Quelque part entre le bien et le mal – Christophe Molmy

Quelque part entre le bien et le mal – Christophe Molmy

Je découvre Christophe Molmy avec son deuxième roman, n’ayant pas lu le premier « Les loups blessés ».

Ca démarre fort, très fort, l’auteur nous happe dès la première page avec une scène de braquage d’un réalisme à couper le souffle.

Nous allons suivre deux enquêtes en parallèle, sans lien apparent entre elles.  Deux enquêtes qui s’entrecroisent pour finir par se rejoindre.

D’un côté, des braquages et des petits malfrats bien organisés qui préparent un gros coup.  Les flics enquêtent, les traquent et espèrent un flag.

De l’autre, des suicides de jeunes filles.  Une toute jeune enquêtrice relève des similitudes et des liens entre les différentes scènes de suicide.  Elle pense avoir découvert un tueur en série et alerte sa hiérarchie.  La PJ s’en mêle et nous voilà plongé en direct au coeur de l’enquête, comme si on y était, dans ses différentes étapes et protocoles.

L’auteur est directeur de la BRI (la Brigade antigang), il sait de quoi il parle et cela transparaît fortement dans son récit d’un réalisme frappant dans les moindres descriptions et détails.

Les personnages sont fouillés, crédibles,  attachants, d’une grande finesse psychologique.
Les chapitres courts alternent les points de vue des flics, des truands et du tueur en série, nous suivons ses pulsions profondes de meurtres. Le suspense soumet nos nerfs à rude épreuve, la construction est parfaitement maîtrisée et nous tient en haleine jusqu’au final saisissant.

Brut, puissant et terriblement humain !

Je remercie chaleureusement l’agence Anne & Arnaud et les éditions de la La Martinière pour leur confiance.

4ème Couverture

Coline a toujours rêvé d’intégrer la PJ. Mais elle n’a ni l’allure ni l’audace qu’on prête aux grands flics parisiens. Et puis… c’est une femme. Elle végète dans son commissariat de banlieue, jusqu’au jour où le suicide d’une jeune femme la met sur la piste d’un tueur en série.
De son côté, Philippe, vieux routier du 36 quai des Orfèvres, se débat avec une prise d’otage et des braqueurs manouches qu’il rêve de saisir en flagrant délit. Se peut-il que ces affaires soient liées ? Et jusqu’où chacun ira-t-il pour sauver sa peau. Ou risquer la sienne ?

Dans les rues de Paris se croisent flics, avocats, voyous et victimes. Au milieu de tout ce monde, le chien noir veille. Celui qui patiente, tapis en chacun de nous. Le maître de nos pulsions. Et qui n’attend qu’un bruit infime, un geste, pour se réveiller et nous emporter dans sa furie.

Editeur: La Martinière, 352 pages, date de sortie: 18 janvier 2018