Dans l’ombre du brasier – Hervé Le Corre

Dans l’ombre du brasier – Hervé Le Corre

Immense et époustouflant roman !

Paris durant les dix derniers jours de la Commune, du 18 au 28 mai 1871. C’est l’état de siège, la fin d’un rêve. La ville est à feu et à sang, les barricades se dressent dans chaque rue, les combats font rage, le peuple refuse d’abdiquer, les troupes versaillaises sont prêtes à détruire Paris plutôt que le laisser au peuple. Au beau milieu de ce chaos, un tueur en série kidnappe des jeunes filles, il se livre à un odieux trafic en les revendant à un photographe porno, à des proxénètes et des bordels. Une de ses dernières victimes est Caroline, une infirmière de la Commune, l’amoureuse du sergent Nicolas Bellec engagé auprès des Communards. Sous les obus, dans la furie des combats, le sort de ces jeunes filles n’intéresse pas vraiment les gardiens de la paix, sauf un… il s’agit d’Antoine Roques, un citoyen relieur promu commissaire par le peuple. Il se lance sur les traces de Caroline et s’engage dans une véritable course contre la montre. Mais réussira t il à la retrouver vivante ?

Quel sacré bouquin ! Un savant mélange de polar noir au coeur d’un roman historique, un roman populaire d’aventures avec une touche de romanesque. Un roman étonnamment moderne qui entre en résonance avec le contexte social actuel. L’histoire ne serait elle qu’un éternel recommencement ?

Une exceptionnelle plume oscillant entre élégance et modernité et qui nous immerge complètement dans cette ambiance d’apocalypse, au coeur de la  barbarie sanglante des combats.  La documentation et les descriptions sont d’une extraordinaire précision, sans jamais alourdir le récit. Nous sentons les odeurs de poussière, de poudre, de boue, de sueur, de sang, nous suffoquons dans les odeurs d’excréments. Nous ressentons la colère et la peur des hommes au combat, nos tripes se nouent face à la douleur des corps meurtris par les baïonnettes, nous vibrons face au courage de ces hommes qui luttent pour porter leurs idéaux d’un meilleur avenir.

Au milieu de ce chaos, il y a des héros, des hommes et des femmes d’une grande profondeur, ils brûlent d’espoir, ils rêvent, nouent des amitiés très fortes, s’entraident, partagent, trinquent, rigolent, tombent amoureux et s’aiment.

Une fresque fascinante entre utopie, tragédie, espérance, fraternité et humanité.
De la vraie, grande et belle littérature qui nous bouleverse entièrement.

J’ai adoré l’immense talent d’Hervé Le Corre !

Je remercie chaleureusement les éditions Rivages pour leur confiance.

4ème Couverture

A Paris, pendant les dix derniers Jours de la Commune. Dans les rues de la ville bombardée où se dressent des barricades, le mal rôde. Des jeunes femmes disparaissent, enlevées par un personnage aussi pervers que repoussant. Parmi elles, Caroline, la bien-aimée du sergent Nicolas Bellec qui combat dans les rangs des Communards. Antoine Roques, promu au rang de « commissaire » de police par la Commune, enquête sur l’affaire. Mû par le sens du devoir, il se lance à la recherche de la jeune femme, bravant les obus, les incendies, les exécutions sommaires… Et tandis que Paris brûle, Caroline, séquestrée, puis « oubliée » dans une cave parmi les immeubles effondrés, lutte pour sa survie. C’est une course contre la montre qui s’engage, alors que la Commune est en pleine agonie.

Editeur: Rivages, 491 pages, date sortie: 2 janvier 2019