La nostalgie du sang – Dario Correnti

COUP DE COEUR !!!

Un thriller fascinant qui nous embarque dès les premières pages. Nous sommes dans le nord de l’Italie, dans la province entre Milan et Bergame. L’histoire commence par un meurtre.  Une jeune femme est retrouvée éviscérée, la bouche pleine de terre, le mollet en partie mangé, des épingles placées à côté de son corps. La police pense à une secte satanique.

Deux journalistes des affaires criminelles doivent écrire un papier. Un couple apparemment mal assorti. Marco Besana, 58 ans, un vieux de la vieille, persuadé que ce sera sa dernière affaire, il est au seuil de la retraite. Un anti héros, cynique, désabusé, brillant, généreux et qui adore les bons plats.  Ilaria Piatti, une jeune stagiaire de 26 ans, la risée de toute la rédaction, maladroite, mal fagotée, timide, marquée par un traumatisme d’enfance. Intelligente, très enthousiaste et très douée pour mener l’enquête, elle possède une faculté d’analyse et une ténacité hors du commun. J’ai tout de suite pensé au personnage de Chloé Saint Laurent dans la série Profilage.

Elle a une intuition concernant les meurtres, elle la partage à Marco, il l’écoute, la prend sous son aile et deviendra ainsi son mentor, ils se complèteront merveilleusement pour former un terrible duo.  En fait Ilaria fait le lien avec les mises en scène de Vincenzo Verzeni, un tueur en série sévissant en 1870 en Italie, surnommé le vampire de Bottanuco et étudié à l’époque par Cesare Lombroso, père de la criminologie moderne.

Vincenzo Verzeni, le vampire de Bergame

 

La Nostalgie du sang, thriller atypique et passionnant, entremêle habilement une histoire qui s’est réellement passée au siècle dernier avec l’enquête du présent. Dario Correnti intègre le récit de l’époque, à travers des extraits de documents, à l’histoire d’aujourd’hui.

 

 

Ce thriller est très original pour deux raisons. La première, c’est que nous ne suivons pas l’enquête de manière classique, à travers la police, mais nous la suivons à travers les deux journalistes, le lecteur est impliqué à fond aux côtés de Marco et Ilaria.

La deuxième, c’est le duo de choc. Il est juste magnifique et sensationnel, le plus beau duo que j’ai rencontré depuis fort longtemps ! Un coup de génie de la part de l’auteur.  J’ai ADORE les deux personnages, ultra attachants, très humains, très réalistes, plein de tendresse, d’humour, légèrement cyniques sur les bords. Comment ne pas tomber sous leur charme, craquer complètement et être en empathie totale avec eux ?

Le troisième personnage du récit est la province de la basse Lombardie avec toutes ses particularités, la campagne entre brouillard, secrets, polenta et bon vin où seuls quelques mètres séparent un troupeau de moutons d’un centre commercial. Nos héros vont se heurter à l’omerta du Nord, à l’indifférence des habitants, à leur caractère réservé. Tout le monde a l’air de savoir des choses, tout le monde chuchote mais personne ne parle. Mario et Ilaria vont devoir dépasser la méfiance des villageois pour démêler cette histoire et découvrir la vérité. D’autant plus que les meurtres se poursuivent, les femmes assassinées ne semblent pas avoir de similitudes entre elles et pourtant quelque chose les relie.

La construction à couper le souffle, le rythme effréné, les chapitres très courts nous obligent à tourner frénétiquement les pages. J’ai dévoré les 528 pages en une seule journée ! La tension monte crescendo pour devenir insoutenable au fil du récit. Entre révélations, fausses pistes, rebondissements, histoires parallèles qui s’insèrent dans l’histoire, twists bien dosés, je vous mets au défi de lâcher votre lecture en cours de route.

Un duo de choc qui va faire beaucoup de bruit dans les prochains mois. Vous avez compris que j’ai adoré et que je vous le recommande vivement.  J’espère vraiment que l’auteur nous offrira très vite une prochaine aventure avec Marco et Ilaria.

Dario Correnti est le pseudonyme derrière lequel se cache deux auteurs.

Je remercie chaleureusement les éditions Albin Michel pour leur confiance.

4ème Couverture

Une série de crimes sauvages bouleverse Bottanuco, une petite ville du nord de l’Italie. Des cadavres de femmes mutilées, des signes de cannibalisme, des aiguilles disposées comme dans un rituel magique… Alors que la police se perd en fausses pistes et que l’insaisissable meurtrier continue de frapper, deux journalistes s’emparent de l’affaire : Marco Besana, un grand reporter menacé de retraite anticipée, et Ilaria Piatti, une stagiaire méprisée de la rédaction mais incroyablement douée pour traquer les coupables.
C’est Ilaria qui réalise qu’il pourrait s’agir d’un imitateur de Vincenzo Verzeni, le tout premier tueur en série italien de la fin du XIXe siècle. Mais qu’est-ce qui peut bien relier les victimes à ce tueur mort il y a plus d’un siècle ?
Best-seller en Italie, cette enquête à couper le souffle est portée par un duo de journalistes sensationnel et déjà légendaire.

« Un polar détonnant et une héroïne inoubliable ! » Il Corriere della Sera

Editeur : Albin Michel, 528 pages, date sortie : 29 mai 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.