La fille du port de la lune – Simone Gélin

La fille du port de la lune – Simone Gélin

J’ai rencontré Simone Gélin au festival Toulouse polars sud en 2017, son roman L’affaire Jane De Boy venait de recevoir le prestigieux prix de l’Embouchure. Un énorme coup de coeur, un grand moment dans ma vie de lectrice. Un sublime roman que je vous conseille vivement de lire.
Il y a quelques mois, j’ai lu son dernier roman Sous les pavés, la jungle, j’ai terminé ma chronique par ces mots : « pourquoi diable ne parle-t-on pas plus de Simone Gélin et son talent fou ? Si vous ne la connaissez pas, ruez vous sur ses romans de toute urgence. Il faut la lire, un point c’est tout !!! « 

C’est donc toute émue et excitée que j’ai entamé La fille du port de la lune, une réédition de son premier roman, à mi chemin entre le roman et le polar.

Un roman en deux parties. J’ai beaucoup aimé la première qui nous plonge dans la vie des différents personnages. Malik, le jeune des cités qui veut s’en sortir, Helena, une jeune prostituée arrachée son Ukraine natale, Pierre, devenu SDF suite à une rupture sentimentale, Chloé, une jeune bourgeoise qui traine son mal de vivre et Simon, le flic veuf. Ils se croisent, tissent des liens et leur destin s’entremêle petit à petit.

J’ai retrouvé toutes les graines de son immense talent, prêtes à germer et qui exploseront dans ses romans suivants. Simone Gélin a une façon unique et toute particulière de nous immerger dans une ambiance et un décor. J’ai retrouvé sa sensibilité à fleur de peau qui me touche et m’émeut profondément, sa subtilité, sa force, sa poésie noire, sa plume magnifique et ses mots que j’aime plus que tout. J’aime tant la façon qu’elle a d’aller chercher la lumière tout au fond des personnages cabossés. L’art de fouiller leur âme meurtrie pour la mettre en lumière, y dénicher leur humanité et leur force de vie qui se cache au milieu de leurs failles.

J’ai été moins emballée par la deuxième partie. Une jeune femme est retrouvée morte dans la Garonne et l’enquête débute. Une enquête qui se traine et manque de souffle.

J’en ai longuement parlé avec l’auteure, nous avons partagé un échange très intéressant.
Ce n’est pas la première fois que cela m’arrive, peut être ne devrais-je plus lire les premiers romans des auteurs que j’aime et qui ont atteint des sommets dans leur art, j’ai souvent ce même ressenti de faire un bond en arrière.

Je terminerai en disant que Simone Gélin a fait un saut quantique entre son premier roman et les suivants.

Je vais encore me répéter mais si vous ne la connaissez pas, ruez vous sur L’affaire Jane de Boy et Sous les pavés, la jungle.

Je remercie chaleureusement les éditions Cairn pour leur confiance.

4ème Couverture

Tout commence par les méandres de la Garonne. Automne 2005, pendant que Malik de la cité du Grand‐Parc ronge son frein dans son HLM, que Zora désespère de le tirer de là, que Momo se
prépare pour les bastons, que Dany rêve de belles caisses, que Chloé traîne son mal de vivre d’adolescente des beaux quartiers, Helena, arrachée à son Ukraine natale, vendue et revendue à des trafiquants de chair fraîche, arpente les quais en minijupe en rêvant de se jeter dans les eaux du port de la Lune et un clochard humaniste dispense sa philosophie à qui veut bien l’entendre.
Ces existences vont s’entrecroiser et tisser une toile autour du drame qui finit par éclater : Le jour où le corps d’une jeune fille est repêché dans la Garonne. Simon, un flic en proie au vague à l’âme conduit l’enquête de façon irrationnelle, l’imbroglio est impénétrable, mais tous les fils le ramènent à Malik.

Editeur: Cairn, 348 pages, octobre 2018

Sous les pavés, la jungle – Simone Gélin

Sous les pavés, la jungle – Simone Gélin

COUP DE COEUR !

Il y a quelques mois, je découvrais Simone Gélin avec L’affaire Jane De Boy (elle a reçu le prix de l’Embouchure au festival Toulouse Polars du Sud).  Un immense coup de coeur et un grand moment  dans la vie d’une serial lectrice !   A lire absolument !!!

Le thème de son nouveau roman me faisait un peu peur,  mes craintes se sont vites envolées et pour la deuxième fois, l’auteure me laisse en panne devant mon écran, il m’est si difficile de parler de sa pépite et de vous faire ressentir sa grandeur.

Une histoire de petits voyous qui se rencontrent en prison, cela peut sembler très banal et déjà vu… mais sous la plume de Simone Gélin, cela devient tout autre chose.  Une réflexion profonde sur les maux de notre société, un polar sociologique ancré dans l’actualité brulante, oui mais pas que…

L’auteure va bien plus loin, elle réussit l’exploit de mêler plusieurs histoires et deux époques.  Le milieu carcéral, la jungle de calais, mai 68 sous forme de flashs back, une histoire familiale en fil rouge d’une palpitante intrigue à la construction magistrale. Nous suivons Milo, le délinquant au grand coeur, qui cherche à faire la lumière sur l’histoire de sa mère.  Son  périple nous fera voyager de Paris, à Bordeaux, en passant par Calais et le Cap Ferret.

La noirceur, la violence, la cruauté, l’injustice, la rage transpirent au fil des pages pour se mêler à l’espoir, la lumière, la loyauté, l’humanité… L’immense talent de Simone Gélin nous fait toucher le sublime et l’amour en une fraction de seconde.

