Angkar – Christian Blanchard

Christian Blanchard nous plonge dans la noirceur avec deux thématiques qui donnent froid dans le dos : les heures sombres du Cambodge sous la dictature des Khmers Rouges fin des années 70 et le darknet et la pédophilie.

L’histoire débute à Brest en 2019, Champey une jeune femme courageuse a fui son ignoble mari, après l’avoir dénoncé à la police. Elle tente de se reconstruire avec Mau, sa petite fille de six ans.  Elle lui cache l’identité de son père, lui invente « un bon père » décédé dans un accident de voiture à sa naissance. Elle préfère lui mentir et ne peut se résoudre à lui révéler l’atroce vérité sur ce monstre.

Chaque nuit Champey est en proie à d’horribles cauchemars qui la ramènent dans la peau d’une autre femme sous les bombardements, le sang et l’horreur au Cambodge. Un pays dont elle originaire mais ne connait pas du tout ayant été adoptée en France peu après sa naissance.  Des rêves si réalistes et si troublants que Champey en parle à un psychiatre et décide de partir dans son pays natal découvrir son histoire personnelle. Elle visitera la prison de Tuol Sleng, appelée camp S21, où Pol Pot a fait déporter, torturer et exécuter  17000 personnes « les ennemis » du régime des Khmers rouges. L’auteur a effectué un gros travail de recherches pour nous livrer ces faits historiques trop peu connus.

Accrochez-vous, Christian Blanchard nous happe dès les premières pages, les chapitres courts alternent à merveille entre les deux thématiques et rendent la lecture très prenante.  L’immersion est totale et l’intrigue est si bien construite qu’on la dévore quasi d’une traite. Le suspense et la tension sont maintenus tout le long de l’histoire. L’auteur nous offre des personnages d’une force inouïe, auxquels on s’attache énormément, c’est un peu ‘sa marque de fabrique’ !

La première partie a une dimension plus psychologique, elle aborde la mémoire transgénérationnelle et l’épigénétique. Un virage est opéré dans la deuxième partie, l’accent est mis sur le père de Mau en prison. L’auteur privilégie l’action, le rythme effréné, les rebondissements, les sensations fortes et c’est plutôt réussi. J’émettrai juste un petit bémol pour la fin un peu rock and roll et fort rapide à mon goût.

Je remercie les éditions Belfond pour leur confiance.

4ème Couverture

Champey est une jeune mère courage qui tente de se reconstruire après la trahison ignoble de son ex-mari. À leur fille de 6 ans, elle invente un bon père, mort dans un accident de voiture, alors que Mau était bébé. Mentir plutôt que la laisser découvrir la vérité sur son géniteur.
Mais une nuit, Champey fait un cauchemar qui la transporte au Cambodge dans la peau d’une autre femme. Elle vit les bombardements, le sang, l’horreur. Les revit les nuits suivantes. Ses rêves sont si violemment réalistes que la jeune femme, bouleversée, décide de retourner dans le pays qui l’a vue naître, sous la dictature des Khmers rouges. Au même moment et sans le savoir, mère et fille vont devoir se confronter à l’insoutenable et cruelle vérité de leurs origines.

Editeur : Belfond, 288 pages, date sortie : 13 février 2020

2 commentaires sur « Angkar – Christian Blanchard »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.