Le mal en soi – Antonio Lanzetta

La couverture nous met d’emblée l’eau à la bouche avec l’accroche « le Stephen King italien ».  Magnifique accroche mais personnellement, je n’y ai vu aucun lien, sinon que le roman fait référence à l’adolescence.
Une bande de quatre ados amis « pour la vie » en 1985, quatre ado innocents, insouciants qui découvrent la vie et dont la vie va voler en éclat. L’auteur nous fera voyager entre présent et passé. Deux époques, deux histoires parallèles racontées par deux héros différents hantés par leur enfance et leur culpabilité.  Un meurtre en 1985, un autre aujourd’hui, ils sont forcément liés, un tueur en série sévit depuis trente ans ou plus, le passé ressurgit et les cicatrices vont s’ouvrir.

Nous sommes complètement immergés dans ce petit village italien de Castellacio où personne n’a de secret pour personne. L’intrigue n’est vraiment pas originale, déjà vue et revue.  Vu l’accroche, je m’attendais à quelque chose de plus percutant.  J’épinglerai cependant la noirceur du récit et l’ambiance sombre, la belle plume de l’auteur et sa galerie de personnages empathiques.

Un roman court, plutôt addictif que j’ai lu en une après midi.  Je n’ai pas été totalement convaincue et n’en garderai pas un souvenir impérissable.  A vous de voir ! Et comme je dis toujours, ceci n’est que mon humble avis.

Je remercie chaleureusement les éditions Bragelonne pour leur confiance.

4ème Couverture

Automne 2016. Castellacio, petit bourg du Sud de l’Italie. Le cadavre d’une jeune fille est retrouvé pendu par les poignets avec du fil barbelé aux branches d’un saule. Sa tête décapitée gît entre les racines, ses yeux vitreux fixent Damiano Valente. Valente, c’est le Chacal, un écrivain à succès de « true crime », hanté par le passé et condamné à traîner sa jambe brisée. Depuis trente et un an, il traque sans relâche le meurtrier de Claudia, sa meilleure amie sauvagement assassinée au cours de l’été 1985. Aidé de son ami le commissaire De Vivo, il se lance sur les traces de celui que la presse a baptisé « l’homme du saule ».

Été 1985. Castellaccio, Flavio, jeune orphelin originaire de Turin, débarque chez son grand-père après la mort de sa mère. Rien n’est gagné d’avance avec cet homme bourru. En compagnie de ses nouveaux amis Stefano, Claudia, Damiano et du brave Jack, énorme chien au pelage noir, Flavio découvre l’insouciance, l’amour, la vie loin de Turin, dans la magnifique région du Cilento, à quelques coups de pédales de la mer et de la montagne. Et si le bonheur était à portée de main ? C’est oublier un peu vite que le mal n’est jamais loin…

Editeur: Bragelonne, 288 pages, date sortie: 14 mars 2018

2 réflexions au sujet de « Le mal en soi – Antonio Lanzetta »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *