Qaanaaq- Mo Malo

Le polar qui vient du Groenland made in France !

Qaanaaq, le polar qui me laisse de glace…

La couverture est sublime, la campagne de médiatisation autour de la sortie du livre a été énorme, le mystère autour du pseudonyme de l’auteur a attisé la curiosité des lecteurs.  Un auteur très connu fait sa première incursion dans le monde du thriller.  Tout le monde cherche à savoir qui il est. Mystère !
Je me pose la question: pourquoi donc ce bandeau mensonger en couverture ?  L’auteur est français, a-t-il choisi un pseudo à consonance danoise pour surfer sur la vague très à la mode des polars nordiques ?

Qaannaq, une immersion totale, un voyage dans le grand Nord tout blanc, tout froid, les paysages de glaces à perte de vue, la nuit polaire, les ours, les Inuits, les chasseurs de Morses. Dépaysement assuré !
L’auteur a effectué un fabuleux travail de recherche, nous apprenons beaucoup de choses sur les us et coutumes de la vie groenlandaise, leur culture ancestrale, l’exploitation du pétrole, les intérêts financiers et les enjeux économiques qui s’y jouent, les politiques et la corruption.

Une histoire de meurtres, quatre ouvriers d’une plate forme pétrolière meurent en quelques jours, leur corps complètement déchiquetés. Ont-ils été victimes d’une attaque d’ours ? Mais les ours ne fracturent pas les serrures. L’inspecteur Qaanaaq est envoyé sur place pour enquêter.

L’intrigue est alambiquée, complexe, sent le déjà lu, elle est bourrée de grosses ficelles. Il y a un gros problème de rythme, il est tellement lent que le lecteur plonge dans un ennui profond.  Sommes nous dans un polar ou un docu-fiction ? Aucun personnage n’est parvenu à sauver ma lecture, impossible de m’y attacher.

Bref, vous avez compris que le Groenland et moi, ça fait deux… sauf quand Sonja Delzongle est aux commandes et nous offre « Boréal », un excellent polar qui a des tripes et sort vraiment du lot.
Je le répète, ceci n’est que mon humble avis et non parole d’évangile.  Faites vous le votre !

Une chose est sûre, le polar nordique a la cote et Qaanaaq surfe sur la vague.

Je remercie l’agence Anne & Arnaud pour sa confiance.

 

4ème Couverture

Dans le vaste pays blanc, l’esprit de Nanook se réveille. Le grand ours polaire, seigneur des lieux, protégera les siens. Jusqu’au bout.

Adopté à l’âge de trois ans, Qaanaaq Adriensen n’a jamais remis les pieds sur sa terre natale, le Groenland. C’est à contrecoeur que ce redoutable enquêteur de Copenhague accepte d’aller aider la police locale, démunie devant ce qui s’annonce comme la plus grande affaire criminelle du pays : quatre ouvriers de plateformes pétrolières ont été retrouvés, le corps déchiqueté. Les blessures semblent caractéristiques d’une attaque d’ours polaire. Mais depuis quand les ours crochètent-ils les portes ?

Flanqué de l’inspecteur inuit Apputiku – grand sourire édenté et chemise ouverte par tous les temps –, Qaanaaq va mener l’enquête au pays des chamanes, des chasseurs de phoques et du froid assassin. Et peut-être remonter ainsi jusqu’au secret de ses origines.

Editeur: La Martinière, 496 pages, date sortie: 31 mai 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *