Les fantômes de Manhattan – R.J. Ellory

Les fantômes de Manhattan – R.J. Ellory

Quand les fantômes du passé résonnent avec le présent…

Deuxième roman écrit par R.J. Ellory en 2004, juste après Papillon de Nuit. Quatorze ans plus tard, il vient d’être traduit par Sonatine.

Inconditionnelle de l’auteur, j’ai plongé dans ma lecture sans aucune appréhension, 100% confiante de découvrir une oeuvre de jeunesse et une autre facette du maestro.

Les fantômes de Manhattan est un magnifique roman qui laisse émerger le génie de l’auteur.  Pour les aficionados, oubliez ses autres romans, ne comparez pas, soyez curieux en l’ouvrant et laissez vous tout simplement porter.

Une sacrée histoire qui démarre au début du siècle en Pologne, passe par le camp de concentration Dachau, se poursuit parmi les gangsters à Manhattan des années 50 à nos jours.

R.J. Ellory est un conteur au talent exceptionnel. Un virtuose qui possède deux dons particuliers. Celui de tisser des doubles récits qui entrelacent les histoires, les destins, les époques. Et celui de relier des petits fragments de nous-même au vaste monde et ainsi nous donner un sentiment d’appartenance.

Comment la grande Histoire avec un grand H résonne avec la petite, celle de nos vies étriquées emplies de solitude et de promesses oubliées ?  Nos vies où l’équilibre fragile peut se rompre à chaque instant. Nos vies bâties tant bien que mal sur de lourds secrets de famille. Comment alléger du poids du passé qui nous poursuit pour prendre son envol et oser vivre pleinement. Est-il possible de se libérer complètement ? Le chemin passe-t-il par le pardon, la vengeance ou l’amour ?

Un roman noir et blanc, teinté de poésie, de lumière et d’espoir.  L’intrigue est forte, prenante et émouvante, la construction précise et infaillible, l’alternance des époques donne un beau rythme au récit, la profondeur des personnages et le souffle particulier nous emporte complètement.

La plume de l’auteur est sublime, il manie les mots comme un magicien, les choisit avec tant de soin, les mots qui touchent et nous font vivre beaucoup d’émotions.

Un grand roman, un roman brillant tout simplement !

Je remercie chaleureusement les éditions Sonatine pour leur confiance.

4ème Couverture

Et si un livre détenait les clés de votre existence ?
Annie O’Neill, 31 ans, est une jeune fille discrète. Elle tient une petite librairie en plein cœur de Manhattan, fréquentée par quelques clients aussi solitaires et marginaux qu’elle. Son existence est bouleversée par la visite d’un nommé Forrester, qui se présente comme un très bon ami de ses parents, qu’elle n’a pratiquement pas connus. L’homme est venu lui remettre un manuscrit. Celui-ci raconte l’histoire d’un certain Haim Kruszwica, adopté par un soldat américain lors de la libération de Dachau, devenu ensuite une des grandes figures du banditisme new-yorkais. Quel rapport avec l’histoire intime d’Annie ? Et pourquoi le dénommé Forrester est-il si réticent à lui avouer la vérité ? Lorsqu’elle lui sera enfin dévoilée, celle-ci sera plus inattendue et incroyable que tout ce qu’elle a pu imaginer.

Editeur: Sonatine, 464 pages, date de sortie: 7 juin 2018

Un coeur sombre – R.J. Ellory

Combien de temps peut on échapper à sa conscience ?

Le portrait passionnant, saisissant et complexe d’un anti héros.

Vincent Madigan est un flic corrompu, cynique, rongé jusqu’à la moelle qui tente d’échapper à sa conscience à coup d’alcool et de cachetons en tous genres. Un flic sombre et brisé qui a touché le fond. Un flic dévasté intérieurement, en quête d’une impossible rédemption, alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil.
Le bien et le mal, la corruption et la pureté, l’innocence et la culpabilité, l’ombre et la lumière… la frontière est floue.

Vincent Madigan nous entraîne dans sa spirale infernale tout au long du roman. Je n’ai pu m’empêcher de l’aimer et de ressentir une grande tendresse pour lui malgré tout.

L’écriture puissante et magnifique de l’auteur nous prend aux tripes et nous fait vivre de profondes émotions.  Vous en dire plus serait criminel.

RJ Ellory est vraiment un grand maître du roman noir, un virtuose qui ne cesse de se renouveler et de nous étonner livre après livre.

Un roman magistral et brillant tout simplement.

Un coup de poing dans l’estomac !

Quand la noirceur atteint les sommets, elle touche la lumière !!!

4ème Couv.

Sous sa façade respectable, Vincent Madigan, mauvais mari et mauvais père, est un homme que ses démons ont entraîné dans une spirale infernale. Aujourd’hui, il a touché le fond, et la grosse somme d’argent qu’il doit à Sandià, le roi de la pègre d’East Harlem, risque de compromettre toute son existence, voire de lui coûter la vie. Il n’a plus le choix, il doit cette fois franchir la ligne jaune pour pouvoir prendre un nouveau départ. Il décide donc de braquer 400 000 dollars dans une des planques de Sandià. Mais les choses tournent mal : il doit se débarrasser de ses complices, et une petite fille est blessée lors d’échanges de tirs. Rongé par l’angoisse et la culpabilité, Madigan va s’engager sur la dernière voie qu’il lui reste : celle d’une impossible rédemption.

Jamais l’expression d’ anti-héros n’aura été aussi pertinente. Avec ce portrait passionnant et sans concession, R. J. Ellory creuse au plus profond de la conscience d’un homme au cœur sombre, pour tenter d’en faire resurgir toute l’humanité enfouie. Le bien et le mal, l’innocence et la culpabilité sont en effet si intimement mêlés en Vincent Madigan qu’il lui est devenu presque impossible de les distinguer. D’une écriture si puissante qu’on la ressent physiquement, ce long blues, aussi déchirant qu’une chanson de Tom Waits, aussi maîtrisé qu’un film de James Grey, réserve à son lecteur de tels rebondissements qu’il serait criminel d’en dévoiler plus ici.

Editeur: Sonatine, sortie le 1 octobre 2016, 496 pages