L’affaire Jane De Boy – Simone Gélin

Et s’il n’en restait qu’un…

J’avoue, mea culpa, que je ne connaissais pas Simone Gélin avant de la rencontrer au festival Toulouse polars du sud, où elle a d’ailleurs reçu le prestigieux Prix de l’embouchure.  Rentrée à Bruxelles avec son livre en main, je n’ai pas tardé à le lire, toute excitée à l’idée de le découvrir.
Et maintenant… me voilà bien embêtée pour vous en parler, je sais que mes mots ne seront pas à la hauteur de mon ressenti.

(Une petite parenthèse « coup de gueule » pour toutes les personnes (c’est à dire la majorité !) qui ont parlé de ce livre en spoilant l’histoire et pas qu’un peu, non 100% spoil !!! C’est de l’inconscience, je m’en tiendrai à ça pour rester polie. De grâce, ne lisez donc pas les chroniques avant d’ouvrir ce roman.  Je referme la parenthèse.)

Un très beau roman qui nous plonge dans de tristes évènements d’un passé pas si lointain et gardé sous silence.  D’un côté, les années cinquante en Espagne, les horreurs méconnues et taboues du régime franquiste. Abril nous les raconte sous forme de journal.  De l’autre, en 1960 à Bordeaux, le quartier Saint Michel ‘la petite espagne’ et le bassin d’Arcachon. Un couple d’immigrés espagnols s’y est installé et mène une vie tranquille.  Leur petite fille de trois ans disparait sur la plage en face de chez elle, à quelques mètres de sa mère.   Le commissaire Lasserre mène l’enquête avec son ami Hippolyte, un vrai casse tête, l’enquête piétine de fausses pistes en fausses pistes et se complexifie au fil des jours.

Simone Gélin nous immerge complètement dans l’ambiance de cette époque.  Les deux histoires s’imbriquent et alternent au fil d’un récit dynamique pour finir par se rejoindre dans un final bouleversant, chargé d’intenses émotions.

Un remarquable polar noir, un roman historique, un documentaire. Et surtout un roman résolument féminin, l’auteure porte un regard bienveillant sur ces tragiques évènements. Une belle ode au courage de milliers de femmes et deux magnifiques portraits de femmes.

Une intrigue solide et passionnante que j’ai eu du mal à lâcher tant j’avais envie d’en connaître le dénouement et pourtant j’ai ralenti, j’ai posé ma lecture plusieurs fois pour apprécier la profondeur de cette histoire.

L’affaire Jane De Boy est un roman si ‘particulier’ et Simone Gélin, une auteure bourrée de talent.  J’ai aimé sa sensibilité à fleur de peau, sa douceur, sa délicatesse, sa subtilité, sa puissance.  J’ai aimé ses contrastes, sa noirceur et sa lumière. J’ai aimé sa plume magnifique, d’une beauté poétique et musicale, la construction de ses phrases, les respirations entre les mots.

J’ai tourné la dernière page envahie d’émotions, la gorge nouée, le coeur serré, les larmes au bord des yeux, Simone Gélin m’a touchée au delà de tout, son roman me hantera longtemps. Je la remercie de tout coeur.

Coup de coeur pour ce sublime roman.  A lire absolument !

 

4ème Couverture

En 1960, dans le village de Jane de Boy, une petite fille de 3 ans disparaît sur la plage. Enlèvement ? Crime politique, passionnel, crapuleux ? Qu’est venu faire en France ce jeune couple d’Espagnols, Felix et Justina ? Que sait Sarah, la voisine, prostituée du samedi soir ? Le commissaire Lasserre s’interroge, aidé par son vieux camarade Hippolyte. L’enquête se déroule à Bordeaux, dans l’ambiance du mythique hôtel de police de Castéja, au coeur du quartier Saint-Michel, dans les ruelles de la petite Espagne, au marché des Capus… Et se corse aux bassins à flot.

Editeur: Vents Salés, 420 pages, date sortie: 13 mai 2016

 

2 réflexions au sujet de « L’affaire Jane De Boy – Simone Gélin »

  • 8 novembre 2017 à 9 h 51 min
    Permalink

    Merci infiniment pour cette belle chronique qui me touche profondément, merci d’avoir aussi souligné que ce roman est un hommage aux femmes, et merci d’avoir défini avec trois mots, mon intention : contraste, noirceur, lumière. C’est drôle, c’est exactement ce que j’ai dit lundi soir dans mon discours, à la mairie : peindre la noirceur avec toutes ses nuances pour capturer la lumière, donc merci Nadia, de m’avoir aussi bien comprise. L’objectif est atteint lorsqu’on partage avec le lecteur l’émotion que l’on a ressentie en écrivant.

    Répondre
  • 8 novembre 2017 à 10 h 01 min
    Permalink

    Excellent livre qui m’a happée!
    J’ai appris plein de choses, qui plus est…
    à lire sans modération!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *