Rien dans la nuit que des fantômes – Chanelle Benz

Après la mort de sa grand mère, Billie James revient à Greendale, dans le Delta du Mississippi. Voilà trente ans qu’elle n’y a pas mis les pieds. Elle vient recevoir son héritage : 5000$ et une bicoque délabrée qui appartenait à son père, un poète noir renommé, militant des droits civiques. Cette maison lui est vaguement familière, même si ses souvenirs sont très flous. Elle avait quatre ans et elle était présente la nuit où son père est mort dans de mystérieuses circonstances. Tout le monde a parlé d’un tragique accident. Elle s’installe dans la maison et des bribes de son passé ressurgissent. Des rumeurs circulent laissant soupçonner une autre vérité.

Hantée par la mort de son père, Billie veut lui rendre justice, bien décidée à découvrir ce qui s’est réellement passé la nuit de sa mort. Elle sera aidée par son oncle Dee, le frère de son père et par un excentrique universitaire qui étudie l’oeuvre de Cliff James en vue d’écrire une biographie. Elle commence à creuser dans le passé, cherche des réponses auprès de  ceux qui ont connu son père en 1972, les vieux amis, les voisins, elle interroge la police mais ses questions dérangent, elle se heurte au silence. Petit à petit, elle exhume de vieux secrets, elle réveille des souvenirs que certains aimeraient garder enfouis.
Le voile se lève et les pièces du puzzle s’assemblent.

Je me suis laissée hypnotiser par cette balade envoûtante. Un magnifique roman noir, un roman tout en atmosphère. Un récit qui explore les tensions raciales des petites villes du Mississippi où rien n’a vraiment changé depuis les années 70, le sud ségrégationniste est toujours embourbé dans le racisme.
La plume est sublime, entre lyrisme et poésie noire.

Une très belle découverte !

Je remercie chaleureusement les éditions Seuil pour leur confiance.

4ème Couverture

Voici trente ans que Billie James n’a pas remis les pieds dans le Mississippi. Un sacré tempérament, quelques dollars en poche et son chien Rufus au bout de sa laisse, elle débarque à Greendale et s’installe dans une bicoque décrépite où vécut autrefois son père. Ce dernier, poète noir de renom, est mort de manière accidentelle alors que Billie n’avait que quatre ans. La petite fille était présente au moment du drame, mais n’en a conservé aucun souvenir.

Editeur : Seuil, 320 pages, date sortie : 5 mars 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.