Et tout sera silence – Michel Moatti

Je découvre Michel Moatti avec un thriller d’un réalisme glaçant, inscrit dans une actualité brûlante.

Une prostituée des pays de l’est est sauvagement assassinée. Peu avant sa mort, elle faisait la une des journaux à scandale après avoir été prise en photo avec un politicien entrain de sniffer de la coke.   La journaliste Lynn Dunsday doit couvrir l’affaire, son rédacteur en chef attend un scoop. Elle se retrouve vite entrain d’enquêter sur un ignoble trafic de femmes venant de l’est. Michel Moatti dénonce au passage les médias et leur façon immonde de traiter l’actualité, qui se résume bien souvent à une course aux scoops.

Et tout sera silence… Un voyage au coeur de l’horreur, cela se passe chez nous, tout le monde ferme les yeux et se tait.

Des femmes à qui on vend du rêve et des boulots bien payés dans des hôtels de luxe, elles quittent leur pays de misère pour se retrouver séquestrées, parquées et traitées comme des animaux, battues, abusées, droguées, violées, assassinées pour servir d’exemple, brisées, anéanties, humiliées, perdant toute dignité. Tout est permis pour leurs bourreaux sans scrupules ! Tout est permis au nom de l’argent !

Une enquête qui prend son temps pour s’installer, un récit sociétal qui sent le réel, documenté dans les moindres détails, Michel Moatti sait de quoi il parle.

Au final, je me pose la question : ai je aimé ce récit ? Je l’ai lu comme un documentaire terrifiant,  un récit journalistique délivrant un message d’une force incroyable. J’ai été moins convaincue par le côté fiction et je n’ai pas ressenti beaucoup d’empathie pour Lynn Dunsday. Les extraits du blog de la stupide et écervelée Lulubelle m’ont dérangée durant ma lecture, l’auteur a peut être choisi d’insérer cette superficialité pour alléger son récit et mettre en lumière la débilité profonde qui intéresse le grand public ?
Un petit bémol, j’ai trouvé la fin un peu beaucoup expéditive, mais ce n’est qu’un détail.

Un roman dur et éprouvant qui donne froid dans le dos et nous fait perdre presque tout espoir ou foi en l’humain. Les âmes sensibles passeront leur chemin.

Je remercie chaleureusement les éditions Hervé Chopin pour leur confiance.

4ème Couverture

Une nouvelle enquête de la Web-reporter Lynn Dunsday découverte dans Tu n’auras pas peur (Prix polar Cognac 2017).
Des femmes sont recrutées au fin fond de l’Europe par des organisations criminelles dont la violence est sans limite. L’une d’elle est retrouvée assassinée en Angleterre après avoir été au centre d’un scandale qui a éclaboussé un des plus hauts pairs du Royaume.
La police, les médias et les réseaux sociaux se jettent alors sur l’affaire dans la plus grande confusion… Lynn Dunsday, Web-reporter à la plume unique et aux méthodes expéditives, cherche à mettre un peu d’ordre dans tout ça, avec pour seul indice le Polaroïd sinistre de deux ados disparus.

Editeur : Hervé Chopin, 318 pages, date sortie : 6 juin 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.