 ?


Janvier a été un mois tout à fait dingue, côté sorties et côté lecture. J’avais sélectionné seize titres, j’ai mis le turbo, il m’en reste deux à lire. Les choses semblent se calmer un peu pour février, quoique, je n’en suis pas si sûre. J’ai été très raisonnable dans mes choix, j’ai sélectionné 9 titres et 2 bandes dessinées (à confirmer).

Cinq découvertes, je jubile déjà énormément… et quatre retrouvailles fort attendues. Jean-Christophe Portes quitte pour un temps sa série historique et nous propose un polar contemporain. « La dernière tempête » clôture la trilogie ‘La dame de Reykjavik’, quel grand bonheur de retrouver l’enquêtrice Hulda Hermansdóttir ! « Qui le sait » de Lesley Kara, (la sortie avait été reportée en mai) sort finalement le 21 janvier, vous suivez toujours ? il fera donc partie de mes lectures de février. J’ai beaucoup aimé son premier roman La rumeur. Et enfin, le petit dernier de la série Helen Grace « Loup y es-tu ? » (à confirmer, mais la sortie a l’air maintenue en février.)

Cette liste est bien sûr non exhaustive, on n’est jamais à l’abri de surprises envoyées par les éditeurs.

Et vous, dites-moi, quels titres vous tentent ?

Je vous souhaite de très belles lectures en ce mois de février. Et surtout, n’oubliez pas…

Soyez fous et déraisonnables, peu importe la hauteur de vos PAL,
achetez des livres, beaucoup de livres, prêtez les, empruntez les peu importe.
LISEZ, LISEZ, LISEZ… cela rend heureux.

Elle pensait pouvoir oublier ses secrets les plus noirs. Elle avait tort.
Astrid, ancienne alcoolique, n’a pas touché un verre depuis 192 jours, 7 heures et 15 minutes.
Pour fuir son passé douloureux, Astrid a quitté Londres.  Elle vit chez sa mère dans une petite station balnéaire et essaie de se reconstruire. Pourtant, malgré les réunions des Alcooliques Anonymes et sa volonté de commencer une nouvelle vie, certains souvenirs continuent de la hanter.  Car quelqu’un sait exactement ce que fuit Astrid.  Et il n’arrêtera pas de la harceler jusqu’à ce qu’elle apprenne que certaines fautes ne peuvent pas être pardonnées. Pour celles-ci, il faut rendre des comptes…
Les Escales, 21 janvier 2021

Lorsque le corps d’un homme affreusement mutilé est retrouvé dans une grange au nord de Stockholm, l’inspecteur Carl Edson et son équipe s’attendent – malgré la grande cruauté des faits – à une enquête pour meurtre assez routinière. Mais quand ils découvrent avec stupéfaction que la victime est encore en vie et qu’elle est achevée quelques heures plus tard à l’hôpital, ils comprennent qu’ils ont affaire à un ennemi redoutable… Aidé par une journaliste particulièrement pugnace et débrouillarde, Carl Edson sait qu’il doit agir vite. Car les victimes s’additionnent et le bourreau semble apporter un soin particulier à les faire souffrir. Ce thriller sous haute tension, porté par une narration surprenante, interroge notre perception de la victime et du bourreau.   Denoël, 3 février 2021

Nous sommes à Los Angeles, dans les hautes sphères du monde de l’art contemporain. Le Rocque Museum se prépare à l’évènement de l’année, le vernissage de la nouvelle exposition de Kim Lord, « Natures Mortes ». Kim Lord est une icône féministe, connue pour ses œuvres provocatrices et d’avant-garde. Cela fait cinq ans qu’elle prépare ce nouveau projet : une série de onze autoportraits dans lesquels elle incarne des femmes assassinées ayant défrayé les chroniques. Toute la crème de Los Angeles est au rendez-vous le soir du gala, mais la principale intéressée se fait attendre et plus la soirée avance, plus l’inquiétude de l’équipe du Rocque tourne à la frénésie : où est passée Kim Lord ?
Actes Sud, 3 février 2021

