Lectio Letalis – Laurent Philipparie

Lectio Letalis… lecture létale…

Un titre énigmatique, une sublime couverture qui attire le regard, une quatrième de couverture fort intrigante…  ma curiosité est plus que titillée, j’ai envie de découvrir Laurent Philipparie. Oh que j’ai bien fait d’écouter mon feeling, voilà une fort belle découverte ! J’ai pris beaucoup de plaisir et j’ai passé un excellent moment lecture.

Deux mots sur l’intrigue. Paris, un jeune assistant éditeur s’ouvre les veines pendant qu’il est entrain de lire un manuscrit. C’est le troisième à mourir durant la lecture de cet étrange ouvrage. Bordeaux, un psychiatre est retrouvé mort dans son cabinet, assassiné et mutilé par un rapace. L’enquête est confiée au lieutenant Gabriel Barrias. Il y aurait un lien entre les deux affaires… c’est Anna Jeanson, la seule survivante d’une importante secte qui a choisi le suicide collectif.

Avouez que c’est pas banal comme histoire, un livre et des oiseaux qui tuent !

Fort heureusement, l’auteur n’est pas tombé dans le piège du thriller ésotérico-fantastique, il se concentre sur l’enquête et nous offre un thriller extrêmement palpitant et passionnant. Si l’histoire démarre sur des chapeaux de roue et nous happe dès la première page, le rythme oscillera ensuite entre accélérations et moments plus calmes de réflexion, j’ai beaucoup aimé le mélange des deux.

L’affaire est fort complexe, elle se resserre autour d’une étrange secte qui utilise l’hypnose pour manipuler les esprits et dresse des rapaces à tuer. Les scènes d’actions musclées sont plus vraies que nature (l’auteur est policier, il sait de quoi il parle), les rebondissements et surprises s’enchaînent à un rythme parfait. Les deux personnages principaux sont fort attachants. Gabriel Barrias, un ex indic SDF devenu flic, il ne passe pas inaperçu et son caractère plus que trempé énerve sa hiérarchie. Anna, très mystérieuse, victime ou manipulatrice, qui est-elle vraiment ? Ensemble, ils forment un duo de choc qui nous causera quelques frayeurs et palpitations cardiaques.
Petite note à l’auteur, j’aimerais en savoir plus sur Gabriel et le retrouver dans une prochaine aventure.

368 pages de pur plaisir, 368 pages qui se tournent toutes seules.

Un roman très original que je vous conseille fortement.

Lectio Letalis est le second roman de Laurent Philipparie, après Ne regarde pas l’ombre publié aux éditions Vents salés.

Je remercie chaleureusement les éditions Belfond pour leur confiance.

4ème Couverture

Oserez-vous tourner les premières pages du LECTIO LETALIS ?
Paris. Un assistant d’édition tout juste embauché se tranche les veines à la lecture du premier manuscrit qui lui est confié. C’est la troisième fois, en quelques semaines, que le même scénario-suicide se produit dans cette maison d’édition.

Bordeaux. Le lieutenant Gabriel Barrias, ancien indic devenu flic, enquête sur l’assassinat atypique d’un psychiatre massacré par un rapace, dans son cabinet, en pleine consultation.

Deux affaires éloignées en tout point, et pourtant. Un nom apparaît des deux côtés. Celui d’Anna Jeanson, qui fut, dix ans plus tôt, l’unique survivante d’un suicide collectif survenu dans une secte dressant des animaux à tuer.

Un livre et des oiseaux qui tuent, personne ne pourrait y croire. Mais sous la plume de Laurent Philipparie, capitaine de police, tout est si vrai que c’en est effrayant.

Editeur: Belfond, 368 pages, date de sortie: 17 janvier 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *