Le cheptel – Céline Denjean

Le cheptel – Céline Denjean

Je vais vous avouer un secret…

Une grande histoire d’amour est née entre Céline Denjean et moi, et j’ai comme l’impression qu’elle va durer longtemps.
Je l’ai découverte l’an dernier.  Au détour d’une flânerie en librairie, j’ai acheté Voulez-vous tuer avec moi ce soir, une belle surprise et un premier roman très prometteur.
Je me suis jetée immédiatement sur La fille de kali et là …comment vous dire ?  Un énorme coup de coeur. Un saut quantique entre les deux romans. Une seule certitude s’imposait à moi: j’allais suivre Céline de très près.

C’est avec une certaine peur au ventre que j’ai entamé Le cheptel.
Et si j’étais déçue ?  Et si la magie n’opérait plus ?

Je ne vous parlerai pas beaucoup de l’histoire sous peine de trop en dévoiler. Trois intrigues qui s’entremêlent, se télescopent et finissent par se rejoindre.  Louis Barthes, un vieux notaire, découvre son acte de décès dans les papiers de son père.  Il serait mort bébé. ll entame des recherches pour remonter son histoire.  Une jeune femme, bizarrement accoutrée, est retrouvée assassinée et mutilée en Lozère. Elle a fait l’objet d’une chasse à l’homme. Un jeune garçon de 13 ans tombe dans un torrent lors d’une randonnée.  Il s’en sort, cherche de l’aide et tombe dans une étrange communauté vivant hors du temps.

Je vous conseille vivement de lire d’abord La fille de kali car nous retrouvons certains protagonistes et la capitaine Eloïse Bouquet.

Avant d’entamer Le cheptel, prévoyez 48 heures de libre, casez les gosses, le chien, l’amoureux, mettez vous aux abonnés absents, pensez à boire et manger de temps à autre.  Et accrochez vous !
Il y a un petit temps que je n’ai lu un thriller aussi addictif.  Un thriller électrique qui vibre à 200 000 volts où les chapitres se déroulent à un rythme infernal.  La construction vertigineuse aux multiples ramifications nous tient sous pression constante.  650 pages qui se lisent toutes seules, sans temps mort, sans une seconde d’ennui, un sacré tour de force !

Le chelptel est un thriller diabolique, hors norme qui aborde les thèmes des sectes et de la manipulation des masses, de la filiation et la fidélité au clan familial, de la vengeance, du devoir de mémoire, des pans oubliés de l’histoire.

Une fois de plus les femmes ont la part belle, qu’elles soient flics, gourous ou tueuses, les personnages féminins sont d’une force incroyable.

La plume est belle, de plus en plus belle, le style fluide et soigné.

L’auteure sème beaucoup d’indices, vers la moitié du récit, très fière de ma perspicacité, j’ai cru deviner quelque chose. Et zut, j’ai été complètement bluffée. Céline Denjean balade son lecteur sur de fausses pistes, elle est passée maître dans l’art de la tromperie.
L’intrigue est originale et alambiquée, une imagination sans limite pour un scénario en béton armé.  Les rebondissements se multiplient, le suspense s’intensifie, cela devient carrément haletant, difficile de lâcher l’histoire jusqu’à l’époustouflant final.

Un vrai bonheur de lecture, un MUST à découvrir de toute urgence.
Du grand art, une totale réussite !  C’est pour lire de telles pépites que je suis serial lectrice.

Céline Denjean a un talent fou, elle a frappé très fort et est entrée à grands pas dans la cour des toutes grandes dames du polar.  Vous n’avez pas fini d’en entendre parler.

LE CHEPTEL …  il faut le lire un point c’est tout ! (et en parler autour de vous !)

Je remercie chaleureusement Céline Denjean et les éditions Marabout pour leur confiance.

4ème Couverture

Le corps d’une jeune femme est retrouvé en Lozère. Au regard des éléments qu’ils détiennent, les enquêteurs de la SR de Nîmes se forgent rapidement un avis : elle a fait l’objet d’une chasse à l’homme… Pour le capitaine Merlot, d’Interpol, les conclusions médico-légales placent cette victime dans une longue série. Les gendarmes nîmois vont alors apprendre à leur grande stupéfaction, qu’Interpol tente depuis vingt-cinq ans de démanteler un réseau de trafic d’êtres humains. Louis Barthes, notaire à la retraite, est à la recherche de sa soeur jumelle dont il ignorait l’existence. Ses démarches vont a peu à peu le faire remonter jusqu’à une poignée d’orphelins juifs dont la fuite vers l’Espagne s’est arrêtée dans les Pyrénées… Jeune adolescent de 13 ans, surdoué, Bruno passe des vacances dans les Pyrénées quand il tombe dans un dangereux torrent et est emporté par les flots. Il parvient miraculeusement à s’extirper des eaux tumultueuses, et cherchant de l’aide, découvre une communauté vivant hors temps et hors réalité dirigée par une grande prêtresse qui se fait appeler Virinaë. Trois fils que Céline Denjean tisse ensemble dans un suspens et une tension exceptionnels, et surtout avec sa remarquable maîtrise du récit révélée dans ses précédents romans.

Editeur: Marabout, 656 pages, date sortie: 17 janvier 2018

La fille de kali – Céline Denjean

La fille de kali – Céline Denjean

Enorme coup de coeur !

Voici 12 excellentes raisons de lire La fille de Kali.

Un véritable coup de maître et un saut quantique depuis son premier roman Voulez-vous tuer avec moi ce soir.