KIM Seong-ho est un profileur réputé de Séoul chargé d’une enquête sur un cyber-harcèlement. Très vite, les suspects se retournent contre lui, piratent ses comptes et exposent publiquement sa vie.
Pour le sortir de ce piège, son chef lui confie une nouvelle enquête loin de Séoul, sur l’île de Sambo. Dans ce haut lieu du chamanisme, trois femmes ont disparu, probablement victimes d’un serial killer. Kim Seong-ho est accompagné par Yeo Do-yun, conservateur de musée, spécialiste du folklore et des rites chamaniques, notamment du ssitgim-gut de Sambo.
Le ssitgim-gut est littéralement :  » le rituel pour laver les sentiments d’amertume et de rancune éprouvés par le défunt ou la défunte au moment de son trépas « . Mais sur l’île, en ce mois de janvier, dans l’air glacial fouetté par la pluie et les vagues, les victimes ne sont pas encore prêtes au pardon. De mystérieux conciliabules nocturnes ont lieu entre deux silhouettes, des chiots sont tués, une atmosphère de plus en plus lourde s’abat sur les épaules de Kim Song-ho qui commence à ressentir d’étranges maux de têtes à mesure que des souvenirs personnels viennent se mêler à son enquête…  Matin Calme, 4 février 2021

Depuis que sa fille Manon est morte, il y a dix ans, Anne n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle a tout perdu, sa famille comme ses ambitions professionnelles. Et le jour où elle croise l’homme qu’elle soupçonne d’avoir assassiné sa fille, quelque chose se brise à nouveau.
Elle en est convaincue, Simon Bonnamy, le fameux médecin qui était le petit-ami de Manon au moment du meurtre, est coupable. En apparence, l’homme est respectable, intouchable même. Mais peu avant sa mort, la jeune femme avait laissé un message disant qu’elle avait peur.  Décidée à livrer seule ce combat pour faire éclater la vérité, Anne se lance sur les traces de Bonnamy. Est-il un pervers narcissique et un serial killer qui tue en toute impunité  ? Ou bien Anne a-t-elle perdu la raison  ? Une terrible lutte s’engage. Elle va les conduire aux confins de l’enfer….  City, 3 février 2021

Dans les bois, personne ne vous entendra crier.
Quelque chose de mauvais hante les sentiers de New Forest.  D’abord, ce sont des cadavres chevaux sauvages retrouvés en morceaux.  Puis ce sont des hommes et des femmes innocents dont les cris de désespoir résonnent encore.  Mais personne ne les entend…
Traqués par une présence sans visage, les victimes sont transpercées de flèches et pendues aux chênes de la forêt.  La détective Helen Grace doit faire face à un nouveau cauchemar.  Pourquoi des campeurs sans défense sont-ils pris pour cible ?  Que signifient leurs assassinats ?  Est-ce un psychopathe ?  La forêt demande-t-elle des sacrifices ?  Helen devra affronter les ténèbres les plus sombres pour résoudre son enquête la plus complexe et plus macabre à ce jour. Les Escales, 11 février 2021

Un récit d’émancipation vibrant de beauté et de rage. Dans cette région désolée des Appalaches que l’on appelle la Rust Belt, la vie ressemble à une damnation. C’est un pays d’hommes déchus où l’alcool de contrebande et la religion font la loi, où les femmes n’ont pas d’histoire. Élevée dans l’ombre de son père, un prêcheur charismatique, Wren, comme sa mère avant elle, semble suivre un destin tout tracé. Jusqu’au jour où un accident lui donne l’occasion de reprendre sa vie en main.  Ce premier roman inoubliable, qui dépeint la lutte de deux générations de femmes pour devenir elles-mêmes dans un pays en pleine désolation, annonce la naissance d’une auteure au talent époustouflant.   Sonatine, 18 février 2021

À Reykjavík, l’enquêtrice Hulda Hermansdóttir, la quarantaine, fuit sa famille dysfonctionnelle en se jetant à corps perdu dans le travail. Sa fille Dimma est en perpétuelle crise, et les relations avec son mari, Jón, se sont terriblement dégradées.
À l’autre bout du pays, dans une ferme d’une vallée reculée de l’est de l’Islande, un couple est l’otage d’une terrible tempête de neige quand un homme vient frapper à leur porte et réclame l’asile pour la nuit. Son discours est décousu, son regard, indéchiffrable. Les rafales reprennent de plus belle, l’électricité est soudain coupée : le couple se retrouve coincé avec l’inconnu.
Pour tous, à Reykjavík ou dans la vallée perdue, ces quelques jours avant Noël vont tout faire basculer. La famille de Hulda explose. Et dans la petite ferme, deux mois après les faits, on a retrouvé deux cadavres. Un double meurtre sur lequel Hulda va se jeter pour tenter d’oublier son chagrin et sa colère.   La Martinière, le 25 février 2021

Un flic pas comme les autres qui avance, pas à pas, dans l’ombre du loup…
A Rennes, l’officier de police Hubert Grimm affronte une affaire obsédante : un notable, M. Kerdegat, personnage désagréable et méprisant, reçoit coups de téléphone et lettres anonymes. Il y a aussi cet homme en scooter qui semble traquer les moindres faits et gestes du chef d’entreprise. Jusqu’au jour où l’employée de maison des Kerdegat tombe, devant la demeure familiale, sur un corps découpé en morceaux. La tête du cadavre est introuvable… Cette fois, l’enquête prend un tour terrifiant. Hubert Grimm découvre les ramifications de ce qui n’était, au départ, qu’une sale histoire de corbeau : un club sadomasochiste, des messages codés, des mises en scène morbides. Et une famille décimée.
Parfois, une seule affaire peut terrifier une ville entière.   XO, 25 février 2021

En bref, d’autres sorties, que je ne lirai probablement pas. Qui sait ?

NEGO – LAURENT COMBALVERT (Calmann Lévy, le 3 février)
Stanislas Monville est négociateur professionnel. Il intervient dans les kidnappings, les séquestrations, les extorsions… Ses années de service dans les forces spéciales comme les missions privées qu’il conduit désormais lui ont donné un instinct très sûr pour repérer les situations à risque. Aussi, lorsqu’il est contacté pour prendre en charge une négociation ultrasecrète autour du plus grand conservatoire de la biodiversité au monde, il sent bien un piège, mais la curiosité l’emporte. Très vite, il comprend qu’il a mis les pieds dans un engrenage dangereux, où l’écologie rime avec violence et fanatisme, et où chaque ultimatum risque d’être le dernier.

RIEN NE T’EFFACE – MICHEL BUSSI (Presses de la Cité, le 4 février)
2010. Maddi est médecin généraliste à Saint-Jean-de-Luz, une vie comblée avec Esteban, son fils de 10 ans. Ce jour d’été là, elle le laisse quelques minutes seul sur la plage. Quand elle revient, Esteban a disparu.
2020. Maddi a refait sa vie, et revient sur cette plage en pèlerinage. Au bord de l’eau, un enfant est là. Même maillot de bain, même taille, même corpulence, même coupe de cheveux. Elle s’approche. Le temps se fige. C’est Esteban, ou son jumeau parfait. Maddi n’a plus qu’une obsession, savoir qui est cet enfant. Il s’appelle Tom, il vit à Murol en Auvergne. Elle prend la décision de s’y installer. Plus Maddi espionne Tom, et plus les ressemblances avec Esteban paraissent inexplicables : mêmes passions, mêmes peurs… même tache de naissance. Jusqu’où sera-t-elle prête à aller pour découvrir la vérité, et sauver son enfant ? Ou ce garçon qui lui ressemble tant. Ce qu’elle ressent profondément, c’est que Tom est en danger. Et qu’elle seule peut le protéger.

MANHATTAN SUNSET – ROY BRAVERMAN (Hugo Thriller, le 4 février)
Un New York sombre et violent, avec des rues comme des canyons dans lesquels la vie se perd et la mort s’engouffre. Avec fracas parfois, comme lorsqu’elle vient saisir une petite fille, retrouvée assassinée, le corps mutilé, au milieu d’un amas d’épaves de voitures. En équilibre précaire, accroupi tout en haut d’une pile de carrosseries déglinguées, Pfiffelmann interroge son partenaire, l’inspecteur Donnelli :  » Alors, tu en dis quoi ?  »  Un début d’enquête somme toute normal. Sauf que  » Pfiff  » est un fantôme, qui exige lui aussi la vérité sur les circonstances de sa mort. Comme si Donnelli n’avait pas déjà tout son soûl de crimes, d’obsessions et de vengeances. Comme si la ville ne lui avait pas déjà arraché un lourd tribut. Pourtant, une fois par an, New York lui offre aussi un instant magique, lorsque le soleil couchant symétrique et flamboyant du Manhattanhenge prend la 42e rue en parfaite enfilade. Une illumination divine, comme la révélation d’un indice éclaire un crime d’une lumière nouvelle. Avant que tout, la ville comme la vie de Donnelli, ne sombre à nouveau dans la nuit.

EFFACER LES HOMMES – JEAN CHRISTOPHE TIXIER (Albin Michel, le 3 février)
Aveyron, été 1965. La vidange du barrage voisin ayant fait fuir les touristes, l’auberge de Victoire est désertée. Sur le point de mourir, cette dernière organise sa succession et souhaite transmettre son établissement à Eve, sa nièce. Or Marie, l’héritière légitime, entend faire valoir ses droits. La tension monte entre Eve, jeune fille éprise de liberté, et Marie, une nonne austère et radicale.

UNE GUERRE SANS FIN – JEAN PIERRE PERRIN (Rivages, le 3 février)
Les destins croisés de trois Occidentaux en Syrie : un diplomate courant après des documents compromettants, un mercenaire à la recherche d’une otage américaine, et un écrivain en quête de rédemption. Entre roman de guerre et quête littéraire, Une Guerre sans fin signe le retour en littérature d’un grand reporter de guerre.

LES LAMENTATIONS DU COYOTE – IGLESIAS GABINO (éditions Sonatine, le 4 février)
La Frontera, une zone de non-droit séparant le Mexique des États-Unis. C’est là que sévit le Coyote. Personne ne connaît son nom, mais à quoi bon ? Il est le Coyote, tout simplement. Celui dont la mission divine est de sauver des enfants mexicains en leur faisant passer clandestinement la frontière vers la terre promise. La Virgencita veille sur eux – et sur lui, son guerrier sacré, son exécuteur des basses œuvres. Autour de lui, d’autres habitants de la zone, confrontés eux aussi à la violence, au deuil, au désespoir. Tous résolus à se soulever contre un monde qui fait d’eux des indésirables. Cavales, fusillades, cartels, sacrifices sanglants, fantômes et divinités vengeresses… L’heure de la revanche latina a sonné.

SI CA SAIGNE – STEPHEN KING (Albin Michel, le 10 février)
Les journalistes le savent : si ça saigne, l’info se vend. Et l’explosion d’une bombe au collège Albert Macready est du pain béni dans le monde des news en continu. Holly Gibney de l’agence de détectives Finders Keepers, travaille sur sa dernière enquête lorsqu’elle apprend l’effroyable nouvelle en allumant la télévision. Elle ne sait pas pourquoi, le journaliste qui couvre les événements attire son attention…
Quatre nouvelles magistrales, dont cette suite inédite au thriller L’Outsider, qui illustrent, une fois de plus, l’étendue du talent de Stephen King.

TU NE SERAS PLUS MON FRERE – CHRISTIAN BLANCHARD (Belfond, le 11 février)
 » Tu ne seras plus mon frère mais un ennemi à éliminer. « 
2011, Syrie. Kasswara et Kamar, deux frères franco-syriens auparavant très unis, découvrent que l’amour fraternel n’est parfois pas assez fort. Quand le printemps arabe éclate, leurs divergences prennent le dessus. L’un rejoint la rébellion, l’autre demeure un fervent défenseur du régime de Bachar el-Assad. Il n’y a plus de frères maintenant mais deux camps. Tu ne seras plus mon frère mais un ennemi à éliminer.
2019, France. Florence Dutertre, assistante sociale, supervise le retour des  » lionceaux du califat « . Ces enfants de djihadistes français ont grandi dans des camps syriens sous le commandement de Daech. Bombes à retardement ou jeunes innocents ? La question ne semble pas se poser pour le sniper qui les exécute un par un à leur arrivée sur le territoire. Terriblement choquée, Florence est pourtant prête à tout pour sauver ces enfants auxquels on a appris à compter avec des grenades…

LA MERE NOIRE – JB POUY ET MARC VILLARD (Série Noire, le 11 février)

DIVINITES – PARKER BILAL (Série Noire, le 11 février)
Howard Thwaite, promoteur immobilier arrogant et influent, a lancé à Battersea, face à la Tamise, la construction d’un complexe d’appartements de luxe. À l’aube, arrivé sur le site avant l’embauche des travailleurs clandestins, le gardien kurde découvre au fond d’une vaste excavation deux corps ensevelis sous un monceau de pierres. L’épouse du promoteur et un collectionneur d’art, citoyen français d’origine japonaise, sont identifiés. Le sergent Drake enquête, flanqué contre son gré d’une psychologue anglo-iranienne, Crane. Il est musulman, elle est juive. Ni l’un ni l’autre ne sont blancs. Crane songe à la lapidation, châtiment prévu par la charia. Drake lorgne du côté de la cité multiraciale de Freestone et de l’incendie d’une mosquée jadis synagogue. Sur fond de tensions communautaires et d’argent nouveau venu d’ailleurs, Bilal dresse le portrait cinglant d’une société anglaise divisée, aux repères traditionnels brouillés.

9 commentaires sur « Que vais-je lire en février 2021 ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.