Il est toujours minuit quelque part – Cedric Lalaury

Il est toujours minuit quelque part – Cedric Lalaury

La phrase d’accroche en couverture ne ment pas, on est vite happé par l’histoire addictive.

Un thriller psychologique surprenant, sous ses airs légers il aborde les thèmes de la culpabilité, du mensonge et de la paranoïa.

Quand une erreur de jeunesse ressurgit, quand les démons du passé et les secrets nous rattrapent et font complètement basculer notre existence bien rangée.

L’histoire est intrigante et mystérieuse, le style est fluide, les rebondissements distillés au compte goutte nous tiennent en haleine, on tourne les pages très vite pour connaître le dénouement.

Hélas, le dernier quart est trop prévisible et s’enlise, j’ai vite compris et la fin me laisse une impression étrange et très perplexe, comme si l’auteur avait voulu en finir trop vite en précipitant les choses. Dommage !

Un premier roman qui a reçu le Prix Kobo Writing Life et un bon moment de lecture dans l’ensemble.

Je remercie chaleureusement les éditions Préludes pour leur confiance.

4ème Couverture

Bill Herrington est un homme heureux. La cinquantaine approchant, mari et père comblé, il occupe un poste de professeur de littérature dans une prestigieuse université américaine. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes… jusqu’au jour où il trouve dans son casier l’exemplaire d’un roman à sensation publié par un mystérieux inconnu : Richard Philip Kirkpatrick. Pas de quoi chambouler Bill.
À un détail près : ce roman raconte une histoire vraie. Celle d’un crime dont Bill était persuadé que personne n’avait jamais eu connaissance. Sur une île qu’il aurait voulu oublier pour toujours.
Ce livre envahit bientôt l’existence de Bill et contamine tout autour de lui. Sa vie paisible et confortable, ainsi que son équilibre psychologique, vont vite menacer de voler en éclats sous l’effet dévastateur de ce roman vengeur qui a réveillé tous les fantômes du passé.

Editeur: Préludes, 352 pages, date sortie: 7 février 2018