Zippo – Valentine Imhof

COUP DE COEUR !

Un bijou de noirceur

En 2018, Valentine Imhof a fait une entrée fracassante dans le monde du Noir. Son premier roman Par les rafales est une pépite littéraire !
Un uppercut que je n’oublierai jamais. Il vient d’ailleurs de remporter le Prix du BALAI DE LA DECOUVERTE par le Concierge masqué.

Elle récidive avec Zippo.

Je ne vous dirai rien de cette histoire hypnotisante, je préfère vous livrer mon ressenti, même si je sais que mes mots ne seront jamais à la hauteur de l’immense talent de Valentine Imhof.

Un récit noir et inclassable, loin de tous les codes du roman policier.
Une histoire d’amour sur fond BDSM, rage, passion, douleur et plaisir.
Deux corps qui se croisent, se cherchent, deux peaux qui s’attirent.
Une exploration des tourments et des failles de l’âme.
Un tueur pyromane, des flics prêts à tout pour le trouver.
Des personnages écorchés, meurtris, borderline… fouillés et sculptés au scalpel.
Une expérience sensorielle. Une lecture à nulle autre pareille faisant surgir
des sensations, des émotions du fond de mes entrailles.
Une tension s’installe dès les premières pages, le malaise ne me quittera pas durant 266 pages.
Une plume magnifique. Des mots puissants qui percutent, des mots bruts qui nouent
les tripes, des mots si beaux empreints de poésie noire et d’une musique très particulière.

Je ne sors pas indemne de cette lecture hors norme, Zippo m’a complètement retournée.

Dérangeant, violent, cru, abrasif.
Un roman vertigineux qui sent le soufre.

Zippo n’est pas à mettre entre toutes les mains. Les âmes trop sensibles, les amateurs de polars classiques et bien carrés passeront leur chemin. Ceux qui aiment le très noir littéraire, allez y !!!
Si vous n’avez pas encore lu Par les rafales , n’attendez plus, c’est un must pour tout amateur de noir.

Valentine Imhof… une grande dame du Noir, bourrée de talent. Retenez bien son nom !

Je remercie chaleureusement les éditions Rouergue pour leur confiance renouvelée.

 

4ème Couverture

Lorsqu’ils se sont rencontrés, elle était très jeune. Il lui a fait porter un loup noir, il l’a appelée Eva, il lui a appris à jouer avec le feu. Il était le maitre de ses émotions, de sa volonté, de sa souffrance. Il l’a perdue. Où qu’elle soit, où qu’elle se cache, il lui manque, il en est persuadé. Il ne cesse de la chercher, son zippo à la main, qu’elle reconnaîtra entre mille. Ce son unique quand il l’ouvre du pouce avant d’en faire rouler la molette, et le claquement sec du capot sur charnière qui étouffe abruptement la flamme charment sa solitude en ce neuvième anniversaire de leur rencontre. Mais comme elle tarde à ressurgir, il décide de lui laisser des messages. Et affole la police. Parce que ces blondes aux visages brûlés retrouvées mortes sur les bancs de Lincoln Park à Milwaukee, elles soulèvent les coeurs. Les lieutenants Mia Larström et Peter « Casanova » McNamara vont devoir faire la paix pour remonter jusqu’au tueur pyromane. Plus encore, démêler leurs parts de fureur et de nuit, se débattre avec les questions qui roulent dans leurs têtes jusqu’à l’usure, affronter ce qu’aucun lavage de cerveau n’a pu extraire de leurs mémoires. Avec ce roman ardent où des enquêteurs cagoules de cuir traquent le détenteur d’un briquet à essence dans des loges de bondage, Valentine Imhof ouvre le reliquaire des douleurs du passé et nous donne la fièvre.

Editeur : Rouergue, 266 pages, date sortie : 2 octobre 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.