Zanzara – Paul Colize

J’ai découvert et adoré la plume de Paul Colize avec l’excellent Concerto pour 4 mains.  Je renouvelle l’expérience et je ne suis pas déçue.

Zanzara, c’est une plongée, menée tambour battant, dans le monde du web journalisme et des faits divers.

Nous suivons Fred, journaliste le jour et amateur de sensations fortes la nuit, sa vie est plus que trépidante.  Il va enquêter sur le prétendu suicide d’un informateur.  La police classe vite l’affaire mais Fred flaire le scoop, il s’acharne et suit sa propre enquête.  Une sacrée aventure qui l’emmènera jusqu’en Ukraine.

Ca va vite, ça file à 200 à l’heure, ça bouscule, ça déménage de tous les côtés.  L’auteur a l’art de jouer avec les nerfs de ses lecteurs et de les maintenir en haleine sans jamais relâcher la pression.

Un grand plaisir de retrouver le style inimitable de Paul Colize, sa belle plume, ses touches d’humour, sa noirceur teintée de légèreté et de belgitude.   Unique et réjouissant !

Et pour les lecteurs Bruxellois, quelle joie de se balader à travers les différents quartiers de la capitale et plus particulièrement notre chère commune d’Uccle

Si vous avez envie d’un shoot d’adrénaline, lisez ce thriller atypique et addictif !

4ème Couv.

Fred, 28 ans, est journaliste. Membre d’une team de jeunes pigistes web, il rêve de gloire et de signer un article papier qui fera date.

La nuit venue, Fred mène une double, voire une triple vie.
Avant tout, il aime une femme mariée. Une liaison passionnelle, mais sans espoir. Ensuite, il aime le risque, les paris et l’adrénaline. Fred se sent vivre quand il flirte avec les limites.
Ces savants cloisonnements vont voler en éclats le jour où il reçoit un coup de fil à la rédaction. Rendez-vous lui est donné le lendemain pour recueillir des révélations fracassantes.

Arrivé sur les lieux, Fred va faire une rencontre qui le poussera à enquêter sur un fait divers apparemment anodin. Son obstination va provoquer une réaction en chaîne, jusqu’au final, inattendu et époustouflant.

Editeur: Fleuve (coll. Fleuve noir), 320 pages, 9 mars 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *