Le Cramé – Jacques Olivier Bosco

C’est moi qui suis complètement cramée par Jacques Olivier Bosco (JOB pour les intimes), waouh, quelle découverte !

Mais pourquoi ne l’ai je pas lu plus tôt ?

Le roman démarre vite, hyper vite, pour filer ensuite à 300 km heure, accrochez bien votre ceinture, ça décoiffe fort…  impossible de descendre en route, vous êtes prévenu !

Le cramé, c’est un gangster, un chef de bande à l’ancienne, un homme d’honneur et de parole.
Je vous fais une confidence, en général, les gansters, les braquages de banque, c’est pas trop ma tasse de thé mais là, je suis sur le cul, complètement bluffée.

J’ai pris un plaisir fou à suivre les aventures du Cramé.  L’intrigue rebondit de page en page, sans temps mort.  Ça dézingue à chaque coin de rue, ça tire partout, ça explose, ça saigne beaucoup.
L’ombre des vieux films de Melville, Belmondo, Lino Ventura, Delon, Scorcese, Coppola plane sur Le cramé.

L’écriture claque, le style est incroyable et unique, les dialogues affutés, vifs, hyper efficaces.
Les personnages sont forts, hauts en couleurs, inoubliables, avec un sens de l’honneur, de l’amitié, de la famille… on en vient même à les aimer.

La cramé, c’est sombre, sanglant, violent.
Le cramé, c’est fort divertissant.
Le cramé, c’est noir et serré comme le ristretto du matin.
Le cramé, c’est tendu comme une corde sur un arc.

Le cramé, il faut le lire !

Demain, je cours acheter tous les romans de Jacques Olivier Bosco.
Et je remercie Olivier Le Corbac de la librairie Humeurs noires de m’avoir donné envie de découvrir JOB .

 

4ème couv.

Le problème avec le Cramé, c’est que même l’enfer ne veut pas de lui !

Le Cramé et sa bande ont écumé le pays pendant deux ans. Une épopée commando qui s’est achevée sous les balles et dans le sang. À cause d’une balance, trois de ses amis ont pris le raccourci pour l’Enfer, et pour le Cramé, c’est le purgatoire. Mais attendre au placard que le diable réclame son dû n’est pas trop le genre de la maison. Et comme une banale cavale, ce n’est pas assez pour le Cramé, une évasion rocambolesque le conduit tout droit au commissariat de Saint-Denis… qu’il infiltre dans la peau d’un flic.
Lancé malgré lui sur la piste d’un garçon disparu, le Cramé ne perd pas de vue l’essentiel : retrouver le traître qui les a donnés.

Editeur: Pocket, sortie le 12 juin 2014

 

2 réflexions au sujet de « Le Cramé – Jacques Olivier Bosco »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *