Quand on a que l’humour – Amélie Antoine

Un livre lumineux, un livre rare, un livre ESSENTIEL…

J’ai adoré au delà de tout !

Ce n’est pas mon genre de lecture habituel mais pour la petite histoire, j’ai flashé sur la sublime couverture et j’ai lu le titre avec un énorme lapsus, j’y ai vu « Quand on a que l’amour » en pensant à Brel… du coup il me fallait le lire à tout prix.

J’ai envie d’aligner des lignes entières d’adjectifs pour en parler mais cela ne sera pas suffisant.  Une pure merveille, un diamant précieux, une pépite magnifique, un roman initiatique, émouvant, profond et bouleversant, d’une justesse incroyable et plein de vie, c’est fort, puissant et intense, c’est beau.

Je ne vous raconterai rien de l’histoire sous peine de spoiler, elle est en deux parties et se lit comme un polar avec une intrigue.

Une histoire D’AMOUR… de solitude… de non-dits… une histoire de liens et de deuils… une quête de sens du temps qui passe, que faisons-nous de nos vies ?

Amélie Antoine a une plume sublime de grande conteuse.  Des mots qui touchent en profondeur, des mots justes qui ébranlent l’Ame.  Ses mots ont une musique particulière, emplie de poésie et de sensibilité.  Une rare sensibilité, pas le pathos inutile, pas la sensiblerie mièvre à deux balles, pas le monde tout rose des bisounours.

Amélie, elle nous prend par la main pour nous raconter l’histoire d’Edouard. Elle nous percute en plein coeur, nous remue les tripes et nous retourne le cerveau.  J’ai ri, j’ai ri triste, j’ai pleuré, j’ai terminé émue avec une grosse boule dans la gorge, heureuse d’avoir rencontré Edouard.

Amélie, elle est toute jeune et elle nous offre un roman d’une telle maturité et sagesse, elle a dû vivre dix vies, c’est pas possible autrement.  Elle va tellement loin dans la psychologie de ses personnages, elles les fouillent, les décortiquent jusqu’au tréfonds.  Elle regarde les doutes et les fragilités qui se cachent derrière les masques.  Elle met en lumière les blessures qui ne cicatrisent jamais, avec lesquelles il nous faut composer.  Elle écoute les silences remplis de mots… ces mots qu’on ne dit pas, qu’on ose pas, qui s’accumulent comme un poison au fond de nous.

Edouard, l’humoriste, le clown qui fait rire… c’est vous, c’est moi, c’est tous les humains.  On se croit différents mais au final, on est tous pareils, on fait du mieux qu’on peut, maladroits dans nos relations et nos fragilités, on tente de s’en sortir en bricolant nos vies.

Quand on a que l’humour a résonné tellement fort en moi, je suis certaine qu’il fera écho chez vous.

Et comme dirait le héros du livre, Edouard Bresson, si vous le lisez, alors tout ira bien.

Et si vous dites aux gens que vous les aimez, ça ira encore mieux !

La vie, c’est ici et maintenant, ne passez pas à côté.

Amélie Antoine est l’auteure d’un premier roman, un polar « Fidèle au poste », il a remporté un énorme succès, je ne l’ai pas lu mais je m’empresse de le faire.

4ème Couverture

C’est l’histoire d’un humoriste en pleine gloire, adulé de tous, mais qui pense ne pas le mériter.
Un homme que tout le monde envie et admire, mais que personne ne connaît vraiment.
Un homme blessé qui s’est accroché au rire comme on se cramponne à une bouée de sauvetage.
C’est aussi l’histoire d’un garçon qui aurait voulu un père plus présent.
Un garçon qui a grandi dans l’attente et l’incompréhension.
Un garçon qui a laissé la colère et le ressentiment le dévorer.

C’est une histoire de paillettes et de célébrité, mais, surtout, l’histoire d’un père et d’un fils à qui il aura fallu plus d’une vie pour se trouver.

Editeur: Michel Lafon, 424 pages, sortie le 4 mai 2017

5 réflexions au sujet de « Quand on a que l’humour – Amélie Antoine »

  • 29 mai 2017 à 9 h 45 min
    Permalink

    ça fait très plaisir de te voir sortir du noir et aller vers la lumière ;-).
    J’ai fait comme toi avec ce livre et je ne le regrette pas !

    Répondre
    • 29 mai 2017 à 10 h 08 min
      Permalink

      Merci Yvan. Je suis très heureuse de l’avoir lu, même si j’en suis sortie chamboulée… je le relirai, ce qui est très rare chez moi.

      Répondre
  • 29 mai 2017 à 10 h 25 min
    Permalink

    Merci infiniment, Nadia, pour cette chronique qui me fait chaud au cœur…! Ce sont des retours comme le vôtre qui me donnent envie de continuer… Merci…!

    Répondre
    • 29 mai 2017 à 10 h 37 min
      Permalink

      Juste envie de vous dire MERCI du fond du coeur de nous avoir offert un tel cadeau ! Je vous suivrai dorénavant de près, en toute première ligne et vais lire au plus vite « Fidèle au poste »

      Répondre
  • Ping : Fidèle au poste - Amélie Antoine - Livresse du Noir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *