Pour seul refuge – Vincent Ortis

Une horrible machination !

 

Un premier thriller sélectionné parmi 150 manuscrits, il a remporté le Grand Prix des Enquêteurs. Les 12 jurés sont des grands noms dans leur domaine, ils représentent chacun un maillon essentiel de toute l’investigation judiciaire.

Une route isolée en pleine nature, dans l’Etat du Montana, au beau milieu d’une tempête de neige. Un juge sur le bord de la route, en panne de voiture. Aucune habitation à des kilomètres à la ronde, heureusement, un flic passe par là.  Ainsi débute cet étonnant premier thriller !

Trois histoires en parallèle, deux décors, deux parties et deux voix : la première nous enferme dans un huis clos anxiogène au fin fond d’une cabane perdue, la deuxième nous emmène dans un huis clos à ciel ouvert, elle nous plonge dans une terrible confrontation au fond de l’immensité des montagnes enneigées du Montana entre les ours et les animaux sauvages.
Entre les deux, une troisième voix se fait entendre, celle d’un homme enfermé et enchainé. Pourquoi ?

Une très belle surprise pour un premier roman. Vincent Ortis est français mais il pourrait rendre jaloux certains auteurs américains tant il maîtrise son sujet et nous fait ressentir l’atmosphère des grands espaces hostiles de l’Amérique profonde.

Je me suis laissée balader par l’auteur, j’ai lu les 336 pages quasi d’une traite,  il faut dire que le rythme est soutenu et la plume très fluide. L’intrigue est plutôt machiavélique et tient la route, même si le scénario reste fort classique. Les personnages au caractère bien trempé sont au coeur de cette histoire. La construction implacable est un sans faute. Les rebondissements maintiennent le suspense et la tension  jusqu’au bout. L’alternance des voix rend le récit hyper prenant, il est bien difficile de le lâcher en cours de route.

Une belle découverte, Vincent Ortis est un auteur à suivre assurément.

Je remercie chaleureusement les éditions La Bête Noire pour leur confiance.

4ème Couverture

La plus terrible des prisons est celle qui n’a pas de murs.

De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde.
Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d’altitude, deux hommes se font face : un jeune Indien accusé de viol avec tortures et le juge qui l’a condamné.
Chacun possède la moitié des informations qui pourraient les sauver, or : Ensemble, ils s’entretueront. Séparés, ils mourront.

Editeur : Robert Laffond (coll. La Bête Noire), 336 pages, date sortie : 12 septembre 2019

2 commentaires sur « Pour seul refuge – Vincent Ortis »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.