OUI ? NON ?

Mes déceptions et lectures mitigées de novembre 2020.

La chronique OUI ? NON ? ou les minis retours en quelques lignes

Petit rappel pour les nouveaux venus ou ceux qui me suivent de loin.
J’ai lancé cette rubrique en mai 2019, suite à ma décision de ne plus faire de longues chroniques

pour les lectures mitigées ou les déceptions.
Le blog est fort chronophage, je préfère consacrer temps et énergie à vous parler des livres que j’ai beaucoup aimé.

J’assume entièrement mes déceptions, mon humble avis n’est pas parole d’évangile.  
Je vous ai toujours promis la transparence dans mes ressentis. N’hésitez jamais à lire ces romans pour vous faire votre propre avis. Je ne remets nullement en question les qualités du roman, j’ai bien trop de respect pour les auteurs. Disons que je suis juste « passée à côté » de l’histoire, de l’univers du récit, de l’écriture, etc… ou que je n’ai pas tout simplement pas aimé.  Allez savoir !

Un seul roman en ce mois de novembre. Je viens de mettre une lecture en pause, j’ai du mal à y entrer, mauvais moment peut être, je la reprendrai plus tard pour lui donner sa chance. Affaire à suivre !

  

Je suis Maxime Chattam depuis ses débuts, il m’a souvent tenue éveillée une grande partie de la nuit. Si la sauce avait moyennement pris avec L’appel du néant (mon avis était mitigé chaud-froid), j’ai retrouvé l’auteur en grande forme avec son avant dernier roman Un(e) secte.

Et là, comment vous dire ma déception à la lecture de L’illusion. Vous savez que je déteste écrire ce genre de retour quand je n’ai rien de positif à partager. Je joue la carte de l’honnêteté, ça ne l’a pas fait du tout, le courant n’est pas passé. La déception a été si grande que j’ai abandonné ma lecture vers les deux tiers. Je n’en pouvais plus d’attendre qu’il se passe quelque chose, entre lenteur, répétitions et longueurs interminables, je lisais deux chapitres et je m’endormais illico. Je ne suis jamais entrée dans cette histoire, enlisée dans l’ennui et le grotesque. Aucun plaisir de lecture, aucune émotion, encéphalogramme plat, pas d’attachement aux personnages lisses et insipides.
Pas vraiment thriller, pas vraiment fantastique, à aucun moment, je n’ai ressenti cette ambiance angoissante et terrifiante dans parle la quatrième de couverture. Ayant abandonné avant la fin, je ne saurai jamais s’il se passe enfin quelque chose à la fin de l’histoire. (Chut, cela reste entre nous mais une amie blogueuse m’a rassurée…)

Une question tourne sans cesse dans ma tête : mais où est donc passé le Maxime Chattam génial et percutant, celui de « la Trilogie du mal » qui me donnait des sueurs froides et de la tachycardie ?

Voilà mon humble ressenti, n’hésitez pas à vous faire votre propre avis. Qui sait vous allez peut être l’adorer ?

Quatrième de couverture
Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l’été.
Ne reste alors qu’une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d’arriver, mais, déjà, quelque chose l’inquiète. Ce sentiment d’être épié, ces «visions» qui le hantent et cette disparition soudaine…
Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs ? Hugo va devoir affronter ses peurs et ses cauchemars jusqu’à douter de sa raison… Bienvenue à Val Quarios, une «jolie petite station familiale» où la mort rôde avec la gourmandise d’une tempête d’été. 
Albin Michel, sortie le 28 octobre 2020

5 commentaires sur « OUI ? NON ? »

  1. Je vais être honnête, je n’ai jamais été très attirée par les romans de cet auteur, qui doit être très talentueux, je n’en doute pas, mais je n’accroche jamais…J’ai une question en ce qui concerne mes gouts littéraires : je suis plus « roman rural noir », thriller psychologiques avec une bonne dose de nature writing et de préférence américains ( sauf le grand R.J. Ellory qui est britannique mais qui écrit des romans noirs/thrillers psychologiques typiquement américains comme je les adore!); Karen Dionne ( qui a écrit « La fille du roi des marais » et « Wicked sister » que je lis en ce moment en néerlandais (il n’a pas encore été traduit en français); René Denfeld, Laura Kasischke, Daniel Woodrell, etc…Pourrais-tu me conseiller des auteurs francophones dans le style? J’ai aimé Andrée A.Michaud aussi et Franck Bouysse!

    J'aime

    1. Oula, tu me poses une colle. Je lis très peu de rural noir, nature writing. Dans les auteurs français, le seul que j’ai lu c’est Franck Bouysse. Je peux te conseiller Sandrine Collette, perso le courant ne passe plus entre elle et moi. Mais je crois que tu pourrais aimer ! Et as tu lu Mon territoire de Tess Sharpe (auteure américaine), un fabuleux roman. Tu trouveras la chronique sur mon blog. De belles découvertes !

      J'aime

Répondre à Light And Smell Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.