Metropolis – Philip Kerr

Les aventures du célèbre détective Bernie Gunther ont couvert trois décennies (1928-1957), Metropolis est le quatorzième roman de la série. Philip Kerr nous a quitté en 2018, il est parvenu à achever ce roman juste avant sa mort. Un roman posthume, une préquelle qui nous plonge dans les premières années de son personnage récurrent. Le jeune Bernie, en poste à la brigade des moeurs, vient d’être engagé comme inspecteur à la Kripo, -la criminelle- de Berlin. Vétéran de la Grande guerre, il carbure à l’alcool pour oublier ses cauchemars et ses quatre ans dans les tranchées, solitaire, idéaliste, un brin cynique et non dénué d’humour.

Nous sommes à Berlin en 1928. La république de Weimar touche à sa fin et Hitler est sur le point d’entrer en scène, le peuple se remet péniblement des séquelles de la Grande guerre. Des prostituées sont sauvagement assassinées à coups de marteau, puis scalpées. Le tueur est surnommé Winnetou, d’après un personnage d’un western. La population est indifférente au sort de ces prostituées, après tout ce ne sont que des filles des rues. Peu de temps après, des vétérans de guerre, des estropiés culs de jatte, réduits à mendier quelques pièces et un peu de nourriture pour survivre, sont assassinés en pleine rue d’une balle dans la tête. Le tueur provoque la police en envoyant des lettres signées Dr. Gnadenschuss. On dirait que quelqu’un cherche à nettoyer les rues de Berlin. Bernhard Weiss, le responsable de la criminelle est juif, les prochaines élections approchent, l’antisémitisme gagne du terrain, le nazisme monte, il veut à tout prix sauver sa tête. Bernie est chargé d’élucider ces deux affaires au plus vite.

L’Histoire et l’enquête criminelle s’emboîtent étroitement dans ce polar. L’intrigue n’est pas la plus passionnante de la série et l’enquête, même si on la suit avec plaisir, n’est finalement qu’un prétexte pour nous immerger dans le Berlin de l’entre deux guerres. Le portrait de la ville est époustouflant, d’un réalisme saisissant, richement documenté, l’auteur a le sens aigu du détail, il a le l’art de mêler des personnages fictifs aux vrais personnages et d’immerger complètement le lecteur dans l’atmosphère et le chaos du Berlin décadent. La Babylone moderne de la liberté sexuelle où la créativité en tous genres explose. Tous les vices, tous les excès sont permis, prostituées, homosexuels, travestis, et artistes (Otto Dix, Georges Grosz (peintre dadaïste), Bertolt Brecht, Thea von Harbou, scénariste du film Metropolis et épouse de Fritz Lang…) se rencontrent dans les cabarets, boites de nuit et autres lieux d’orgies.

Passionnant et intelligent, un roman qu’on prend le temps de savourer tant le style de Philip Kerr est élégant et les dialogues soignés.

Une belle entrée en matière pour ceux qui n’ont jamais lu l’auteur. Les autres seront heureux de découvrir les premières années de Bernie. On referme le livre entre tristesse et nostalgie. On a dit au revoir à Bernie, l’anti héros qu’on ne reverra plus.

Je remercie chaleureusement les éditions Seuil pour leur confiance.

4ème Couverture

Berlin, 1928. Les corps de quatre prostituées sont retrouvés massacrés dans le même quartier. Bernie Gunther, jeune flic idéaliste à la brigade des mœurs est invité à rejoindre le chef de la Kripo pour enquêter sur cette sinistre affaire.
Alors que ces meurtres laissent la population indifférente, le père de l’une des victimes, un chef de la pègre très influent, est prêt à tout pour se venger de l’assassin de sa fille.
Dès lors qu’une nouvelle vague de victimes, des vétérans de guerre handicapés, déferle sur la ville, Bernie est confronté au silence imposé par la voix montante du nazisme.
Une première enquête aux allures de course contre la montre dans un Berlin sous tension, à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Editeur : Seuil, 391 pages, date sortie : 5 novembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.