Le vol de Lucrèce – Luce Marmion

 Un tout grand merci à l’auteure pour l’envoi de son livre !

L’histoire débute par un banal vol de tableau. Rien de très original, ai je d’abord pensé !

Et Luce Marmion m’a surprise avec son premier polar.  Une rocambolesque aventure entre Paris, Trouville, Menton, Amsterdam et Londres.

Ca va vite, ça file à 100 à l’heure, sans aucun temps mort.
C’est palpitant, intelligent, plein d’action, l’intrigue est solide et l’humour décalé assez présent.

Un trio bien campé mène l’enquête, le privé Magadur et sa coéquipière Alice, aidés par un ami capitaine des Stups au 36.
Nous allons de rebondissements en surprises dans cette enquête qui nous tient en haleine jusqu’au bout.

Deux petits bémols pour moi: l’écriture qui manque parfois de fluidité et le lecteur qui se perd par moment dans cette folle quête.

Un premier roman original et plein d’imagination dans le monde de l’art.

Un excellent divertissement et une auteure à suivre assurément !

4ème Couv.

Jamais Adrien Magadur n aurait pu imaginer qu une banale enquête sur le vol d une uvre d art le plongerait au fond de la folie destructrice, le précipiterait dans le vide… Une peinture de grande valeur nommée Lucrèce, vient d être dérobée chez un particulier parisien. Le portrait de la jeune Romaine, prête à s enfoncer un poignard dans le sein, attise la convoitise d un collectionneur idolâtre, mais aussi celle, plus surprenante, d un cartel de narcos. Avidité, cupidité, vénération fanatique pour l art peuvent mener à des actes insensés, au crime. À travers un imbroglio émotionnel, les acteurs du récit, personnages complexes et tourmentés, sont emportés dans un drame où se mêlent passion, amitié et trahison. Chargé de retrouver le tableau de Cranach, Adrien Magadur, un privé à la déontologie douteuse, paiera de sa personne. Avec son âme-frère, un capitaine aux Stups du 36, il poursuit sa quête dans une atmosphère sombre et se laisse jusqu au bout surprendre par de singuliers rebondissements. Sélectionné par le Comité de lecteurs de la Bibliothèque George Sand à Semoy (45).

Editeur: Pavillon noir, sortie le 4 novembre 2016, 350 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *