On la trouvait plutôt jolie – Michel Bussi

On la trouvait plutôt jolie – Michel Bussi

On ne présente plus Michel Bussi. Je l’ai découvert en 2016 avec Nympheas Noirs, une sublime lecture coup de coeur.  J’ai enchaîné dans la foulée avec Le temps est assassin, bingo, deuxième coup de coeur !  J’attendais donc On la trouvait plutôt jolie avec une grande excitation.  Un troisième coup de coeur à la suite ?  Est-ce possible ?

Michel Bussi est un fabuleux raconteur d’histoire.  Son nouveau roman est un polar plein d’humanité, un tantinet engagé avec en toile de fond, la problématique des migrants, des réfugiés, les droits de l’homme, les ONG, les trafics, dérives et course au profit, la déshumanisation du monde.

Leyli est malienne, elle se bat au quotidien pour survivre, elle fait des ménages et vit dans 25 m2 avec ses trois enfants, dans une tour à Aigues Douce, près de Marseille.  Elle protège un secret et nous raconte son passé de souffrance par le biais de son journal. Une histoire faite de secrets, de malédictions et d’un trésor.  Leyli est une héroïne touchante et émouvante, on l’aime tout de suite.

En parallèle, des meurtres atroces se déroulent dans des hôtels luxueux.  Un duo d’enquêteurs cherche à les élucider.  Trois points communs les relient: la thématique des migrants, une association qui cherche à les défendre et Leyli.

Une construction en forme de puzzle, le récit alterne sans cesse entre l’enquête, les migrants et la vie de Leyli. L’auteur prend un malin plaisir à nous balader, il prend son temps et nous manipule avec beaucoup de rebondissements et de fausses pistes.  Le lecteur cherche les liens, essaie de comprendre, il s’accroche, se sent pris au piège jusqu’à ce que l’auteur abatte ses dernières cartes dans la révélation finale.

Le roman est bien rythmé, on ne s’y ennuie pas un instant. L’écriture est légère, fluide et addictive.  J’ai passé un bon moment de lecture mais je n’ai pas eu mon troisième coup de coeur.  Peut être que j’en attendais trop et que le récit n’a pas été à la hauteur de mes attentes ?  Peut être n’ai pas complètement adhéré à l’étrange alchimie entre migrants, enquête et le ton léger du roman ?  Peut être ai je trouvé l’enquête un peu invraisemblable ? Peut être que j’attendais un twist final plus renversant ?

Un roman en demi teinte pour moi, On la trouvait plutôt jolie reste toutefois un très bon divertissement.

Je remercie chaleureusement les éditions Presses de la cité pour leur confiance.

4ème Couverture

Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, en quatre jours et trois nuits…
Un suspense renversant et bouleversant.
 » – Qu’est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie.
Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.
– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l’essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l’un d’eux, l’un d’eux peut-être, échappe au sortilège.
Elle ferma les yeux. Il demanda encore :
– Qui l’a lancé, ce sortilège ?
– Vous. Moi. La terre entière. Personne n’est innocent dans cette affaire. « 

Editeur: Presses de la cité, 464 pages, date sortie: 12 octobre 2017