Couleur bleuet -Schünemann & Volic

Un roman à quatre mains, écrit par une Serbe, professeur de littérature et un journaliste allemand.  L’histoire s’inspire d’un fait réel qui s’est déroulé en 2004, la mort de deux jeunes soldats dans leur caserne à Belgrade.  L’enquête a été bâclée et l’affaire vite classée en suicide par les autorités serbes.

Une criminologue Milena Lukin aidée de son ami, l’avocat des familles des victimes va rouvrir le dossier pour mener l’enquête sur cette mort suspecte, au nom de la justice et de la vérité.  Une enquêtrice tout à fait atypique et plutôt attachante.

Tout à la fois polar politique et enquête d’investigation assez classique, le roman est hyper documenté, à la limite de l’enquête journalistique.

Nous plongeons dans le Belgrade, de l’après la guerre des Balkans, la vie quotidienne y est minutieusement décrite. D’autres thèmes sont abordés par les auteurs, nous apprenons beaucoup de choses sur la situation difficile de la société serbe de l’après guerre, le pays encore déchiré, le nationalisme et ses dérives, les groupes néo-fascistes,  la corruption de l’Etat, les blessures de la guerre civile loin d’être cicatrisées.

Une enquête passionnante,  mais un roman sombre, pessimiste et assez complexe, à l’image de la Serbie.

Je remercie chaleureusement les éditions Héloïse d’Ormesson pour leur confiance.

4ème Couverture

Belgrade. Milena Lukin travaille, au sein de l’Institut de criminologie, à la répression des crimes de guerre sur le territoire de l’ex-Yougoslavie. Alertée par un ami avocat elle va, officieusement, rouvrir l’enquête sur la mort suspecte de deux cadets de la garde d’élite serbe (aux uniformes couleur bleuet). Le tribunal militaire a conclu au suicide de ces jeunes soldats orthodoxes. Pourtant la commission indépendante qui a étudié la balistique n’est pas aussi catégorique. L’armée cherche-t-elle à étouffer un rituel qui pourrait ternir son image ou dissimule-t-elle un crime plus inavouable encore ? Au cœur de la capitale serbe, les questions de Milena dérangent au point de la mettre en danger.

Puisant ses racines dans les heures les plus meurtrières des Balkans, Couleur bleuet fouille la douloureuse histoire de la région et démontre qu’en Serbie les stigmates de la guerre rongent encore les esprits et les corps. Les recherche de Milena la conduiront à traquer les preuves aux confins de la mémoire collective, jusqu’aux terribles massacres de Bosnie. Hanté par la culpabilité, Couleur bleuet est un polar aux dimensions géopolitiques.

Editeur: Héloïse d’Ormesson, 368 pages, date sortie: 9 mars 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *