Les larmes de Pancrace – Mallock

Très grand cru !   Cuvée exceptionnelle !

C’est toujours un immense plaisir de retrouver Mallock et ses Chroniques Barbares.

Cette enquête débute lentement, elle se déguste comme grand vin.

Mais quel est le lien entre un grand cru bordelais, une malédiction datant de 1345, le moyen âge, les templiers, la peste noire, une politicienne prête à tout, un meurtre vieux de 30 ans, un meurtre récent, des secrets de famille, un juge et deux flics ?

Une fois de plus, Mallock nous offre une enquête brillante, intelligente, sans temps mort. Un grand thriller littéraire !

Sa plume est unique, sublime, raffinée, jubilatoire et poétique.

Découvrir et lire Mallock, c’est souffrir d’une addiction à vie.

Pourquoi les médias n’en parlent pas ? c’est un mystère et une grande injustice.

Il me reste le cinquième opus des Chroniques « Le principe de parcimonie » en réserve, je me le garde au chaud pour distiller le plaisir !

Si vous ne connaissez pas Mallock, de grâce, ruez vous sur ses Chroniques Barbares !

Dans la vie d’un amateur de thriller, il y a un avant et un après Mallock !

4ème Couv.

 » Sept morts dans sept siècles tariront votre lignée.  » À cet avertissement proféré en décembre de l’an 1345 à l’encontre du Viconte Pancrace d’Armuth par le dernier des Templiers, la mort de Jean de Renom fait aujourd’hui un écho lugubre. Abattu par balles sur les marches de sa propriété, le châtelain payerait-il les fautes de ses aïeux ?
Alors que les coteaux bordelais saignent le soleil en un nectar somptueux, Mallock sonde les racines du mal et goûte à un breuvage bien plus amer : l’éternel venin des âmes…
Dans cette enquête, secrets de famille, meurtres en chambres closes et ambitions inavouables s’entrelacent tels les tortueux sarments qui envahissent au printemps les vignobles de France.

Editeur: Fleuve, sortie le 11 février 2016, 512 pages