La marque du père – Emelie Schepp

Un polar nordique pas comme les autres….

Il s’agit du quatrième volet de la série Jana Berzelius, une procureure de Norrköping. Les enquêtes sont indépendantes, c’est ma première rencontre avec Emelie Schepp et cela ne m’a nullement gênée pour entrer pleinement dans son univers. Maintenant, j’ai juste envie de découvrir les trois premières aventures de Jana.

Nous suivons deux intrigues en parallèle. Un père anéanti après le meurtre sauvage de son épouse et l’enlèvement de Jonathan, son fils de six ans. Il s’est absenté un court moment pour une petite course et c’est le drame à son retour, un vrai cauchemar. Que s’est-il réellement passé ? Le père semble cacher des choses, l’enquête s’annonce bien compliquée pour la procureure Jana Berzelius qui la dirige aux côtés du commissaire Henrik et de l’inspectrice Mia. Au même moment, au parquet de Norrköping, Per Aström prépare le procès de Danilo Peno, un criminel endurci qui exige de rencontrer la procureure Jana Berzelius, il semble déterminé à lui rappeler leur passé criminel commun.

Le tour de force de ce roman est son personnage principal, l’énigmatique Jana Berzelius. Je l’ai adorée ! Une héroïne charismatique, atypique, complexe et ambigüe.  Une femme hantée par les démons de son passé sombre et violent. Une femme froide, distante et brutale, cachant ses émotions et incapable de nouer des liens sociaux, adepte des combats clandestins et prête à tuer pour protéger son terrible secret. On l’aime ou on la déteste mais elle ne laisse personne indifférent.

La course contre la montre pour retrouver Jonathan est prenante, pleine de ramifications et de rebondissements mais j’ai de loin préféré l’enquête personnelle de Jana Berzelius, tout simplement fascinante. Le mélange entre les enquêtes et la vie privée des personnages est équilibré et bien dosé.
Les deux intrigues s’imbriquent petit à petit grâce à une construction parfaitement maîtrisée.

Les amateurs de polars nordiques plus atmosphériques, qui prennent leur temps risquent d’être déçus. Emilie Schepp privilégie le rythme et l’action avec une écriture au scalpel, sans fioritures inutiles, un style direct qui percute. C’est hyper efficace ! Les chapitres sont très courts, mais en plus on change de personnage presqu’à chaque paragraphe, cela crée une tension particulière et donne un côté page turner à la lecture.

Une belle découverte et une auteure à suivre de très près !

Emelie Schepp est une star en Suède, elle a été élue auteure de l’année au festival de Gotland en 2016 et 2017.  Retenez bien son nom !

Je remercie chaleureusement les éditions HarperCollins pour leur confiance.

 

 

4ème Couverture

En ce début de soirée, Sam Witell s’absente de sa maison pour une course rapide. À son retour, il a tout perdu  : sa femme a été assassinée, son fils, Jonathan, six ans, a disparu. L’œuvre d’un pédophile  ? d’un psychopathe  ? Sous la houlette de la procureure Jana Berzelius, les policiers Henrik Levin et Mia Bolander enquêtent. Si leur soupçon porte d’abord sur le père, ce dernier semble avoir un solide alibi. Pourtant, de nombreuses zones d’ombre subsistent dans cette famille en apparence bien lisse… Pourquoi la défunte mère était-elle dépressive  ? Jana Berzelius doit démêler cette affaire aux ramifications complexes tandis que son passé de tueuse menace de refaire surface. Il va falloir frapper vite, et fort…

Editeur : HarperCollins, 432 pages, date sortie : 10 juin 2020

2 commentaires sur « La marque du père – Emelie Schepp »

  1. Bonsoir,
    Merci pour vos chroniques que je reçois régulièrement avec plaisir. Je ne suis pas toujours d’accord avec vous et c’est intéressant!
    Pour ce qui est d’Emelie Schepp, je pense qu’il faut vraiment commencer par le début, tout ce qui lie Jana la proc avec Danilo est primordial et passionnant.
    Vous aurez vraiment du plaisir à vous plonger dans cet univers, en les enfilant l’un derrière l’autre.
    Nous sommes vous et moi compatriotes, mais j’habite depuis plus de 50 ans en Suisse romande. Vous vous êtes située ( dans votre critique de l’homme du Nord) habitant près de la forêt de Soignes. J’étais Uccloise… et nous avons bien des connaissances communes mais pas toujours amies.!
    J’ai une librairie de polars actuels depuis 20 ans et c’est une passion!
    Belles lectures et bon été.

    J'aime

    1. Bonjour, merci pour votre partage. Heureusement que nos avis divergent par moment, c’est ce qui fait la richesse des ressentis et ce serait tellement barbant de toujours partager les mêmes avis. Merci pour le conseil concernant la série Jana la proc. En tant que blogueuse, il m’arrive souvent de découvrir des séries en cours, grâce aux belles surprises des maisons d’éditions et hélas, je n’ai pas beaucoup le temps de revenir en arrière, les services de presse n’attendent pas et les journées sont bien trop courtes. En effet, je suis Uccloise et j’adore ma commune. Je vous souhaite un magnifique été, de belles découvertes livresques et beaucoup de succès avec votre librairie polar.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.