La terre des morts – Jean-Christophe Grangé

La terre des morts – Jean-Christophe Grangé

Un grand millésime Grangé !

Bienvenue dans le monde de la nuit, de ses pulsions et déviances sexuelles…. porno, sadomaso, bondage, shibari, nécrophilie.

Le commandant Corso, un flic borderline du 36 Quai des orfèvres, est chargé d’une enquête sur des meurtres sordides de stripteaseuses ligotées façon bondage.  Pour tenter de faire la lumière sur cette affaire, il va plonger dans les bas fonds hard et violents,  aux confins de toutes les perversités humaines, là où les limites n’existent pas.

Le meurtrier s’inspire des tableaux du peintre Francisco Goya, les coulisses de l’art contemporain se mêlent au milieu porno, un étonnant mélange. Philippe Sobieski est vite soupçonné, un ancien taulard, pervers, provocateur, sadique, intelligent, devenu peintre adulé et très en vogue chez les bobos Parisiens.

Dès les premières pages, Jean-Christophe Grangé nous happe dans ses cordes, il nous balade sur de fausses pistes durant 560 pages pour nous relâcher essoufflé et abasourdi à la toute dernière ligne.

Un thriller machiavélique en trois parties. La première assez courte est une plongée dans le milieu malsain de la nuit.  L’atmosphère est étouffante, irrespirable. L’ambiance glauque, noire, trash. Le malaise quasi constant, distillé goutte à goutte. Les descriptions et certains détails insoutenables… les âmes sensibles risqueraient d’être choquées, elles s’abstiendront.
Deuxième partie, nous entrons dans l’enquête, bien plus complexe et tordue qu’il n’y parait. Une lutte acharnée s’engage entre Corso et Sobieski.  Coupable ou pas ?  Tout l’accuse, encore faut-il trouver des preuves !
La grande originalité de ce récit est la troisième partie, le procès.  La plupart des thrillers s’arrêtent à l’arrestation du meurtrier, justice est faite pense le lecteur. Jean-Christophe Grangé et son immense talent nous démontre tout le contraire.

Un suspense intense au rythme d’enfer, des rebondissements multiples, une intrigue menée tambour battant, une galerie de personnages plus torturés les uns que les autres et un final impossible à voir venir font de La terre des morts un excellent thriller ficelé à la perfection.

A lire absolument !

Je remercie chaleureusement les éditions Albin Michel pour leur confiance.

4ème Couverture

Quand le commandant Corso est chargé d’enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique.
Il a tort : c’est d’un duel qu’il s’agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin.
Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertige noir dans lequel Corso se perdra lui-même, apprenant à ses dépens qu’un assassin peut en cacher un autre, et que la réalité d’un flic peut totalement basculer, surtout quand il s’agit de la jouissance par le Mal.

Editeur: Albin Michel, 560 pages, date sortie: 2 mai 2018