Tout n’est pas perdu – Wendy Walker

Un très bon thriller purement psychologique, un huis clos.

Toute l’histoire se passe dans le cabinet d’un psychiatre, elle est aussi entièrement racontée par lui.

Le récit prend du temps à démarrer, beaucoup de descriptions au début, mais ensuite on entre dans le jeu pour en sortir abasourdi à la fin.

L’enquête et la thérapie s’imbriquent, le présent et les flash back. Chaque personnage déballe sa vie et ses secrets. Le père fou de colère qui ne pense qu’à trouver le violeur, la mère froide et très secrète avec beaucoup de zones d’ombre et Jenny qui a du mal à se souvenir de son viol. On ne comprend pas bien où tout cela nous amène ni comment toutes ces confessions vont s’imbriquer pour faire avancer l’enquête.

Au fil des pages, chaque personnage devient important, qui mène qui et lequel va faire basculer l’histoire ? De plus en plus de non dits, de mensonges durant les séances.

Chaque fois que je pensais avoir compris quelque chose, c’était pas ça, j’ai donc été bluffée jusqu’au bout avec un twist final inattendu, waou !

Une grande réussite pour cette construction très originale, toute en finesse et en suspense, une analyse psycho remarquable.

Un excellent moment de lecture !

4ème Couv.

Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, tous lui confient leurs pensées les plus intimes, laissent tomber leur masque en faisant apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Parmi eux, Charlotte, la mère de Jenny, et Tom, son père, obsédé par la volonté de retrouver le mystérieux agresseur.

Editeur: Sonatine, sortie le 12 mai 2016, 352 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *