OUI ? NON ?

Mes déceptions et lectures mitigées  – Mai/Juin 2020

 

La rubrique OUI ? NON ?  ou les minis retours en quelques lignes.
Depuis son lancement, vos avis sont nombreux et très enthousiastes, vous aimez cette formule, donc je continue à la publier tous les mois ou tous les deux mois dépendant de mes déceptions.

Petit rappel pour les nouveaux venus ou ceux qui me suivent de loin. J'ai lancé cette rubrique en mai 2019, suite à ma décision de ne plus faire de longues chroniques pour les lectures déceptions ou mitigées. Le blog étant fort chronophage, je préfère consacrer du temps et de l'énergie à vous parler des livres que j'ai beaucoup aimé.

J’assume entièrement mes déceptions, mon humble avis est tout à fait subjectif et n’est pas parole d’évangile.  Je ne remets nullement en question les qualités du roman, j’ai bien trop de respect pour les auteurs. Disons que je suis juste « passée à côté » de l’histoire, de l’univers du récit, de l’écriture, etc… ou que je n’ai pas aimé ou été touchée….  Allez savoir !

 

Entre thriller et saga familiale, le cocktail promettait d’être parfait : soif de pouvoir, ambitions, argent, secrets de famille et rivalités, amour, vengeances, assassinats. Deux récits, deux familles que tout oppose confrontées au passé de leurs ancêtres, deux clans mafieux qui entrent en guerre. L’histoire démarre en force, sur des chapeaux de roue : suspense, surprises, émotions et aventures sont au rendez-vous. Les pages se tournent toutes seules, j’ai été prise dans ce tourbillon d’aventures mais j’en ressors avec un sentiment mitigé. L’impression que l’auteur a survolé son histoire et ses personnages, mettant l’accent sur les évènements, le rythme et les heureuses coïncidences au détriment de la profondeur. Une lecture sympathique mais assez superficielle, il m’a manqué quelques ingrédients pour que la mayonnaise prenne complètement. Les amateurs de saga seront ravis !

4ème Couverture
 » Derrière toutes les grandes richesses se cache un grand crime.  »
Ils ne se connaissent pas. Michael Monroe a grandi à Londres, orphelin et pauvre. Mathilde Bateman est issue d’une famille richissime de New York. L’un n’a rien, l’autre a tout. L’un veut changer de vie, l’autre veut changer le monde. Ils n’auraient jamais dû se croiser. Mais autour d’eux, assassinats et disparitions se multiplient. Au nom de quelle malédiction ?
Des bords de la Tamise aux ports du Savannah, de Londres à Boston, Michael et Mathilde traquent la vérité sans idée de ce qu’ils vont découvrir. Sur leurs familles, sur leur passé, et donc sur eux-mêmes. Il est des crimes dont on hérite… Guerres de pouvoir au sein d’un clan mafieux, secrets de famille, ambitions folles, amours contrariées, avec Un homme averti ne vaut rien, Romain Sardou signe un thriller palpitant et une saga familiale poignante.   XO éditions, 345 pages, date sortie : 4 juin 2020

 

 

Librement inspiré d’un fait divers anglais, le meurtre de Marie Wilks en 1988. Le début m’a terriblement accrochée, la scène d’ouverture crée une belle tension et laisse augurer le meilleur. Troublant par moment, on oscille entre enquête et roman psychologique. Un récit très inégal même si l’auteure adopte un angle original en se concentrant sur les victimes. L’intrigue est assez mince et tirée par les cheveux à certains moments. Les personnages sont clichés, l’enquête piétine et se perd dans des longueurs. Mais ma déception vient des nombreuses invraisemblances et des multiples heureuses coïncidences qui ôtent une grande partie de la crédibilité de l’histoire.
Au final, j’en ressors mitigée !

4ème Couverture
En panne sur l’autoroute, Jack, et ses deux petites sœurs Joy et Merry regardent leur mère, enceinte, s’éloigner en quête de secours. Ils ne la reverront plus. Quelques jours plus tard, le corps de la jeune femme est retrouvé sur un parking.
Trois années ont passé. Désormais âgé de 14 ans, Jack fait de son mieux pour prendre soin de ses deux sœurs tout en restant sous le radar des services sociaux. Agile et malin, l’adolescent cambriole les maisons du voisinage en quête de nourriture. C’est ainsi que son chemin croise celui de Catherine While.
Alors que son mari est en déplacement, la jeune femme enceinte découvre de mystérieuses lettres de menace, et un couteau laissé près de son lit.  Jack en est convaincu : le meurtrier de sa mère a trouvé sa nouvelle victime. Mais comment agir, alerter Catherine, la police, sans prendre le risque d’être démasqué lui-même ? De perdre ses sœurs ? Qui croira un enfant ?
Belfond, 400 pages, date sortie : 11 juin 2020

 

Attention, je pousse un gros coup de gueule !

Fan de la première heure, je suis Jean-Christophe Grangé depuis ses débuts. Je jubilais à l’idée de lire son nouveau roman.
Que nenni, déconvenue totale ! A peine lu les deux premiers chapitres, je réalise qu’il s’agit en fait du scénario d’un épisode de la série Les rivières pourpres (diffusée l’an dernier sur France 2), j’ai vu la série dans son entièreté.  Tout le monde sait que nous sommes dans l’ère du recyclage. OK j’aime la démarche écologique mais il y a des limites quand même. Recycler à tout va, passe encore, pourquoi pas ? Mais ce serait bien de prévenir les lecteurs, histoire qu’ils ne se sentent pas pris pour des ‘gogols’. Après La dernière chasse (sorti en 2019), c’est donc la deuxième fois que l’auteur recycle. Monsieur Jean Christophe Grangé, à quand un nouveau roman inédit ???

4ème Couverture
Dans un monde de pure innocence, quel peut être le mobile d’un tueur ? Dans une communauté sans péché, comment le sang peut-il couler ? À moins qu’à l’inverse… Le coupable soit le seul innocent de la communauté. Le nouveau thriller de l’auteur des Rivières pourpres.
Albin Michel, 368 pages, date sortie : 3 juin 2020

6 commentaires sur « OUI ? NON ? »

  1. Je n’en ai lu qu’un de Grange (Miserere) mais celui-ci me faisait bien envie. Je n’ai pas non plus vu la série. Malgré cet aspect recyclage, pour quelqu’un qui ne connait pas du tout l’univers, c’est quand même un vrai roman ?

    J'aime

      1. J’adore cet auteur. Il faut lire le Vol des cigognes… C’est son premier roman mais la plume Grangé est déjà bien présente et se confirmera avec les Rivières Pourpres. Bonne lecture à vous tous.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.