L’affaire Clara Miller – Olivier Bal

Il y a tout juste un an, je découvrais Olivier Bal et son diptyque Les limbes et Le maître des limbes.  Une magnifique rencontre, j’ai été entièrement conquise par la plume de l’auteur et son imagination débordante. Il a réussi un sacré exploit, celui de m’embarquer à fond dans un voyage teinté de fantastique (à la base ce n’est pas du tout ma tasse de thé).

C’est avec une certaine fébrilité que j’ai ouvert L’affaire Clara Miller. Changement de cap, exit le fantastique, l’auteur nous offre cette fois un roman noir. Je vous avoue avoir eu peur de la thématique : show bizz, rock star, célébrité, sexe, drogue et paillettes. Un univers à dix mille lieues de mes préocupations !

Bienvenue chez Mike Stilth, chanteur américain, rock star idolâtrée de son public qui vit à l’abri des paparazzis avec ses deux enfants dans sa propriété de Lost Lakes, immense manoir au beau milieu des forêts du New Hampshire transformé en forteresse ultra sécurisée. Des corps de jeunes femmes droguées sont repêchés dans sa propriété, dans le lac aux suicidées, six au total. On dirait qu’il se passe des choses bizarres durant la nuit à Lost Lakes. Clara Miller a été retrouvée morte quelques mois plus tôt, elle était journaliste. Paul Greeen, journaliste dans un tabloïd à scandale, amoureux de la jeune femme, ne croit pas une seconde à son suicide, il cherche à faire éclater la vérité au péril de sa vie.

Olivier Bal prend le temps d’installer son intrigue, on entre à petits pas dans ce récit raconté par six voix, au départ j’ai été déroutée par la construction de ce roman choral. Les chapitres oscillent entre deux époques 1995/2006 et les personnages font entendre leur voix pour éclairer l’histoire et en dévoiler les multiples facettes.

A mes yeux, l’intrigue n’est pas vraiment importante, bien solide pourtant, elle est présente en toile de fond, comme un fil conducteur qui relie les protagonistes et leurs secrets. La grande force du roman, ce sont les personnages qui portent l’histoire sur les épaules et lui donnent une dimension hors norme. Ils sont tellement réalistes qu’on a l’impression de les voir assis à nos côtés, de ressentir leurs émotions dans les moindres nuances, de comprendre leurs dilemmes, d’entendre leurs questionnements, on entre assez vite en empathie avec certains d’entre eux.

Au delà d’un simple roman noir, L’affaire Clara Miller est une peinture glaçante du monde de la célébrité. Je retrouve avec plaisir la très belle plume d’Olivier Bal.  Un fabuleux raconteur d’histoire et un créateur d’émotions, il a l’art de nous déstabiliser et connaît tous les secrets pour nous plonger dans des ambiances envoûtantes et hypnotisantes. Quel sacré talent !

Une excellente lecture, mais chut, ça reste entre nous… j’ai préféré le diptyque fantastique.

Je remercie chaleureusement les éditions XO pour leur confiance.

4ème Couverture

Son cadavre est remonté, comme celui d’autres femmes, à la surface de l’eau. Six au total… Là-bas, dans les forêts du New Hampshire, le lieu maudit porte un nom : le lac aux suicidées.
Clara Miller était journaliste. Comme Paul Green, le reporter du Globe qui débarque sur l’affaire. Il avait connu Clara étudiante, et ne croit pas un instant à la thèse du suicide.
Un homme l’intrigue : Mike Stilth, l’immense rock star retranchée à quelques kilomètres de là, à Lost Lakes, dans un manoir transformé en forteresse.
L’artiste y vit entouré d’une poignée de fidèles, dont Joan Harlow, redoutable attachée de presse qui veille sur son intimité et se bat comme une lionne dès que l’empire Stilth est attaqué.
Mais Paul, lui, a tout son temps. Dans sa vieille Ford déglinguée, il tourne inlassablement autour du domaine. Avec cette question : et si, du manoir, la route menait directement au lac ?

Editeur : XO, 493 pages, date sortie : 12 mars 2020

3 commentaires sur « L’affaire Clara Miller – Olivier Bal »

  1. Je n’avais pas lu ses précédents. J’ai découvert son style maîtrisé. Pas sûr, qu’il s’attarde dans le domaine du polar. Je suis prête à le suivre si ce n’est pas dans la SF. Merci pour ce partage😉

    J'aime

    1. Je n’aime pas la SF et pourtant Olivier Bal a réussi l’exploit de m’embarquer à fond. Ça ne coûte rien d’essayer le premier Les limbes, il est en poche et tu peux lire la chronique sur le blog. Peut être feras tu une belle découverte ?

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.