Il était deux fois – Franck Thilliez

 ENORME et BLUFFANT  !!!

Pour son dix huitième roman (et son 8ème « one shot » hors série Lucie et Sharko),  Franck Thilliez frappe fort, très fort, il nous surprend une fois de plus avec un thriller machiavélique et brillant. Je dirais sans aucune hésitation que c’est son meilleur cru dans sa série one shot (enfin jusqu’au prochain…). L’auteur joue avec ses lecteurs, on sent qu’il aime ça et prend un plaisir fou à nous engluer dans un piège diabolique.

Jubilation garantie à 100% !

En 2008, Julie 17 ans, disparait brutalement à Sagas, petite ville des montagnes, on ne retrouve que son vélo contre un arbre. Son père Gabriel Moscato, lieutenant de gendarmerie, se lance dans une enquête désespérée. Ses recherches le conduisent à l’hôtel de la Falaise, chambre 29. Exténué, il s’y endort avant d’être brutalement réveillé en pleine nuit par des impacts contre sa fenêtre. Il pleut des oiseaux morts. Gabriel se trouve deux étages plus bas, dans la chambre 7 au rez de chaussée. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en 2020 et que ça fait douze ans que sa fille a disparu.
Gabriel a oublié un énorme pan de sa vie, il semble souffrir d’une amnésie psychogène rétrograde (un mécanisme que le cerveau déclenche pour se protège d’un traumatisme trop violent). Non, je vous rassure Franck Thilliez n’a pas basculé dans le fantastique mais vous en dire plus gâcherait votre plaisir de lecture.

Une entrée fracassante qui vous happe illico dans une double enquête menée tambour battant entre les montagnes de Savoie, Lille, Bruxelles et un chalet perdu au fond de la Pologne.
Accrochez-vous bien, l’imagination du « maestro » est sans limite, il aborde ses thèmes favoris en se renouvelant, c’est ça la touche des grands, non ?
Il se lâche complètement et tire les ficelles dans tous les sens pour nous parler de l’enlèvement d’un enfant, du cerveau et de la mémoire, de la transgression, des pires perversions humaines en associant pas mal de références au monde de l’art avec Giacometti, Goya et Caravage entres autres. 

Franck Thilliez n’a pas son pareil pour nous enfermer dans une ambiance noire et anxiogène à souhait. Une grande partie de l’histoire se déroule dans la vallée encaissée de Sagas, il existe là-bas un étrange phénomène « la mort noire », on ne voit pas le soleil durant des semaines à cause de l’humidité. Bonjour l’angoisse, la déprime et l’atmosphère bien glauque qui vous filera la chair de poule.

Ma chronique risque d’être très longue si je m’étends en détails sur la construction vertigineuse, d’une virtuosité hallucinante. Les magnifiques personnages.  La complexité de l’intrigue et les nombreuses énigmes à décoder, les rebondissements, le rythme infernal, le suspense d’enfer, certaines scènes à glacer le sang, la tension qui vous vrillera les nerfs et vous empêche de respirer.
Vous avez dit addictif ? le mot est bien  faible pour parler de ces 520 pages hallucinantes.

Attention ! Vous qui ouvrez ce roman, vous voilà prévenu. Vous pénétrerez dans un labyrinthe sinueux aux multiples embranchements, vous progresserez entre fausses pistes, impasses, miroirs, doubles semblants et illusions. De quoi s’y perdre, rassurez-vous l’auteur a du génie pour vous guider à travers les couloirs grâce à de nombreux indices semés sous vos pas, mais il vous faudra être attentif pour les voir. Vos neurones se retourneront plus d’une fois pour trouver la sortie. Je vous laisse découvrir le final !!!!

Si vous vous posez la question, Il était deux fois est un one shot mais l’auteur offre une surprise inattendue à ses lecteurs fidèles, les nouveaux ne remarqueront rien et c’est très bien.

Un tout grand Franck THILLIEZ
Une fameuse claque !  Excellent !
JUBILATION TOTALE !!!

Je remercie chaleureusement les éditions Fleuve pour leur confiance.

4ème Couverture

En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée. Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…
Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…

Editeur : Fleuve Noir, 528 pages, date sortie : 4 juin 2020

6 commentaires sur « Il était deux fois – Franck Thilliez »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.