Des crimes sauvages, abominables et des scènes horribles à vous glacer le sang.

Une intrigue machiavélique et très originale.

Une histoire qui met à l’honneur les personnages féminins et une tueuse en série, tellement rare dans le thriller que j’ai envie de le souligner.

Eloïse, capitaine de gendarmerie qui doit faire ses preuves dans un monde d’hommes.   Amanda, journaliste qui n’a pas froid aux yeux, prête à tout pour dénicher un scoop et faire le buzz.  Chang, détective privé, un ancien flic qui a merdé.  Kali, la déesse indienne, celle qui a plein de bras et se balade avec une tête coupée dans une main et une guirlande de têtes autour du cou.  Une tueuse en série, monstrueuse, redoutable, de la pire espèce.

Une belle plume et un style fluide, des chapitres très courts qui rendent la lecture addictive et impossible à lâcher.

Un rythme haletant,  une tension permanente et un suspense exceptionnel.

Une minutieuse enquête et une narration à trois voix, trois points de vue qui se mélangent, se croisent, se   rejoignent pour n’en faire qu’une.

Une plongée dans la folie destructrice d’une tueuse.

Des personnages attachants avec une certaine profondeur.

Des petites touchent culturelles sur l’Inde et sa mythologie.

Un final magistral, à couper le souffle.

Un incroyable page turner que vous ne lâcherez pas. Une lecture plus que jouissive, à découvrir de toute urgence !

Céline Denjean peut désormais prétendre à jouer dans la cour des grands.  Claire Favan, Ingrid Desjours, Sonja Delzongle, Karine Giebel n’ont qu’à bien se tenir !

4ème Couv.

Toulouse : Éloïse Bouquet, de la Section de Recherches de la Gendarmerie, découvre Maurice Desbals, un ingénieur a priori sans histoire, dont le corps décapité a fait l’objet d’une macabre mise en scène : sur le mur, un swastika tracé avec le sang de la victime et, au pied du lit, un tas de piécettes et des pétales de fleurs faisant penser à une offrande. La tête du défunt, quant à elle, demeure introuvable…

Vengeance, règlement de comptes, acte de barbarie à connotation sectaire ?

Alors que l’enquête peine à démarrer, un meurtre identique est perpétré un mois plus tard à quelques kilomètres de la ville rose. Le spectre redouté d’une tueuse en série s’inspirant de la déesse Kali se matérialise alors…

Tandis que le capitaine Éloïse Bouquet et son équipe, aidés par un profileur, tentent de remonter la piste de cette psychopathe hors norme, Amanda Kraft, jeune et ambitieuse journaliste d’investigation, et Danny Chang, détective privé enquêtant de son côté sur un prétendu suicide, mènent chacun de leur côté des enquêtes parallèles qui vont les mener jusqu’à l’antre de la tueuse…

Editeur: Marabout, 504 pages, date parution: 28/09/2016

Voulez-vous tuer avec moi ce soir – Céline Denjean

Voulez-vous tuer avec moi ce soir – Céline Denjean

Un premier roman d’une jeune auteure toulousaine et une très belle découverte.

384 pages lues d’une traite en une après midi au jardin.   Une fois commencé, je n’ai pas pu décrocher de l’histoire, pas vu le temps passer, résultat: un beau coup de soleil en prime !

Bienvenue dans la tête d’un tueur…

Nous connaissons son nom dès le début.   Nous le suivons pas à pas dans sa « folie ordinaire » et nous vivons l’enquête au jour le jour dans les moindres détails.  Comment les flics vont ils le confondre ?

Le suspense est distillé à la perfection, l’histoire est bien ficelée, le rythme est soutenu sans temps mort et l’angoisse monte crescendo au fil des pages.

J’ai été captivée de bout en bout par ce récit de l’horreur ordinaire.

Seul petit bémol pour moi, les chapitres alternent entre l’histoire du tueur et une histoire d’amour racontée dans le journal d’une adolescente, même si les deux histoires se rejoignent à la fin, je les ai trouvé un peu longs, peut être auraient ils pu être plus resserrés.

Un premier roman plein de qualités, très prometteur.  A découvrir au plus vite !

J’ai bien envie de me plonger dans le 2è roman de Céline Denjean, sorti en septembre 2016 , la 4ème couverture est plus que tentante et  je ne lis que de bons retours.

4ème Couv.

Je m’appelle Marcel. J’ai 47 ans. Je suis contrôleur de bus. Je mène une vie saine et bien rangée. J’aime l’ordre, la rigueur et la discrétion et, à bien des égards, je suis votre voisin idéal. C’est que, contrairement à bon nombre de mes contemporains, j’ai reçu une excellente éducation. Et ce n’est pas ce que la police ou les journaux racontent sur moi qui me fera changer d’avis !

Toulouse. Depuis plusieurs mois, le lieutenant Girard traque  » le Tueur du vendredi « , un pervers méthodique qui viole et tue des prostituées le long du canal. Le meurtrier, c’est Marcel, un insoupçonnable contrôleur de bus à la vie sans histoire. Maniaque et obsessionnel, il suit jour après jour, et à la minute près, une routine bien huilée. Ses ennemies ? Les femmes, les indécentes, les décadentes, les provocantes… Et depuis peu sa jeune voisine, qui pourrait bien faire basculer une routine jusqu’alors inébranlable…

Editeur: Pocket, 384 pages,  date sortie: 8 septembre 2016