La griffe du diable – Lara Dearman

La griffe du diable – Lara Dearman

Jennifer Dorey, journaliste originaire de Guernesey, revient s’installer au pays pour souffler un peu après une agression subie à Londres.  Elle travaille au journal local, la routine calme sur cette minuscule île. Quand le corps d’une femme est retrouvé sur une plage, Jennifer va mener l’enquête et découvrir que depuis cinquante ans, plusieurs morts similaires ont eu lieu, sans que la police les rapproche.  Tout laisse à penser que l’île abrite un serial killer qui agit impunément. Jennifer collabore étroitement avec Mickaël, le flic local responsable de l’enquête, ensemble ils forment un duo attachant et efficace.

Le démarrage est assez long, il faut s’accrocher avant d’entrer pleinement dans l’histoire.   L’auteur prend son temps pour décortiquer le passé, la psychologie de Jennifer et pour installer le décor.  L’île de Guernesey est un personnage à part entière dans ce roman.  Les coutumes et légendes, le folklore de l’île, ses secrets, l’atmosphère particulièrement pesante et étouffante de ce bout de terre sauvage battu par les vagues et le vent.
L’écriture est très visuelle, le livre sera d’ailleurs bientôt adapté en série TV.

Un polar classique, aux codes typiquement british et au rythme plutôt lent, sans beaucoup d’action, ni de rebondissements.

Un dépaysement, un bon moment de lecture, sans être un coup de coeur.  C’est un premier roman et le premier d’une série,  gageons que l’auteure gagne en dynamisme pour le second opus.

Je remercie chaleureusement les éditions Robert Laffont pour leur confiance.

4ème Couverture

Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d’enfance avec sa mère, à Guernesey, où elle est devenue reporter au journal local. Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait tort.
Quand le cadavre d’une jeune femme s’échoue sur une plage, la journaliste mène sa propre enquête et exhume plusieurs morts similaires qui s’étendent sur une cinquantaine d’années. Plus troublant encore, toutes les victimes avaient sur le bras des marques semblables à un symbole gravé sur un rocher de l’île : les  » griffes du diable « , dont la légende veut qu’elles aient été laissées par Satan lui-même…

Editeur: Robert Laffont, 416 pages, date sortie: 16 novembre 2017