Avalanche Hôtel – Niko Tackian

Envoûtant

Le jour de Noël, j’ai réservé la chambre 81 à Avalanche Hôtel, un hôtel hostile et mystérieux perdu au milieu des montagnes enneigées. J’ai eu froid durant toute mon séjour et pourtant, j’étais bien emmitouflée.

Le pitch en deux mots : nous sommes en 1980, en pleine tempête de neige, Joshua, agent de sécurité à Avalanche Hôtel fait une chute, il tombe dans le coma durant deux jours. Il se réveille, nous sommes en 2018. Est-il entrain de rêver ? Plongé dans un mauvais cauchemar ? Est-il schizophrène ?

Dès les premières pages, l’auteur distille un suspense et une tension qui ne nous lâcheront pas jusqu’au dénouement imprévisible. Il réussit à nous retourner le cerveau en mêlant  habilement rationnel et irrationnel, il installe le doute en nous et nous fait voyager entre rêve et réalité, tout en restant bien ancré dans l’intrigue.
Il nous questionne sur la mémoire, les souvenirs, les rêves et la mort avec une subtilité étonnante.

Niko Tackian maîtrise à 100% l’art du huis clos. Après l’immensité du désert dans « La nuit n’est jamais complète », nous voilà entrain de trembler dans l’immensité des montagnes. Sa plume très visuelle nous immerge complètement dans une ambiance mystérieuse, lugubre, glaçante.

Un thriller hypnotique et anxiogène qui vous surprendra et vous déstabilisera plus d’une fois.

A lire d’une traite si possible, bien au chaud sous un plaid, en retenant votre souffle.

Un seul petit bémol, j’ai trouvé mon séjour trop court, j’aurais aimé jouer les prolongations.

Si vous avez aimé La nuit n’est jamais complète, vous aimerez Avalanche Hôtel. Par contre, si l’irrationnel vous hérisse le poil, vous devriez peut être passer votre chemin et vous ruer sur l’excellente série du commandant Tomar Khan (Toxique et Fantazmë, tous deux sortis en poche).

Je remercie chaleureusement les éditions Calmann Lévy pour leur confiance. Mention spéciale pour la sublissime couverture.

 

4ème Couverture

SURTOUT, NE VOUS FIEZ PAS À VOS SOUVENIRS !
Janvier 1980. Joshua Auberson est agent de sécurité à l’Avalanche Hôtel, sublime palace des Alpes suisses. Il enquête sur la disparition d’une jeune cliente avec un sentiment d’étrangeté. Quelque chose cloche autour de lui, il en est sûr. Le barman, un géant taciturne, lui demande de le suivre dans la montagne, en pleine tempête de neige. Joshua a si froid qu’il perd connaissance… et revient à lui dans une chambre d’hôpital. Il a été pris dans une avalanche, il est resté deux jours dans le coma. Nous ne sommes pas en 1980 mais en 2018. Joshua n’est pas agent de sécurité, il est flic, et l’Avalanche Hôtel n’est plus qu’une carcasse vide depuis bien longtemps. Tout cela n’était qu’un rêve dû au coma. Un rêve, vraiment ?

Editeur: Calmann Lévy Noir, 270 pages, date sortie: 2 janvier 2019

7 commentaires sur « Avalanche Hôtel – Niko Tackian »

  1. Le fameux « Avalanche Hôtel » que Séverine a démonté. Tu sais quoi ? C’est que même si sa chronique n’était pas des plus positives, elle m’a tout de même donné vachement envie de le lire.
    Puis, il y a aussi d’excellents avis, le tiens et celui de mamie Jocelyne il me semble.
    Alors pourquoi pas ?

    J'aime

    1. Perso, j’adore l’univers décalé un brin fantastique de Niko Tackian, je les ai tous lu. Si tu ne l’as jamais lu, je te conseille La nuit n’est jamais complète, il est en poche et tu sentiras bien son univers. Avalanche a reçu beaucoup d’avis enthousiastes… à toi de voir !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.