Quatorze juillet – Bastien Vivès-Martin Quenehen

Un roman graphique d’une grande force, un polar noir qui nous plonge dans la France post-attentats, de l’après Charlie et du Bataclan.

Nous sommes dans un petit village tranquille dans la région de Grenoble. Vincent Louyot s’y installe avec sa fille Lisa. Il vient de perdre son épouse dans un attentat islamiste à Paris. Il pense faire son deuil loin de tout, à la campagne et retrouver le goût de vivre et de peindre. Vincent est abimé, traumatisé et animé d’un profond désir de vengeance. Sa fille Lisa est une adolescente mystérieuse, mutique et déboussolée. Lors d’un banal contrôle de routine, ils vont croiser la route de Jimmy Girard, un jeune gendarme sauveur dans l’âme qui aspire à aider les gens.  Jimmy, marqué par la mort récente de son père, décide de les prendre sous son aile, se sentant investi d’une mission de chevalier sauveur.

Un intrigue troublante et captivante qui soulève pas mal de questions sur la frontière du bien et du mal, la vengeance personnelle et le besoin de se faire justice, tout en analysant les mécanismes de la violence.  Peut-on être bourreau et victime en même temps ? Jusqu’où va-t-on quand on perd tous ses repères et qu’on flirte avec la ligne jaune ? La réflexion est pertinente et très intelligente.

L’album est co-écrit avec Martin Quenehen, journaliste et scénariste. Le dessin de Vivès va à l’essentiel, épuré et dépouillé au maximum. Les visages sont à peine esquissés par moment et la palette de noir et gris apporte une sensibilité particulière et une touche de poésie qui adoucit l’ambiance lourde et morose.

Je remercie chaleureusement les éditions Casterman pour leur confiance.

4ème Couverture

Quand Thierry, un jeune gendarme, rencontre Vincent, un peintre qui vient de perde sa femme dans un attentat, il décide de les prendre, sa fille Lisa et lui, sous son aile. Mais peut-on sauver les gens malgré eux ? Et dans quelle mesure est-il forcément juste de vouloir jouer les justiciers ? Dans ce polar contemporain, Bastien Vivès et Martin Quenehen dressent le portrait de personnages déboussolés qui cherchent à donner un sens à leur existence dans une France traumatisée, à la fois paranoïaque et divisée.

Editeur : Casterman, 252 pages, date sortie : 11 mars 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.