Simone Gélin est une virtuose, ses romans  sont des perles rares et si particulières.  C’est une magicienne des mots, sa poésie noire est magnifique,  elle me touche, me percute et sa sensibilité m’émeut jusqu’aux tripes.

J’ai envie de vous  poser une question: pourquoi diable ne parle-t-on pas plus de Simone Gélin et de son talent fou ?  Si vous ne la connaissez pas, ruez vous sur ses romans de toute urgence !
Il faut la lire, un point c’est tout !!!

Je remercie chaleureusement Simone Gélin et les éditions Cairn pour leur confiance.

4ème Couverture

Dans la cour de promenade de la maison d’arrêt de Fresnes, deux vauriens nouent une amitié indéfectible. Plus tard, Mounia, une jeune clandestine, viendra troubler le jeu. Une fois libéré, Milo s’efforce de suivre le droit chemin, guidé par le fil rouge du passé. Bordeaux, l’estuaire, les vignobles du Médoc, le bassin d’Arcachon, une villa engoncée dans l’hiver, au Cap ferret, en cherchant à faire la lumière sur l’histoire de ses grands-parents, deux soixante-huitards qui ont connu une passion explosive sur les barricades, Milo découvre une région et retrouve ses racines. Il croit pouvoir tourner le dos à la délinquance, alors que Kevin, de son côté, n’a de cesse de vouloir grimper dans la hiérarchie de la voyoucratie, s’adonnant aux trafics sordides et commerces d’êtres humains. Leurs routes semblent définitivement se séparer, mais on ne sort pas indemne de la prison, le sort, peut-être, en décidera autrement.

Editeur: Cairn, 344 pages, date sortie: 27 février 2018

L’affaire Jane De Boy – Simone Gélin

L’affaire Jane De Boy – Simone Gélin

Et s’il n’en restait qu’un…

J’avoue, mea culpa, que je ne connaissais pas Simone Gélin avant de la rencontrer au festival Toulouse polars du sud, où elle a d’ailleurs reçu le prestigieux Prix de l’embouchure.  Rentrée à Bruxelles avec son livre en main, je n’ai pas tardé à le lire, toute excitée à l’idée de le découvrir.
Et maintenant… me voilà bien embêtée pour vous en parler, je sais que mes mots ne seront pas à la hauteur de mon ressenti.

(Une petite parenthèse « coup de gueule » pour toutes les personnes (c’est à dire la majorité !) qui ont parlé de ce livre en spoilant l’histoire et pas qu’un peu, non 100% spoil !!! C’est de l’inconscience, je m’en tiendrai à ça pour rester polie. De grâce, ne lisez donc pas les chroniques avant d’ouvrir ce roman.  Je referme la parenthèse.)

Un très beau roman qui nous plonge dans de tristes évènements d’un passé pas si lointain et gardé sous silence.  D’un côté, les années cinquante en Espagne, les horreurs méconnues et taboues du régime franquiste. Abril nous les raconte sous forme de journal.  De l’autre, en 1960 à Bordeaux, le quartier Saint Michel ‘la petite espagne’ et le bassin d’Arcachon. Un couple d’immigrés espagnols s’y est installé et mène une vie tranquille.  Leur petite fille de trois ans disparait sur la plage en face de chez elle, à quelques mètres de sa mère.   Le commissaire Lasserre mène l’enquête avec son ami Hippolyte, un vrai casse tête, l’enquête piétine de fausses pistes en fausses pistes et se complexifie au fil des jours.

Simone Gélin nous immerge complètement dans l’ambiance de cette époque.  Les deux histoires s’imbriquent et alternent au fil d’un récit dynamique pour finir par se rejoindre dans un final bouleversant, chargé d’intenses émotions.

Un remarquable polar noir, un roman historique, un documentaire. Et surtout un roman résolument féminin, l’auteure porte un regard bienveillant sur ces tragiques évènements. Une belle ode au courage de milliers de femmes et deux magnifiques portraits de femmes.

Une intrigue solide et passionnante que j’ai eu du mal à lâcher tant j’avais envie d’en connaître le dénouement et pourtant j’ai ralenti, j’ai posé ma lecture plusieurs fois pour apprécier la profondeur de cette histoire.

L’affaire Jane De Boy est un roman si ‘particulier’ et Simone Gélin, une auteure bourrée de talent.  J’ai aimé sa sensibilité à fleur de peau, sa douceur, sa délicatesse, sa subtilité, sa puissance.  J’ai aimé ses contrastes, sa noirceur et sa lumière. J’ai aimé sa plume magnifique, d’une beauté poétique et musicale, la construction de ses phrases, les respirations entre les mots.

J’ai tourné la dernière page envahie d’émotions, la gorge nouée, le coeur serré, les larmes au bord des yeux, Simone Gélin m’a touchée au delà de tout, son roman me hantera longtemps. Je la remercie de tout coeur.

Coup de coeur pour ce sublime roman.  A lire absolument !

 

4ème Couverture

En 1960, dans le village de Jane de Boy, une petite fille de 3 ans disparaît sur la plage. Enlèvement ? Crime politique, passionnel, crapuleux ? Qu’est venu faire en France ce jeune couple d’Espagnols, Felix et Justina ? Que sait Sarah, la voisine, prostituée du samedi soir ? Le commissaire Lasserre s’interroge, aidé par son vieux camarade Hippolyte. L’enquête se déroule à Bordeaux, dans l’ambiance du mythique hôtel de police de Castéja, au coeur du quartier Saint-Michel, dans les ruelles de la petite Espagne, au marché des Capus… Et se corse aux bassins à flot.

Editeur: Vents Salés, 420 pages, date sortie: 13 mai 2016