La griffe du chat – Sophie Chabanel

La griffe du chat – Sophie Chabanel

J’ai rencontré Sophie Chabanel au Boulevard du polar à Bruxelles, j’ai apprécié son humour, elle m’a donné envie de découvrir son univers.

J’aime les chats, je les aime à la folie, alors vous pensez, un polar qui parle de chats, impossible de passer à côté, c’est un must !

Le pitch en deux lignes. Un crime est commis dans un bar à chat lillois, le propriétaire est retrouvé gisant dans une mare de sang.  La chat star du bar, Ruru, a disparu. L’assassin serait il un voleur de chat ? La veuve éplorée pleure. Normal, me direz-vous. Sauf qu’elle ne pleure pas son mari mais Ruru. La commissaire Romano est chargée de l’enquête avec son adjoint Tellier, beaucoup de pistes, peu d’indices.

L’intrigue  se révèle très classique, le rythme est lent, trop lent sur une bonne moitié du roman pour s’accélérer bizarrement sur la fin.

Les personnages hauts en couleurs sont le gros point fort, ils tiennent tout le roman. Des personnages super attachants qu’on suit avec beaucoup de plaisir, une mention spéciale pour la commissaire Romano. Une héroïne atypique au caractère plus que trempé, célibataire, féministe, libre, borderline, décalée, drôle.  Elle n’a pas sa langue en poche et est flanquée de son adjoint Tellier, carré, terre à terre, un brin dépressif, en révolte permanente.  Leur duo se complète et fonctionne à merveille.

Le décor est amusant, le ton léger, enlevé et loufoque. J’ai aimé les échanges caustiques, les petites touches piquantes et critiques sur certains travers de notre société.

Un polar bien sympathique, sans prise de tête, à lire avec un chat ronronnant sur les genoux.

Je remercie chaleureusement les éditions Le Seuil pour leur confiance.

4ème Couverture

Une étude américaine a prouvé que caresser un chat diminuait le risque d’infarctus, mais il n’est pas encore dit que cela arrêtait les balles : le propriétaire d’un bar à chats lillois est retrouvé gisant dans une mare de sang au milieu de ses matous. Comble de l’infamie, le chat star du commerce, Ruru, manque à l’appel. La commissaire Romano est mise sur le coup, assistée de son adjoint Tellier – aussi terre à terre qu’elle est spirituelle et borderline. Étrangement, ce duo insensé fait des étincelles sur le terrain, et l’assassin voleur de chat (si tant est que ce soit une seule et même personne) va devoir user de mille ruses s’il compte échapper à ces deux enquêteurs de choc…

Editeur: Le Seuil, 272 pages, date sortie: 1 mars 2018