Le douzième chapitre – Jérôme Loubry

Le douzième chapitre – Jérôme Loubry

Quand le passé vous rattrape…

Il y a tout juste un an, Jérôme Loubry s’est fait remarquer avec un brillant premier roman Les chiens de Détroit , un beau coup de coeur pour moi. J’avais écrit dans ma chronique « Jérôme Loubry… de la graine de géant » .  Il nous le prouve totalement avec Le douzième chapitre. Pas évident de négocier le deuxième virage en sachant que le public vous attend au tournant. Pari réussi ! L’auteur confirme son grand talent, il nous surprend et se renouvelle.

Changement de décor, changement d’ambiance dans cette histoire magnifiquement construite mêlant deux époques, le présent et 1986. L’été 1986, deux enfants de douze ans vivent un drame durant leurs vacances en Vendée. Leur amie Julie disparait brutalement. Ils n’en parleront jamais. Devenus adultes, l’un est écrivain, l’autre éditeur, ils reçoivent tous deux un étrange manuscrit relatant une partie des événements du fameux été, le douzième chapitre est différent pour chacun. Qui veut réveiller cette histoire ? Les anciennes blessures s’ouvrent et David entame une quête pour faire la lumière sur ce passé resurgissant brutalement.  Une véritable obsession pour lui, il est prêt à exhumer ses souvenirs, peu importe le prix, il veut déchiffrer le dernier chapitre.

Nous sommes immédiatement happés et envoûtés par ce mystère qui plonge ses racines trente ans en arrière. Jérôme Loubry a un don particulier pour créer des ambiances captivantes et angoissantes, le livre se dévore quasi d’une traite,  tellement curieux de connaitre le mot de la fin.

Parallèlement à la merveilleuse intrigue, le récit revisite l’enfance avec beaucoup de sensibilité, de tendresse et une certaine nostalgie, il nous interroge sur l’amitié, les premiers émois, l’insouciance, la perte de l’innocence, les secrets et les promesses tenues.

L’auteur nous manipule, il sème des indices, nous les suivons pas à pas, il brouille les pistes, nous nous égarons en émettant des hypothèses, la tension monte en puissance, les émotions affleurent dans tous les sens, nous sommes en haleine jusqu’aux toutes dernières pages et là … nous nous prenons l’éblouissant final en pleine face.

Du grand art monsieur Jérôme Loubry !

Je remercie chaleureusement les éditions Calmann Lévy pour leur confiance.

 

4ème Couverture

Été 1986. David et Samuel ont 12 ans. Comme chaque année, ils séjournent au bord de l’océan, dans le centre de vacances appartenant à l’employeur de leurs parents. Ils font la connaissance de Julie, une fillette de leur âge, et les trois enfants deviennent inséparables. Mais une ombre plane sur la station balnéaire et les adultes deviennent de plus en plus mystérieux et taciturnes. Puis alors que la semaine se termine, Julie disparaît.
30 ans plus tard, David est devenu écrivain, Samuel est son éditeur. Depuis le drame, ils n’ont jamais reparlé de Julie. Un jour, chacun reçoit une enveloppe. À l’intérieur, un manuscrit énigmatique relate les évènements de cet été tragique, apportant un tout nouvel éclairage sur l’affaire.

Editeur: Calmann Lévy Noir, 320 pages, date sortie: 5 septembre 2018

Les chiens de Détroit – Jérôme Loubry

Les chiens de Détroit – Jérôme Loubry

Ah que j’ai aimé ce premier roman !

Evitez les chroniques qui vous racontent toute l’histoire, évitez de lire les résumés.  Plongez dans la ville abandonnée de Détroit, embarquez dans cette histoire troublante et envoûtante, laissez la magie opérer et la noirceur vous envahir.

Détroit se meurt lentement, ses enfants disparaissent, les parents pleurent, les chiens errants hantent les rues, un tueur en série rôde et les fantômes se réveillent.

Une enquête complexe avec des ramifications dans le passé, une intrigue bien ficelée, une traque sous tension permanente, une lente descente aux enfers, un géant des brumes, une légende urbaine qu’on raconte aux enfants, une atmosphère noire et suffocante, des personnages denses, très attachants, une jeune flic qui entend des voix et son équipier, un flic brisé et alcoolo.

La construction est magistrale, tout s’entrelace magnifiquement pour vous serrer la gorge jusqu’à l’énorme twist final. Glaçant, bluffant et déroutant.

Un beau coup de coeur que je vous conseille fortement.

Jérôme Loubry… de la graine de géant et un auteur à suivre assurément !

Je remercie chaleureusement les éditions Calmann-Levy pour leur confiance.

4ème Couverture

2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l’Amérique n’est plus qu’une ruine déserte, un cimetière de buildings.
Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d’intervention qui encercle une maison et donne l’assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l’intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi… » ?
L’histoire s’ouvre donc avec l’arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n’est innocent…

Editeur: Calmann-Levy, 306 pages, date sortie: 11 octobre 2017