Dans la neige ardente – Olivier Gallien

Dans la neige ardente

Le post-apocalyptique et moi, ça fait deux. Ce n’est pas un genre que j’affectionne particulièrement, j’en lis très peu et la plupart du temps, j’en sors déçue. Pour celui-ci, j’ai été très attirée par la quatrième de couverture, une question de feeling, allez savoir. Et comme j’ai bien fait de m’écouter ! 

On se retrouve plongé dans une ville en guerre, sous les bombes et sous une épaisse couches de cendres. Où sommes nous ? A quelle époque ? Pourquoi ? Comment ? L’auteur a choisi de ne rien nous dire et c’est tant mieux car cela donne une force incroyable à ce récit intemporel.

La ville est coupée en deux. D’un côté, il y a Hugo qui se terre dans son appartement, loin de l’enfer et du chaos. De sa fenêtre, il observe au loin l’horizon partir en fumée sous les explosions. De l’autre côté, les amis d’Hugo qui ont fait le choix de franchir la ligne de démarcation pour se battre, ils survivent tant bien que mal sous terre dans les tunnels. Hugo pense à Pauline, il y pense tellement qu’il décide de partir la retrouver.

Dans la neige ardente est avant tout une sacrée expérience de lecture !

Je l’ai dévoré d’une traite
Un court roman fort troublant et déstabilisant
Une histoire d’une rare intensité et extrêmement touchante
Un concentré d’émotions qui remue les tripes et serre le coeur
Je retiens mon souffle, je tremble, percutée de tous côtés et j’étouffe au milieu de ces cendres

Une chose me frappe dès les premières pages, c’est la PLUME !
Une plume taillée au scalpel, tranchante, brute et incisive. Poétique et lyrique par moment
Des mots choisis avec soin, des mots qui vibrent et disent l’essentiel en quelques phrases

On est immergé dans une ambiance de fin du monde très inquiétante
Les deux personnages sont l’âme de ce récit
On suit Hugo, on suit Pauline
On progresse aux côtés de ces deux êtres en quête de lumière
Ils errent au coeur de la violence, dans le chaos, l’enfer et les ténèbres
Il tentent de survivre entre la vie et la mort, bravant tous les dangers
Vont-ils parvenir à se retrouver ?

C’est noir, de cette noirceur qui colle à la peau.
Angoissant, suffocant et terrifiant par moment
Brut et cruel
Triste, éprouvant et désespérant
On s’accroche aux infimes parcelles de lumière qui percent les cendres

J’ai refermé le roman scotchée au canapé, avec l’envie de chialer.
Une lecture à couper le souffle qui laissera son empreinte.

Heureuse d’être sortie de ma zone de confort avec le premier roman noir d’Olivier Gallien.

Je remercie chaleureusement les éditions La Bête Noire pour leur confiance.

Quatrième de couverture

Dans une ville à feu et à sang, deux êtres tentent de survivre.
Une nouvelle voix époustouflante du roman noir français.

Hugo se terre chez lui, retranché derrière une porte blindée. Il observe l’horizon partir en fumée. Jusqu’au jour où, poussé par le destin, il se décide à sortir et à traverser le chaos pour atteindre le coeur même du brasier.
Pauline a rejoint un groupe de révoltés, quelques jeunes réfugiés dans les tunnels du métro afin d’échapper aux bombardements. À bout de force, elle se résout à sortir, en quête d’air et de lumière.
Dans un univers dévasté, recouvert par une épaisse couche de cendres mortifères, chacun avance avec l’ardeur du dernier souffle, le vacarme comme boussole.

Editeur : Robert Laffont (Coll. La Bête Noire), 213 pages, date sortie : 13 janvier 2022

8 commentaires sur « Dans la neige ardente – Olivier Gallien »

Répondre à wivine300 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.