Sharko- Franck Thilliez

Franck Thilliez… le retour !  

Un évènement attendu chaque année !

Un grand cru de Franck Thilliez, 18è roman et il parvient une fois de plus à nous surprendre  avec un thriller démoniaque qui nous piège de bout en bout.  Le Maître s’est même surpassé en nous offrant une plongée directe dans l’ambiance de ses tous premiers romans.

Si vous ne l’avez jamais lu, je vous invite fortement à lire les premiers opus pour appréhender les personnages et ne pas rester dans le brouillard, avec des questions sans réponse.  Sharko et Lucie ont un très lourd passé en commun et beaucoup de références aux premiers livres sont faites dans cet épisode SHARKO, 6è aventure du couple.

Faites connaissance avec Franck Sharko dans Train d’enfer pour Ange rouge et Deuils de miel.  Faites connaissance avec Lucie Henebelle dans La chambre des morts et La mémoire fantôme. Et rencontrez le couple Sharko-Hennebelle dans Le syndrome E. Deux flics écorchés vifs qui ne vivent que pour leur boulot.

Franck Thilliez tisse une histoire hallucinante, à couper le souffle en mêlant deux intrigues. D’un côté, une enquête dans l’enquête avec une descente en enfer et une torture psychologique pour le couple Sharko-Hennebelle, uni à la vie à la mort.  De l’autre, une plongée dans le milieu des satanistes de la pire espèce à travers une secte assoiffée de sang.  De quoi nous donner la chair de poule et nous glacer d’effroi plus d’une fois.

L’intrigue machiavélique, la tension permanente, l’intensité rare, le rythme infernal et le suspense puissance 1000 vous empêcheront de lâcher l’histoire avant le dénouement final.

L’auteur va très loin dans l’exploration de la noirceur de l’âme humaine.  Certaines scènes sont plutôt horribles, macabres, gore, violentes, sordides, noires et rouges comme de l’hémoglobine entrain de sécher.  Ames sensibles, passez donc votre chemin !

Un roman maîtrisé de bout en bout et extrêmement bien documenté scientifiquement, peut être même un peu trop, avec quelques longueurs vers la fin. Seul petit bémol !  La tension retombe quelque peu, avant de remonter en flèche dans les dernières pages.

Un excellent Thilliez à placer dans le haut du panier !

4ème Couv.

 » Sharko comparait toujours les premiers jours d’une enquête à une partie de chasse.
Ils étaient la meute de chiens stimulés par les cors, qui s’élancent à la poursuite du gibier.
À la différence près que, cette fois, le gibier, c’était eux. « 

Eux, c’est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics aux 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.
Lucie n’a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d’être confiée au 36, car l’homme abattu n’avait semble-t-il rien d’un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure.
Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l’enquête et s’enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu’à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu’ils s’étaient efforcés de bâtir.

Editeur: Fleuve Noir, 576 pages, sortie le 11 mai 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *