Sept mensonges – Elizabeth Kay

 Une amitié obsessionnelle et toxique…

Un premier roman troublant et envoûtant. Un thriller psychologique différent, loin des romans vus et revus avec des ficelles grosses comme des cordages de voile.

Quand un petit mensonge en entraîne un deuxième et dégénère en sept mensonges. Un enchaînement infernal qui aboutit à une tragédie pour Jane et Marnie, deux amies fusionnelles et inséparables depuis l’enfance. Je ne vous dirai rien de plus de l’histoire, gardons le suspense !

Le roman débute par une confession, Jane raconte son premier mensonge « Si j’avais été sincère, si j’avais sacrifié notre amour pour le leur-, Charles serait probablement encore en vie aujourd’hui. »  Le lecteur a l’impression que Jane lui parle et le tutoie pour lui raconter son histoire. Cela lui donne d’emblée un sentiment d’intimité avec le récit. Mais à qui Jane parle-t-elle  ?

J’ai aimé la construction originale autour des sept mensonges. Dès la cinquième page, le lecteur sait que Charles va mourir, oh my God mais alors ça va manquer de suspense ? La première partie est assez lente, il ne se passe pas grand chose, on écoute le bavardage de Jane en craignant de s’ennuyer et de tourner en rond. Et puis une journaliste fouineuse cherchant la vérité sur la mort de Charles entre en scène et amène une belle tension au récit, une autre dynamique s’installe. Le rythme s’accélère, les rebondissements savamment dosés s’enchainent et nous maintiennent en haleine jusqu’à l’étonnant dénouement.

L’histoire est bien plus intelligente et effrayante qu’il n’y parait, déstabilisante à certains moments. Elle aborde les thèmes de l’amitié, l’amour, la jalousie, le deuil, l’obsession, la manipulation, le mensonge, la démence précoce, elle décortique les relations toxiques avec beaucoup de finesse.

Elizabeth Kay a créé un personnage étonnant et complexe en la personne de Jane, un beau portrait d’une femme torturée aux tendances obsessionnelles compulsives. Elle nous agace, elle nous énerve au plus haut point, on a envie de lui donner des claques par moment et pourtant on ne peut s’empêcher de ressentir de l’empathie pour cette femme avec sa vision discordante de la réalité.

Une bien belle découverte pour moi et une nouvelle auteure à suivre !

Mention spéciale pour le travail graphique effectué sur le livre, il est juste magnifique, il ressemble à une oeuvre d’art avec ses sept onglets sur la tranche.

Je remercie chaleureusement les éditions La Bête Noire pour leur confiance.

 

 

 

 

4ème Couverture

Tout a commencé par un mensonge. Un tout petit mensonge…
Jane et Marnie sont inséparables depuis l’enfance. Et si Jane avait été honnête depuis le début – si elle n’avait pas menti cette toute première fois –, alors peut-être que les choses auraient pu tourner autrement. Peut-être que le mari de sa meilleure amie serait encore en vie.
Le temps est venu pour Jane de dire la vérité, enfin… sa vérité. Tandis qu’elle se confie et décortique les sept mensonges qu’elle a racontés à Marnie, chacun plus terrible que le précédent, elle révèle les couches de noirceur qui ont infiltré leur amitié et les secrets toxiques qui remuent sous la surface. Mais une vérité peut toujours en cacher une autre…

Editeur : La Bête Noire, 400 pages, date sortie : 11 juin 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.