Donbass – Benoît Vitkine

Un enquêteur dans le Donbass ravagé par la guerre

Benoît Vitkine est le correspondant du journal Le Monde à Moscou, lauréat en 2019 du prix Albert-Londres. Il a vu naître le conflit au Donbass et l’a suivi durant six ans, il sait de quoi il parle et possède une incroyable connaissance de terrain.

Le Donbass, une région minière située à l’est de l’Ukraine, est en conflit depuis 2014. Suite à la révolution de Maïdan à Kiev et à la victoire des pro-européens, des groupes séparatistes pro-russes se sont soulevés contre le nouveau pouvoir avec l’aide de la Russie. La ligne de front s’étend sur 400km et en six ans, ce conflit ignoré de tous a déjà fait 13000 morts.

L’intrigue se déroule dans la petite ville minière d’Avdïïvka, située tout près de la ligne de front.
Nous sommes en 2018, le conflit fait rage depuis quatre ans et les vingt mille habitants tentent d’y survivre. Benoît Vitkine nous fait admirablement sentir cette routine d’une guerre qui n’en finit pas. Cette atmosphère lourde de fin du monde, les déflagrations, les tirs de mortier au loin, tous ces bruits devenus familiers au quotidien.  Il nous immerge dans le bourbier de ce conflit, aux côtés du peuple, dans leur quotidien fait de misère, de manques, d’alcool et de trafics en tous genres. Les habitants subissent, les femmes et les enfants comme premières victimes. Les habitants n’ont même plus d’avis, ils ne savent plus, la guerre les a tellement minés, ils veulent juste la paix.
L’auteur dresse de fabuleux portraits de vieilles femmes, les babouchkas, ces veuves qui survivent quinze-vingt ans à leurs maris, elles continuent à faire leur confiture, à mariner les champignons, elles accomplissent chaque jour les petits gestes du quotidien.

Nous sommes bien dans un polar, un meurtre vient casser la routine. Le corps d’un enfant de six ans est retrouvé piqué dans le sol, traversé dans un poignard. Le colonel Henrik Kavadze, un flic désabusé et cynique, un ancien d’Afghanistan ravagé par ses souvenirs, va mener l’enquête et partir sur les traces du meurtrier. C’est le seul flic honnête, la police, corrompue jusqu’à l’os, n’a pas envie que la vérité éclate. Il ira jusqu’au bout, ne lâchera rien. Son enquête sera pleine de rebondissements et sa résolution totalement inattendue.

Un magnifique roman noir, l’intrigue n’est qu’un prétexte pour parler du Donbass, de la folie, de l’absurdité de la guerre et ses cicatrices qui ne se referment jamais.

J’émettrai un petit bémol : à certains moments le journaliste prend le dessus sur le romancier et l’information noie parfois le lecteur.

Je remercie chaleureusement les éditions Equinoxe-Les Arènes pour leur confiance.

4ème Couverture

Sur la ligne de front du Donbass, la guerre s’est installée depuis quatre ans et plus grand monde ne se souvient comment elle a commencé. L’héroïsme et les grands principes ont depuis longtemps cédé la place à la routine du conflit.
Mais quand des enfants sont assassinés sauvagement, même le colonel Henrik Kavadze, l’impassible chef de la police locale, perd son flegme.

Editeur : Equinox-Les Arènes, 284 pages, date sortie : 5 février 2020

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.