La nuit de l’ogre – Patrick Bauwen

La nuit de l’ogre est la suite du Le jour du chien, même s’il peut se lire indépendamment, je vous conseille vivement de lire le premier tome pour mieux appréhender les protagonistes et apprécier pleinement l’histoire. Nous retrouvons Chris Kovak, médecin urgentiste et personnage hors norme (que j’adore), le lieutenant Valenti, le commissaire Batista et Le chien.

Un excellent thriller qui démarre au quart de tour.
Chris Kovak enquête sur la mystérieuse disparition de la fille d’une amie, il est loin d’imaginer dans quoi il met les pieds. Une plongée dans les profondeurs du mal où se côtoient la folie, l’horreur et la noirceur. Un vrai cauchemar peuplé de cadavres, de serial killer, d’un étrange homme au chapeau melon, de rats et de têtes conservées dans du formol.  Les lugubres photos post mortem, à la mode au siècle dernier, tiennent une place importante dans l’intrigue, elles me donnent froid dans le dos.

La construction est diaboliquement parfaite, l’intrigue palpitante et terrifiante, l’ambiance est glauque et angoissante à souhait.  Patrick Bauwen maîtrise à merveille l’art du suspense et de la tension chez ses lecteurs.  Sa plume est fluide, efficace. 500 pages tournées frénétiquement et rythmées par les nombreux rebondissements.

Un redoutable thriller qui mettra vos nerfs à rude épreuve, attention à la crise de  tachycardie.

J’ai lu L’oeil de Caine il y a fort longtemps, j’ai re-découvert Patrick Bauwen avec Le jour du chien , je vais désormais le suivre de très près, c’est une certitude.

Je remercie chaleureusement les éditions Albin Michel pour leur confiance.

4ème Couverture

La mort est un art.
Vous en êtes le spectateur.
Et vous pourriez être sa prochaine victime.

Des sous-sols de Paris aux recoins obscurs des facultés de médecine, Chris Kovac, médecin urgentiste, se lance à corps perdu dans une enquête qui ressemble à une nuit sans fin.

Editeur: Albin Michel, 496 pages, date sortie: 9 mai 2018

2 réflexions au sujet de « La nuit de l’ogre – Patrick Bauwen »

  • 20 mai 2018 à 9 h 23 min
    Permalink

    Merci pour cette belle analyse
    Je reste « sur ma faim »pour la fin

    Répondre
    • 20 mai 2018 à 10 h 35 min
      Permalink

      Ah, c’est sûr… cela sent « la suite… » !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *